Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Assurance pour chien et chat</p>
Logo wamiz

Arthrose du chien : prévention, symptômes et traitement

Dimanche 05 Novembre 2017 |

L’arthrose est une affection dégénérative, chronique (qui arrive progressivement), se caractérisant d’abord par une atteinte du cartilage. L’arthrosedu chien, avec le temps, va aboutir à une dégradation majeure de l’articulation. C’est un processus naturel dû au vieillissement, mais qui peut être secondaire à un traumatisme ou une malformation.

L’arthrose, c’est quoi ?

L’arthrose a lieu au niveau des articulations dites synoviales : ces dernières permettent le mouvement entre deux os longs.

Il est bien nécessaire de se visualiser l’articulation pour comprendre ce qu’est l’arthrose. Les deux os longs sont en contact par une surface glissante à la surface de l’os : le cartilage. Or, avec le temps, ce cartilage se transforme peu à peu en os, réduisant ainsi la capacité des deux os à coulisser ensemble, et générant des frictions : c’est ce qui est responsable de l’arthrose. De plus, l'articulation est complexe, fragile, avec une faible capacité de cicatrisation.

Cela détermine deux processus qui démarrent l’arthrose :

  • Soit c’est une arthrose primitive, due à l’âge, et c’est le vieillissement normal du cartilage (son ossification) qui démarre l’arthrose.
  • Soit elle est due à des contraintes mécaniques anormales : tout ce qui fait trop travailler l’articulation (gestes répétés, charges trop lourdes, mauvaise posture, chocs ou fractures…). Ce type de pression peut faire apparaître l’arthrose plus tôt qu’avec un vieillissement normal. Dans les deux cas, le processus s’auto-entretient ensuite. La maladie est irréversible : on peut seulement soulager la douleur et limiter son évolution dans le temps.

Attention ! Ce n’est pas une arthrite ! L’arthrite désigne un processus inflammatoire.

Comment détecter l’arthrose chez le chien ?

Les signes cliniques (symptômes) sont d’abord une sensation douloureuse dans l’articulation, plus importante à froid (après une phase de repos : typiquement, après une sieste quand le chien se lève et s’étire).

On peut parfois sentir une chaleur et une déformation de l’articulation, mais souvent moins marquée qu’en cas d’arthrite.

De temps en temps, on peut aussi sentir des craquements quand l’articulation bouge, dû au contact des os directement entre eux (disparition du cartilage ou présence de fragments entre les deux os). Parfois, on arrive même à ce qu’on appelle un ankylose, c’est-à-dire que l’articulation est figée (elle est souvent due à un refus de l’animal de bouger cette articulation qui lui fait mal).

Donc en premier lieu, pour détecter de l’arthrose chez votre chien, il faut surveiller l’apparition d’une démarche raide, discrètement boiteuse surtout au lever, au niveau des hanches, des coudes et du dos. Seul un œil expert saura faire la différence entre une boiterie arthrosique et une autre, mais le fait de voir la boiterie apparaitre très progressivement, sur plusieurs semaines voire plusieurs mois, est un élément en faveur de l’arthrose.

La radio est l’examen de choix en médecine vétérinaire pour objectiver une arthrose : on observe la perte de cartilage et la surface irrégulière entre les deux os concernés. Cela ne permet pas forcément un diagnostic de certitude, mais ça vient renforcer une suspicion clinique.

Comment se soigne l’arthrose du chien ?

Le traitement consiste d’abord à soulager l’animal lors des crises, par des médicaments : anti-inflammatoires et/ou antidouleurs.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (à l’opposé des corticoïdes) sont souvent recommandés car les cures peuvent être fréquentes et les corticoïdes ont beaucoup d’effets secondaires.

On peut aussi donner des chondroprotecteurs : ils ralentissent le vieillissement de l’articulation, et donc l’arthrose, et ne présentent pas les effets secondaires des anti-inflammatoires.

Mais c’est le traitement hygiénique qui est le fil rouge à respecter (c’est valable en préventif ET en curatif). Par exemple, une perte de poids améliore la locomotion de façon importante : elle n’évite pas une aggravation, mais augmente la tolérance de l’animal. Il faut également éviter les exercices qui forcent trop sur l’articulation sensible : les escaliers peuvent par exemple devenir un passage extrêmement désagréable pour votre chien car chaque marche peut lui faire mal ; il ne faut pas hésiter à les contourner ou les éviter.

De la mécanothérapie peut aider : cela consiste simplement à faire bouger doucement l’articulation, de façon à activer la circulation et faire bouger les fluides autours de l’articulation. Cela se fait en 20 mouvements complets (flexion/extension) pour chaque articulation, trois fois par jour (attention aux premiers mouvements qui sont les plus sensibles).

Le bon exercice adapté (c’est-à-dire toléré par l’animal) consiste en un simple maintien de l’activité musculaire et d’une mobilisation articulaire. La natation, par exemple, est l’exercice le plus adapté, par excellence : elle fait travailler toutes les articulations sans leur soumettre la pression de notre poids ou les chocs dus aux mouvements.

Il existe des traitements palliatifs (chirurgicaux), pour les cas graves, pour un animal très douloureux ou immobilisé. On peut par exemple procéder à un lavage articulaire, qui enlève les débris de l’articulation, et augmente le confort de l’animal pendant un temps.

A terme, il existe une chirurgie reconstructrice, la pose de prothèse (surtout la hanche chez le chien) : elle remplace l’articulation. Ce traitement palliatif n’est mis en œuvre que lorsque l’animal est jeune, et que le reste a échoué, car la chirurgie est lourde.

L’arthrose, une maladie handicapante mais pas mortelle ?

En conclusion, il ne faut pas avoir peur de l’arthrose, qui est une conséquence fréquente du vieillissement. Ce n’est pas une maladie grave, dans le sens où elle n’entraine pas la mort, mais elle peut être source d’inconfort pour l’animal, et peut sérieusement entacher sa vie quotidienne (jusqu’à l’immobiliser complètement, ce qui pour des cas extrêmes peut devenir un motif d’euthanasie). La maladie évolue lentement, mais il est nécessaire d’y prêter attention afin d’éviter d’en arriver là !

Savoir la détecter et la traiter est donc utile et permet à votre chien de se déplacer et d’avoir un comportement exploratoire normal de chien le plus longtemps possible. Limiter son apparition en maintenant un poids correct et des exercices adaptés est également un conseil à retenir ! Il y a bien sûr des races prédisposées ; bien connaître la race de son chien est indispensable !

Et bien sûr, ne pas hésiter à appeler et poser la question à votre vétérinaire en cas de doute sur une boiterie, la première étape consiste à ne pas se dire que ça passe tout seul avec le temps !

Dr Stéphane Tardif
Docteur vétérinaire et rédacteur pour Wamiz

A lire aussi : Mon chien âgé se traîne, comment lui redonner du pep’s ?

Votre chien souffre-t-il d'arthrose ?

  • Oui
  • Non
> Vous recherchez une assurance pour votre chien ?
Assurez la santé de votre animal avec la mutuelle des vétérinaires
Crédits photo :

Shutterstock

2 commentaire(s)
Article bien détaillé, ma chienne avait aussi de l'arthrose, elle ne pouvait plus du tout bouger... Et elle avait encore un autre soucis au cœur. Un matin on a décidé de la faire piquer parce qu'elle hurlait de douleur...
Bel article bien construit :)
Il faut savoir qu'après une opération hanche, le chien perd très souvent 50 % de sa mobilité.
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)