Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Assurance pour chien et chat</p>
  • <p>Wamiz Box</p>
Race de chat :

Votre chat est-il droitier ou gaucher ?

Vendredi 26 Janvier 2018 |

Une étude publiée dans la revue Animal Behaviour en ce début d’année aborde un sujet inédit, et fait une découverte amusante : les chats utilisent comme nous un côté plus que l’autre avec leur patte, on peut donc les qualifier de droitier ou gaucher. Et vous, votre chat est-il droitier ou gaucher ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, à l’heure où le chat domine internet, il faut savoir que les scientifiques en savent très peu sur son comportement spécifique. Autant, le chien est bien connu, et même si les théories scientifiques autour du comportement du chien évoluent sans cesse, il y a des données. Mais le chat nous offre un désert expérimental : en effet, il n’est pas si facile à étudier ! Car il est très difficile de trouver une motivation capable de faire travailler un chat dans un protocole, et l’observation sur le terrain est délicate, avec son caractère indépendant.

Une étude américaine a publié ce mois-ci  a voulu tester si le chat avait une préférence dans l’utilisation de ses pattes. Et autant, on avait déjà montré que le chat avait des préférences dans l’utilisation de sa patte sur des exercices contraints (comme appuyer sur un levier pour avoir une récompense dans un dispositif expérimental), mais on n’avait jamais observé les chats sur des comportements spontanés et naturels !

Les chats ont une préférence d’utilisation de patte, qui varie d’un chat à l’autre.

L’étude a porté sur 44 chats (20 femelles, 24 mâles) chez leur propriétaire, en observant le côté privilégié dans trois situations : l’entrée dans la litière, la descente d’un escalier, et se coucher sur le côté. Un test alimentaire a aussi été réalisé, avec une tour sur 3 niveaux obligeant le chat à utiliser une patte pour récupérer les croquettes. Chaque situation a été observée et notée 50 fois.

Les résultats montrent que le chat a bien une patte dominante, qu’il va utiliser plus souvent dans les mêmes situations. Par contre, il n’y a pas de différence entre la droite et la gauche, contrairement aux humains par exemple chez qui 90% des gens sont droitiers. Chez les chats, ceux qui utilisent une patte dominante sont la moitié à être droitier, et l'autre moitié est gaucher.

En pratique, 73% des chats étudiés ont une latéralisation dans l’utilisation du membre inférieur (autrement dit : une patte préférée) pour récupérer la nourriture, 70% pour descendre l’escalier et 66% pour entrer dans la litière. Par contre, il y a beaucoup moins de chats avec une préférence pour se coucher d’un côté ou de l’autre : seul 25% des chats avaient un côté préféré. La latéralisation concerne vraiment l'utilisation de la patte.

Mais les chats sont constants : ceux qui ont une préférence s’y tiennent dans la réalisation des différents comportements testés, et utilisent préférentiellement toujours la même patte. Ceux qui mangent avec la patte droite ont tendance aussi à l'utiliser en premier pour entrer dans la litière ou descendre une marche.

Ce qui fait, pour résumer grossièrement, que les trois quarts des chats sont latéralisés, dont la moitié de droitiers, et l’autre moitié de gauchers !

Les mâles préfèrent utiliser leur patte gauche, et les femelles la droite

De plus, l’étude a relevé une différence significative, entre mâles et femelles : les mâles qui ont une patte dominante sont plutôt gauchers, et les femelles droitières !

Ce résultat avait déjà été observé dans une étude précédente, en 2009. Cette étude portait sur des comportements contraints, on peut donc maintenant étendre ces résultats à des comportements spontanés et naturels.

Il est bien trop tôt pour oser interpréter ce résultat. On avait émis l’hypothèse chez les chiens, où il y a aussi une latéralisation, que les hormones pouvaient être un facteur intervenant, mais cette étude sur les chats vient entacher cette hypothèse, puisque les 44 chats de l’étude étaient stérilisés.

Les résultats suggèrent bien l’existence de différences entre la structure du cerveau et la fonction chez les mâles et les femelles, mais il n’y a aucun moyen pour l’heure de comprendre les mécanismes à l’œuvre, ni même la cause exacte. Il faut encore beaucoup d’observation, et plus de données, pour s’orienter sur une cause potentielle.

L'étude a également montré que le test alimentaire permet de connaître le statut droitier ou gaucher du chat avec une relativement bonne confiance.

Cette étude est un bel exemple de progression dans le savoir scientifique, en particulier en éthologie. Elle vous montre comment les scientifiques doivent lutter contre l’envi d’interpréter trop vite, et où se situe actuellement la recherche sur l’éthologie du chat. Cela montre aussi que le savoir progresse véritablement petit pas par petit pas. Finalement, le chat nous réserve encore bien des mystères sur son comportement, il est vraiment important de rester humble par rapport à notre connaissance de l’animal et de son intelligence.

Dr Stéphane Tardif
Docteur vétérinaire et rédacteur pour Wamiz

A lire aussi : Le sommeil du chat

 

Crédits photo :

shutterstock

1 commentaire(s)
C'est dingue de que un chat à en commun avec un humain 😜
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chat :
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)
b Partager sur Facebook