Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Cultivez la jeunesse d'esprit de votre chat</p>
  • <p>Cultivez la jeunesse d'esprit de votre chien</p>
Race de chien :

Croquettes sans céréales : bonne ou mauvaise idée pour nourrir son chien ?

Jeudi 05 Octobre 2017 | Par Elisa Gorins

De nombreux maîtres aimants souhaitent ce qu’il y a de mieux pour leur chien, quitte à se laisser séduire par certaines modes. C’est le cas du « grain free », qui, après avoir conquis l’industrie agro-alimentaire de l’humain, s’invite aussi de plus en plus dans les gamelles de nos animaux.

Lorsque l’on souhaite nourrir son chien avec des croquettes plutôt qu’avec toute autre forme d’alimentation (humide, BARF, maison…), notamment pour des raisons pratiques et/ou économiques, celles-ci contiennent généralement des céréales. Pourquoi ? Parce que les céréales sont une source d’amidon et que celui-ci est essentiel à la construction d’une croquette (pour lui donner sa texture). Autrement dit, il ne peut y avoir de croquette sans amidon. Bien que le chien n’ait pas « besoin » d’amidon, c’est une source d’énergie (glucidique) bon marché. Il existe d’autres sources d’amidon que les céréales mais elles sont plus coûteuses. Il peut donc y avoir sur le marché des croquettes « sans céréales » mais il ne peut y avoir de croquettes sans amidon.

Mais quel est le problème avec les croquettes AVEC céréales ?

Ces dernières années, la présence des céréales dans les croquettes de nos chiens suscite des inquiétudes chez les consommateurs. Mais que leur reproche-t-on au juste ?

  • La présence de mycotoxines : ce sont des toxines produites par des champignons microscopiques qui peuvent contaminer les céréales. En grande quantité, ces toxines peuvent être mortelles.
    Idée reçue ? Oui et non. Les mycotoxines sont un vrai problème mais les fabricants contrôlent très strictement leurs sources d’approvisionnement et les test montrent qu’on n’en retrouve pas dans le produit fini.
     
  • La présence de gluten : c’est « le » sujet sensible quand il s’agit d’alimentation humaine. Chez l’homme, le « sans gluten » est en pleine effervescence compte tenu des problèmes de santé que celuici peut générer chez les personnes sensibles. On a donc tendance à transposer ce problème a la gamelle de nos animaux.
    Idée reçue ? Oui et non. La grande majorité des chiens tolèrent très bien le gluten. Seuls quelques individus de certaines races (Setter irlandais ou Border Terrier par exemple) peuvent être intolérants au gluten, mais ces cas sont largement minoritaires.
     
  • Un manque de « naturel » : ces dernières années ont vu émerger le mouvement BARF (Biologically Appropriated Raw Food, soit Nourriture Crue Biologiquement Appropriée). Ce mode d’alimentation prône un retour au naturel pour l’alimentation des carnivores : c’est-à-dire une alimentation à base de viande crue puisqu’à l’état sauvage, les carnivores (le loup notamment) n’ingèrent quasiment pas de céréales (et donc pas d’amidon).  
    Idée reçue ? Oui et non. Contrairement au loup, le chien dispose d’une enzyme, l’amylase, qui lui permet de digérer l’amidon (c’est au cours de sa domestication que le chien, en mangeant les restes des repas des hommes, a développé cette enzyme) pour peu qu’il soit cuit et en quantité raisonnable. Bien que l’amidon ne soit pas essentiel à l’alimentation du chien, il ne lui pose aucun problème et est, comme nous l’avons expliqué, nécessaire à la composition d’une croquette.

Pourquoi choisir des croquettes « sans céréales » pour son chien ?

Il faut déjà être conscient d’une chose : une croquette « sans céréales » contient forcément de l’amidon. Ce qui se substitue aux céréales comme source d’amidon est généralement la pomme de terre, la patate douce ou encore le pois. C’est le cas des croquettes Atavik sans céréales : après des années d’insatisfaction en tant que propriétaire de chiens, Nicolas Nolf a souhaité répondre enfin à leurs besoins nutritionnels. Ses propres chiens multipliaient les problèmes de santé, et pour lui, tout était lié à leur alimentation : « c’est la quantité de céréales qui pose problèmes, nous explique-t-il. Quand on voit qu’il y a parfois 40% de céréales dans un paquet de croquettes, ça choque le bon sens, on ne voit pas bien ce que cela vient faire dans un régime carnivore ».

