Publicité

Syndrome de Cushing chez le chien

Syndrome de Cushing chez le chien

© Pixel-Shot / Shutterstock.com

Maladie de Cushing chez le chien : symptômes, causes et traitements

Par Léandra Blanc Vétérinaire

Publié le

Maladie de Cushing chez le chien : symptômes, causes et traitements

Chez le chien, la maladie de Cushing ou l’hypercorticisme correspond à un syndrome hormonal assez répandu. Il s’agit d’une pathologie due à un excès de sécrétion de cortisol par les glandes surrénales. Les symptômes sont très variés, mais ce sont souvent la perte de poils et les signes cutanés qui alertent les propriétaires. Le syndrome de Cushing peut-il impacter l’espérance de vie de votre chien ? Existe-t-il un traitement ?
 

Qu’est-ce la maladie de Cushing chez le chien ?


La maladie de Cushing est une maladie endocrinienne fréquente dans la population canine. Également appelée hypercorticisme, elle se traduit par une hypersécrétion de cortisol par les glandes surrénales (petites glandes situées au-dessus des reins). 
Le cortisol, ou hormone du stress, agit sur le plan métabolique en régulant la glycémie ainsi que l’équilibre des lipides et des protéines. Cette production hormonale excessive est liée à une stimulation anormale des surrénales par l’hormone adrénocorticotrope (ACTH) de l’hypophyse (glande située à la base du cerveau).


Quels sont les symptômes de la maladie de Cushing chez le chien ?


La maladie de Cushing chez le chien se manifeste par différents signes cliniques :

  • Polyuro-polydipsie : consommation d’eau et production d’urines excessives ;
  • Polyphagie : augmentation de l’appétit. Les chiens prennent du poids, et la graisse se dépose surtout au niveau du ventre ;
  • Amyotrophie : fonte musculaire responsable d’une fatigabilité ;
  • Alopécie progressive : les poils tombent surtout au niveau des flancs et du ventre (pas sur la tête et les membres) et la chute des poils est symétrique ;
  • Amincissement de la peau qui prend une couleur foncée ;
  • Distension abdominale.


Quelles sont les causes du syndrome de Cushing chez le chien ?


Le syndrome de Cushing peut prendre trois formes, selon l’origine de la maladie :


La forme hypophysaire


Il s'agit de la forme la plus fréquente, elle se rencontre dans 85 % des cas. Celle-ci est secondaire à une tumeur de l’hypophyse (souvent bénigne). C’est cet adénome qui est à l’origine de la production excessive de l’ACTH, laquelle stimule la production de cortisol par les surrénales. Les chiens de petites races sont prédisposés à développer cette maladie qui touche en majorité des chiens pesant moins de 20 kilos : caniche, yorkshire-terrier, etc.


La forme surrénalienne


Elle est provoquée par une tumeur de l’une des glandes surrénales (bénigne ou maligne). Celle qui présente la masse produit le cortisol en excès, tandis que la seconde surrénale s’atrophie. Il existe une prédisposition raciale (chiens de grande race) : berger allemand, labrador, boxer…


La forme iatrogène


Cette dernière est engendrée par une administration prolongée de corticoïdes (traitements anti-inflammatoires).


Comment diagnostiquer la maladie de Cushing chez le chien ?


La mise en évidence du syndrome de Cushing nécessite des tests hormonaux spécifiques et des prises de sang, pour doser le cortisol. Le test de stimulation à l’ACTH en fait partie.
La prescription d’un bilan sanguin et d’analyses urinaires est recommandée pour détecter des complications associées (diabète, pancréatite, insuffisance rénale…). La maladie de Cushing peut induire des pathologies qui impactent l’espérance de vie de votre animal, et nécessitent une prise en charge globale.


Votre vétérinaire pourra également procéder à des examens d’imagerie pour contrôler l’hypophyse et les glandes surrénales, et identifier l’éventuelle présence de tumeurs. En outre, ces examens permettent d’identifier la forme du Cushing.


Quels traitements sont possibles contre le syndrome de Cushing du chien ?


Traitement médicamenteux


Un traitement médical spécifique de l’hypercorticisme d’origine hypophysaire existe et doit être prescrit à vie. Il s’agit du Trilostane (Vétoryl®), médicament dont l’action diminue la sécrétion de cortisol.


Traitement chirurgical


Pour un Cushing d’origine surrénalienne, un traitement chirurgical sera nécessaire pour extraire la tumeur responsable de l’hypercorticisme. Lorsque la prise en charge est précoce, le pronostic est bon (guérison complète). 


Combien coûtent les traitements de la maladie de Cushing ?


Le prix du traitement varie d’une clinique vétérinaire à une autre et sera calculé selon la dose d’attaque nécessaire et le poids du chien. 

  • Le diagnostic de la maladie coûte  en moyenne entre 200 et 500€.
  • Le traitement au trilostane, selon le dosage, pourrait vous coûter entre 50 et 120€ par mois.
  • Pour l’intervention chirurgicale et son suivi, il faudra compter entre 300 et 900€.


Quelle est l'espérance de vie d’un chien atteint de la maladie de cushing ?


L’espérance de vie du chien atteint par le syndrome de Cushing dépend de la forme et du stade de la maladie. Avec un diagnostic et un traitement précoce du syndrome, on peut obtenir une rémission totale de l’animal. Toutefois, si la tumeur est maligne, l’espérance de vie du chien sera réduite, malgré le traitement ou l’intervention chirurgicale, mais il pourra encore vivre plusieurs années.
Si la tumeur est bénigne et non opérable, le chien pourra vivre encore des années en conservant une bonne qualité de vie grâce à un traitement médicamenteux approprié.
Si la tumeur est maligne et non opérable, l’espérance de vie du chien sera malheureusement sévèrement réduite car elle se propagera à d’autres organes.


Comment prévenir le syndrome de Cushing chez le chien ? 


Malheureusement, il n'existe pas de façon de prévenir la maladie de Cushing chez les chiens. Pour les races de chiens prédisposées à la maladie, surveillez attentivement l'état de santé de votre chien ainsi que les symptômes propres au syndrome. N'hésitez pas à consulter votre vétérinaire en cas de doute
 

Si vous avez des doutes ou des questions sur la santé de votre animal, un seul réflexe :  appelez votre vétérinaire !

Plus de conseils sur...

Qu'avez-vous pensé de ce conseil ?

Merci pour votre retour !

Merci pour votre retour !

4 personnes ont trouvé ce conseil utile.

Laisser un commentaire
Connectez-vous pour commenter
Vous voulez partager cet article ?