Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Assurance pour chien et chat</p>
  • Wamiz Box
Race de chat :

Mon chat ne veut pas jouer. Pourquoi et que faire ?

Mercredi 27 Septembre 2017 | Par Laure Gautherin

Votre matou ne daigne pas lever la patte pour tester les jouets ultraperformants que vous lui avez achetés… Y a-t-il lieu de s’inquiéter ?

Essentiel pour son développement quand il est petit, le jeu reste une activité importante pour l’équilibre et le bien-être de votre animal au cours de sa vie d’adulte. Toutefois, chacun s’amuse à sa manière ; les pauses ludiques des uns ne ressembleront pas à celles des autres et votre matou pourra très bien vous donner l’impression de s’ennuyer ferme alors qu’il trouvera son bonheur dans des distractions qui vous échappent.

Ni les balles, ni les lasers, ni même les ficelles et autres plumeaux ne parviennent à stimuler votre fidèle compagnon et ce comportement vous alarme ? Avant de réellement vous inquiéter, posez-vous les bonnes questions. Quel âge a-t-il ? A-t-il subitement cessé de jouer ? A-t-il soudainement une attitude craintive ? Présente-t-il d’autres signes anormaux (manque d’appétit, toilette négligée, apathie générale) ? A-t-il pris du poids ? Avez-vous vraiment tout essayé ?

Le jeu chez le chaton

Un chaton qui ne joue pas doit effectivement vous interpeler car c’est par le jeu que votre mini félin va pouvoir dépenser son énergie tout en développant ses muscles, son instinct de chasseur qu’il ne maîtrise pas encore ainsi que ses sens. Si vous venez de l’adopter, un petit temps d’adaptation peut être nécessaire avant qu’il ne se lâche et joue. Câliner-le autant qu’il le demande pour le rassurer et l’aider à se sentir bien dans ce nouvel environnement et seulement après, introduisez des jouets susceptibles de l’intéresser. Et n’oubliez pas : un chaton dort beaucoup, plus qu’il ne joue, et son sommeil ne doit pas être interrompu.

Au sein d’un groupe de chatons, d’une même portée ou non, il n’est pas rare qu’un individu soit écarté et ne profite pas des sessions de jeu communes. Pour le réintroduire, vous pouvez initier des moments ludiques en le sollicitant, puis les autres, puis à nouveau lui, dans un espace réduit. N’hésitez pas à lui proposer des jouets. Il ne veut peut-être plus s’amuser avec ses camarades mais il veut s’amuser quand même.

Si votre chaton a soudainement perdu l’envie de s’amuser et qu’il présente en plus un manque d’appétit et des signes de fatigue, consultez un vétérinaire car il peut s’agir d’un problème de santé. Et cela vaut pour tous les âges !

Le jeu chez le chat adulte

L’activité ludique a tendance à diminuer avec l’âge. En grandissant, le chat trouve son intérêt dans d’autres occupations qui n’en restent pas moins stimulantes pour lui, et en vieillissant, il s’en détourne davantage car sa santé ne lui permet plus de courir et bondir à tout va.

Une fois adulte, le chat peut conserver son caractère très joueur ou bien laisser tomber cette activité au profit d’autres (exploration extérieure s’il va dehors, observation, etc.). Il reste cependant rare qu’il se montre totalement indifférent à des mouvements de jouets furtifs comme une ficelle qui pendouille ou un petit objet traîné au sol. Il suffit de trouver à quel stimulus il répond le mieux, ce qui attire le plus son attention.

Enfin, les chats seniors, à l’instar des chatons, ont besoin de plus de temps de repos pour récupérer physiquement et ne peuvent se permettre de bouger comme avant. Leurs sens sont diminués (vue, odorat, ouïe) et leurs articulations plus fragiles. Ils se dépensent suffisamment par des petites ballades mais ils peuvent continuer avec des jouets qui ne nécessitent pas de mobiliser tout leur corps comme un petit objet suspendu à un fil, à hauteur de leur museau, auquel ils pourront donner des coups de pattes facilement.

Les problèmes de santé

S’il présente un surpoids, il est normal que votre chat rechigne car sa masse corporelle le retient de bouger comme il le voudrait. Le jeu demeure cependant l’un des meilleurs moyens pour le remettre en forme. Laissez-le se familiariser avec les différentes sources de stimulation que vous aurez installées et lorsque vous jouez avec lui, ne le faites pas de manière trop intensive et seulement quelques minutes.

Une baisse d’énergie peut être la conséquence d’un trouble chronique ou temporaire (problème digestif, réaction à la canicule) ou d’une maladie plus installée (arthrose, problèmes rénaux, etc.). Dans ce dernier cas, d’autres signaux devront vous alerter : une démarche lente et hésitante, difficulté à sauter, perte d’appétit, urine colorée, miaulements plaintifs, tendance à se cacher pour dormir, etc. Consultez le plus rapidement possible un vétérinaire.

Un traumatisme ?

Votre matou boude son jouet préféré, du jour au lendemain ? Peut-être a-t-il vécu une expérience qui lui en a laissé un très mauvais souvenir en étant brutalement effrayé par un bruit, une chute ou parce qu’il s’est fait mal. Cela ne veut pas dire qu’il ne veut plus du tout jouer ! Proposez-lui-en d’autres et rassurez-le pour qu’il reprenne confiance et se sente en sécurité.

Quels jouets choisir ?

Les chats peuvent avoir des goûts très différents en matière de jouets mais il existe de nombreux moyens de les divertir. Nul besoin d’objets complexes et sophistiqués, beaucoup de choses de votre quotidien pourra représenter pour eux le Graal ludique ultime. Retrouvez tous nos conseils sur les jeux préférés de nos matous dans cet article !

A lire aussi : Comment stimuler son chat d’appartement ?

Quel est le jeu préféré de votre chat ?

  • Escalader tous les meubles, son perchoir et explorer
  • Des jouets spécialement conçus pour les matous
  • Un bout de ficelle, un petit objet tombé au sol, bref, tout ce qui traîne !
Crédits photo :

Shutterstock

0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chat :
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)
b Partager sur Facebook