Le maître de Rottweilers s’intéresse alors au régime BARF et constate immédiatement des effets positifs sur eux. Mais le BARF étant pour lui contraignant (notamment parce qu’il nécessite beaucoup de place dans son congélateur), il décide de créer sa propre marque afin d’adapter le BARF en croquettes. Atavik est née, et ses chiens en sont les premiers consommateurs. « Notre secret, c’est d’enlever ce qui est problématique, c’est-à-dire le céréales en quantité massive, pour les remplacer par des protéines brutes ». Résultat : des croquettes avec seulement 20% d’amidon (issu de pomme de terre, patate douce, pois…) et 30% de protéines brutes issues de viandes fraîches de qualité, propres à la consommation humaine.

D’après Nicolas Nolf, les bénéfices de ce type d’alimentation ne se font pas attendre longtemps : « la qualité de la peau, du poil, l’odeur, la vitalité, le tonus et l’endurance s’en trouvent considérablement améliorés ». Et d’ajouter : « c’est toute la silhouette de l’animal qui est rééquilibrée ! » C’est d’ailleurs ce que confirment de nombreux internautes sur Conso Animo (conçu par Wamiz, ce site recense des avis de consommateurs sur des produits pour animaux de compagnie) : « depuis que je donne ces croquettes à ma chienne, elle n’a plus de soucis de peau, plus de diarrhées (…) ». On retrouve ainsi de multiples témoignages reflétant la satisfaction de maîtres heureux de constater que leur chien digère mieux, a un meilleur transit, a gagné en vitalité et a un plus beau poil.

Quels sont les dangers des croquettes sans céréales pour chiens ?

A en croire les avis de consommateurs, les croquettes sans céréales pour chiens ont donc tout pour plaire (si ce n’est le prix, généralement plus élevé que celui de croquettes avec céréales). Pourtant, les croquettes sans céréales ne sont pas sans danger : certains industriels ont profité de cet engouement pour le « sans céréales » pour créer les leurs, tout en profitant de l’ambiguïté entre les termes « céréales » et « amidon ». « Ce qui est intéressant dans une croquette, ce n’est pas qu’elle soit sans céréales puisque ce n’est pas un problème pour les animaux, mais qu’elle soit pauvre en amidon pour respecter la nature carnivore. Car les croquettes pauvres en amidon sont riches en protéines, et c’est cela qui est très bénéfique à l’animal et peut avoir un retentissement sur sa santé, son poil, sa digestion, etc. », explique la Dr Charlotte Devaux, vétérinaire nutritionniste. « Si la croquette contient 50% d’amidon, qu’il soit issu de la pomme de terre ou des céréales, c’est tout aussi peu adapté à un carnivore ! », illustre-t-elle. Or, le fabriquant n’est pas tenu d’indiquer la quantité d’amidon sur son paquet de croquettes… c’est donc là où l’on peut tomber dans le piège.

A défaut de connaître ce taux d’amidon, il faut au moins se référer à celui de protéines afin de savoir si ces croquettes sans céréales sont de bonne qualité. « Ce que l’on cherche, c’est un régime adapté aux carnivores, donc riche en protéines. On va donc regarder la teneur en protéines de l’aliment. Un aliment vraiment riche en protéines pour un chien contient au moins 30% de protéines animales », poursuit la Dr Devaux. Une croquette sans céréales a vocation à être plus riche en protéines, c’est là tout son intérêt. Si ce n’est pas le cas et que son taux d’amidon est élevé, la qualité de l’aliment ne sera pas meilleure que celle d’une croquette avec céréales.

L’autre piège dans lequel il est facile de tomber est relatif à l’origine de ces protéines. Même en l’absence de céréales, les protéines des croquettes peuvent être (partiellement) d’origine végétale. « Il ne faut pas supprimer les protéines végétales, il en faut un peu… à condition que la majorité des protéines soit d'origine animale », estime le Dr Tardif, vétérinaire.

