Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Assurance pour chien et chat</p>
Logo wamiz

La prévention du diabète chez le chat

Lundi 25 Février 2019 |

Cette endocrinopathie présente de nombreux facteurs et a un traitement relativement contraignant. Il vaut donc la peine de se pencher sur la prévention du diabète chez le chat !

Prévenir l’obésité

Chez le chaton

Le chaton en croissance (jusqu’à un an) a besoin d’une alimentation spécifique contenant du calcium. Dès la stérilisation, ou avant s’il a déjà tendance à l’obésité, diminuez la quantité de croquettes en compensant par de la pâtée pour chatons, en fractionnant pour distribuer au moins quatre repas identiques.

Certains fabricants ont créé une gamme spéciale pour chatons castrés, réduite en calories et riche en calcium.

Chez le chat adulte

  • Les besoins énergétiques du chat varient en fonction de son activité et d’un individu à l’autre. Un chat de 4kg avec activité normale a besoin de 208 kcal par jour. La stérilisation et la sédentarité diminuent les besoins.
  • Savoir interpréter les étiquettes des aliments industriels est utile, pour repérer la valeur énergétique et la constitution de l’aliment (protéines, graisses, glucides, cendres, fibres…).
  • Evaluer régulièrement l’état d’embonpoint de son chat pour déterminer s’il est en surpoids ou non. En effet, le poids seul ne permet pas de se faire une idée. Un Maine Coon de 6 kg sera probablement maigre, tandis qu’un Européen de 6 kg sera probablement gros, tout dépend du format. Il faut évaluer sa silhouette et déterminer son poids idéal (poids-cible). Votre vétérinaire vous y aidera lors des visites vaccinales.  
  • Peser régulièrement votre chat.
  • Exercice physique            

Traiter l’obésité installée

Pour éviter d’avoir un chat diabétique, il faut faire maigrir votre petit félin de façon progressive (1% par semaine) pour éviter la lipidose hépatique, maladie grave qui peut survenir en cas d’amaigrissement rapide.

Une perte de poids est difficile avec une alimentation habituelle, en effet votre chat risque d’être affamé si l’on réduit sa ration, de se plaindre ou même de devenir agressif.

La prévention du diabète chez le chat

Le but est d’apporter un aliment qui va le rassasier tout en contenant moins de calories. On a deux possibilités :

  • Un régime basses calories riche en fibres fournit un volume plus conséquent qui fait office de coupe-faim.
  • Un régime basses calories pauvre en glucides et riche en protéines est rassasiant sans faire fondre les muscles et a de plus l’avantage de prévenir une hyperglycémie suite au repas (hyperglycémie post-prandiale).

C’est donc le second qu’il faut favoriser, cependant en cas d’insuffisance rénale ou hépatique associée, on aura plutôt recours au premier.

Vous avez aussi la possibilité de faire des rations ménagères en prenant soin de bien complémenter les rations pour qu’elles soient équilibrées.

Vous pouvez opter pour des rations semi-ménagères : 75% du besoin énergétique sera couvert par un aliment industriel et les 25% restants par de la viande (30g pour un chat de 4kg, 20 à 25g seulement en cas d’insuffisance rénale associée). Attention à complémenter pour respecter l’équilibre phospho-calcique.

En règle générale, il est conseillé de faire une ration moitié croquettes (qui permettent un entretien des dents en favorisant la mastication), moitié pâtée qui apporte de l’eau, diminuant ainsi le risque de calculs urinaires et ayant un effet rassasiant.

Veillez à ce que votre chat maintienne suffisamment d’activité physique durant la perte de poids.

