Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

"Nous ne sommes pas là juste pour faire des couettes" : le coup de gueule d’une toiletteuse en confinement

Vendredi 13 Novembre 2020 |

Tribune - En cette période de reconfinement, Wamiz a décidé de donner la parole à ceux et celles qui prennent soin des animaux au quotidien. Aujourd’hui, c’est Coralie Francois, toiletteuse, qui explique pourquoi les salons de toilettage ne sont pas « dispensables » et pourquoi il est très important qu’ils puissent rouvrir.

Depuis une semaine, les toiletteurs.ses se battent pour récupérer le droit de travailler malgré le confinement. Des directives préfectorales donnaient tantôt l'autorisation en drive, tantôt l'interdiction formelle d'ouvrir nos établissements autre que pour vendre de l'alimentaire. Les élus locaux, les syndicats professionnels et la CMA se sont mobilisés pour obtenir une réponse claire et franche des autorités. Le couperet est tombé ce 10 novembre : les salons de toilettage doivent fermer car ils ne font pas partis des « commerces essentiels ».

C'est cette définition de « non essentiel » qui m'interloque. Alors que de grandes enseignes d'animalerie obtiennent des dérogations ou même les chasseurs, nous restons les grands oubliés dans la chaîne du bien être animal.

Et ceci pour une raison peut être très simple... Est ce que vous savez vraiment ce qu'est le toilettage ?

« Le toilettage n’est pas dispensable »

Dans l'imaginaire collectif, c'est sans doute l'image du magnifique caniche à la coupe irréprochable, ce beau petit bichon rond et ressemblant à un nuage... Mais ceci n'est pas « l'essentiel » du toilettage.

Bien sur l'idée est de rendre votre animal le plus beau possible mais avant d'y arriver il y a toute une série de gestes et de soins que nous réalisons avec comme seule mission : le bien être et la santé du chien ou du chat que nous avons dans les mains. Si bien que pour cette seule raison il m'est possible de refuser une prestation ou de la modifier, n'en déplaise au client. (ex : un chien très emmêlé ne sera pas brossé mais tondu, il n'a pas a souffrir.)

Avant même d'avoir pensé à l'aspect esthétique, j'entame le même rituel pour chaque nouveau client à poils. Je vérifie ses ongles car peut être ses ergots rentrent dans ses coussinets, les oreilles dissimulent parfois une otite, un début de gale... En été, il faut bien regarder dans les coins et recoins qu'aucun épillet ne s'est piqué dans la peau, ces mauvaises herbes causent abcès et pire si ils migrent vers un organe. Parfois, je tombe sur une puce ou deux, voire un nid bien caché dans un nœud. Il ne faut pas oublier les dents ! Quelques plaques peuvent être retirées au salon mais un passage régulier permet de savoir le moment opportun pour programmer le détartrage. Je remarque chaque bosse, chaque pli, parfois un kyste.. parfois une tumeur. Je soulage les soucis de peau, les grattements.. Et si mon petit client a un comportement changeant, pleure ou semble déboussolé je peux alerter son propriétaire.

Il ne s'agit que très rarement de négligence lorsqu'un chien arrive avec un soucis. Le plus souvent un simple manque de connaissance ou une bonne intention qui … n'a pas fonctionné ( Si vous lavez un chien avec des nœuds, ces nœuds se resserreront … et finiront en dreadlocks! Ce qui donnera un chien tapis qu'il faudra raser.)

Un échange avec l'animal, un lien vers le vétérinaire

A chaque toilettage, ces petits gestes rassurent ou exhortent à consulter un vétérinaire. Nous ne pouvons remplacer ces derniers, mais nous faisons le lien vers eux. A force d'apprentissage, d'échanges, il est plus facile de trouver et orienter vers un spécialiste ou encore de proposer des solutions lorsque c'est possible. Et s'il le faut, hausser le ton et se fâcher.

Le toilettage, c'est l'échange avec l'animal, le comprendre, « communiquer » avec lui. Cest aussi s'intéresser au propriétaire. A chaque visite, c'est une histoire différente, des difficultés et des inquiétudes propres à chacun. Des caractères qu'il faut accorder, savoir raisonner, écouter.. C'est savoir rire avec nos clients et parfois aussi pleurer avec eux.

En cinq ans, j'ai versé des larmes pour mes poilus disparus, j'ai aidé certains à trouver de nouvelles familles, j'ai signalé des otites, des problèmes de gencives, soignés des abcès, j'ai tondu un grand nombre de chiens « tapis ».. mais aussi appris à de jeunes chiens à ne pas avoir peur, à ne pas mordre, j'ai pris dans mes bras des centaines d'animaux pour les apaiser. Mes bras sont couverts de griffures, de coups et pourtant c'est toujours avec autant de passion et d'amour que je les accueille.

C'est vrai le toilettage n'est pas un obligatoire, mais il ne peut pas être jugé dispensable.

Le toiletteur donne un peu de « voix » aux animaux, en plus de les rendre doux et soyeux. Chaque visite est l'occasion de vérifier que globalement tout va bien et de conseiller, rassurer et prendre soin de l'animal.

Si la beauté, la finesse du coup de ciseaux est un honneur pour le toiletteur, participer au bien être des chiens, des chats ou même des rongeurs qu'il reçoit, c'est ça son « essentiel ».

 

Coralie Francois

Toiletteuse sur Quarouble - Fluffy & co

# toilettage, relation homme-animal, coronavirus
Crédits photo :

Shutterstock & photos partagées par l'auteure

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)