Enfin, il faut veiller à ce que le taux de cendres ne dépasse pas 10% : si c’est le cas, les protéines ne sont pas de bonne qualité et sont indigestes pour l’animal.

Les croquettes sans céréales, en bref

En conclusion, on notera que le débat autour des croquettes sans céréales est avant tout un débat sur leur richesse en protéines. Une croquette sans céréales pauvre en protéines animales n’est pas meilleure qu’une croquette avec céréales. On peut donc choisir de nourrir son chien avec des croquettes sans céréales, mais à condition de veiller à ce paramètre. ^

On peut également opter pour une alimentation mixte qui consiste à alterner nourriture sèche et nourriture humide. Cette dernière a pour avantage de ne pas contenir d’amidon et d’augmenter l’ingestion d’eau, ce qui contribue au bon fonctionnement des reins, tout en réduisant le taux hebdomadaire de glucides du chien.

A lire aussi : Alimentation pour chien et chat : quelles différences entre le sans gluten et le sans céréale ?

Pour ou contre les croquettes sans céréales ?

  • Pour
  • Pour, mais complétées avec une autre nourriture
  • Contre
Crédits photo :

Shutterstock (image d'illustration)

3 commentaire(s)
Au sujet des mycotoxines : les fabricants contrôleraient très strictement leurs sources d'approvisionnement!
Pourquoi alors tous, pas un n'y échappe, les sacs testés renferment-ils des mycotoxines?
Il n'y a aucune réglementation concernant des céréales à destination d'alimentation animale. Les industriels seraient bien bêtes de réaliser des contrôles alors que rien ne les y oblige. Et ils ne les font pas.

Le gluten : Jamais entendu dire que le gluten posait problème en alimentation animale. Je crois qu'il y a mélange des genres avec la problématique humaine liée au gluten.
D'ailleurs, le gluten n'existe pas dans la nature. La seule façon de le produire est le pétrissage de la farine avec de l'eau.

Par contre, ce qui n'est pas dénoncé concernant ces céréales :
Les glucides qu'elles apportent et dont le chien n'a pas besoin. Carnivore, son organisme est "optimisé" pour exploiter les graisses, et non pas les glucides. C'est la raison pour laquelle le loup peut parcourir 100 km en 24h.

La difficulté de digérer céréales et fibres parce que le chien ne possède pas le système digestif qu'il lui faudrait pour le faire. Résultats : problèmes digestifs, organes surchargés et fatigués à tenter vainement de digérer l'indigérable.

Pourtant son organisme disposerait de l'amylase qui permet de digérer l'amidon.
Primo, ce n'est pas à force de manger les restes qu'il a développé cette enzyme! Il faut quand même rappeler que les croquettes avec céréales ne datent que de… quelques dizaines d'années au mieux.
Or, pour qu'un organisme évolue pour s'adapter génétiquement à un changement d'environnement, alimentaire ou autre, il faut au bas mot 70 000 ans!!
Une mutation est toutefois effectivement apparue chez le chien qui lui donne quelques petites possibilités de digérer partiellement l'amidon.
Mais ces possibilités sont ridiculement faibles, et ne permettent pas de digérer un aliment souvent composé pour la moitié de céréales.

Article à revoir presque de fond en comble!!
corrections pour vous rassurer ... à France 5 ...
Ce qui est vrai pour les chiens l'est aussi pour ces chats ; ce sont des carnivores pas des céréales -vores !l Regardez la 5 ce soir à la TV vous serez moins "bête" et vous saurez tout sur les croquettes. Pour vous rassurez, je tiens à vous dire que ne travaille pas à France, que je n'ai aucune action chez les fournisseurs de croquettes, je suis simplement à la retraite et ai intérêt à ne pas empoisonner mon chat avec des mauvais produits, pour lui assurer la meilleure santé possible et voir le moins souvent le vétérinaire dont les tarifs sont très au-dessus de mes moyens !!!
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)
b Partager sur Facebook