Pour la distribution des repas, il existe plusieurs solutions :

  • La gamelle électronique qui permet de distribuer la ration à heures fixes, en cas d’absence, et de rationner.
  • La boule à croquettes ou autre dispositif dit “ludique” qui lutte contre la prise excessive d’aliment tout en permettant une activité qui combat l’ennui et le stress.
  • De façon générale, faire en sorte que le chat ne vous associe pas à son repas : celui-ci doit sembler “apparaître tout seul” pour le chat.
  • Exercice

La prévention du diabète chez le chat

Prévention ou correction du stress

Outre l’action directe sur le taux de glycémie, le stress agit sur le comportement alimentaire. Que ce soit donc pour prévenir l’obésité ou remédier à celle-ci si elle est déjà installée, ou encore éviter une potentielle glucotoxicité due à une hyperglycémie de stress chronique, il faut veiller à réduire le stress du chat. Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Des phéromones apaisantes
  • Des extraits de protéines de lait précurseurs de tryptophane
  • Le cataire (herbe à chat)
  • Enrichir son environnement en installant un tunnel ou un arbre à chat et en libérant des espaces en hauteur (étagère...) pour créer des zones d’activités stimulantes.
  • Des jeux
  • L’emplacement de la litière : la placer au minimum à deux mètres de sa gamelle. Respecter le calme dont il a besoin, placez la litière dans un endroit avec peu de passage et peu bruyant. Laissez lui l’accès permanent à la pièce où est placé le bac à litière. Si vous avez plusieurs chats, il est fortement recommandé de posséder un bac à litière pour chacun plus un, pour respecter leur territoire. Si vous avez deux chats, il faudra trois bacs litières.

Dépistage précoce

20% des chats obèses sont prédiabétiques (glycémie comprise entre 1,45 et 2 g/l).

Un chat prédiabétique n’a pas besoin d’insuline. A ce stade, un régime strict pauvre en glucides peut suffire à éviter un diabète chez votre chat.

Sur tout chat, à partir d’un certain âge, il est intéressant de faire un bilan sanguin régulièrement.

Lutte contre les maladies

Cystite, pancréatite, gingivite, insuffisance rénale et encore d’autres maladies peuvent conduire à un diabète chez le chat. Plus vite ils seront détectés et traités par votre vétérinaire, mieux cela vaudra.

Une alimentation semi-humide, associée à des croquettes à visée urinaire, préviendra les calculs urinaires, facteurs de cystites.

De plus, des bilans de santé réguliers sont fortement recommandés. Des vaccins à jour, ainsi qu’une vermifugation régulière permettront de limiter les risques de maladies.

Un traitement contre les parasites (notamment contre les puces qui peuvent conduire à des allergies) permettra d’éviter l’utilisation de corticoïdes, dont on connaît le rôle dans la pathogénie du diabète.

Conclusion

Le diabète, tout comme l’obésité, sa principale cause, est une maladie liée en grande partie à la domestication du chat. En effet, le petit félin à l’état sauvage est très différent du chat d’appartement ! L’un est un carnivore strict qui fait de l’exercice en chassant près de 16 petites proies par jour, tandis que l’autre est stérilisé, confiné et nourri avec des aliments qui ne correspond pas toujours à ses besoins.

Pour prévenir le diabète chez le chat, il faudra essayer de compenser les conséquences négatives de la domestication de cet animal.

N’oublions pas cependant que toutes les études montrent qu’un chat domestiqué, grâce aux progrès de la médecine féline, vit beaucoup plus longtemps qu’un chat livré à lui-même dans le nature.

Sylviane Cazenelle, docteur vétérinaire (Alfort 85), membre du groupe Facebook Diabète félin.

Stephanie Booth, fondatrice du groupe Facebook : Diabète félin, apprendre à gérer son chat diabétique.

 A lire aussi : Le diabète chez le chat

Besoin d'un rendez-vous chez le vétérinaire ?
VetClic est la solution qu'il vous faut !

# maladie, diabète
Crédits photo :

Shutterstock

1 commentaire(s)
2 articles sur le diabète du chat en deux jours, n'y en a-t-il pas un de trop ? et est-ce que Wamiz manque de sujets sur les chats à ce point là ?
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)