Publicité

Aoûtat chat

Chat qui se gratte

© Shutterstock / IRINA ORLOVA

Aoûtat chez le chat : quels sont les symptômes et comment s'en débarrasser ?

Par Sandrine Leclerc Vétérinaire

Publié le

Il existe de nombreux parasites auxquels les chats peuvent être exposés, parmi lesquels l’aoûtat, à l’origine d’une trombiculose. Bien qu’il soit moins connu que les puces ou les tiques, ce redoutable parasite cause des démangeaisons et des inconforts aux félins. Comment mettre en évidence ces minuscules parasites ? Est-il possible de soulager un chat infesté ? Dans cet article, nous explorerons les risques associés aux aoûtats, les traitements disponibles et les mesures préventives face à une infestation. 

Les aoûtats, scientifiquement connus sous le nom de Trombicula autumnalis, sont de petits acariens qui passent la majeure partie de leur vie sous forme de larves. Les symptômes associés à une infestation d’aoûtats, parfois appelés moucherons d’automne, sont variables d’un individu à l’autre, ils peuvent donc être difficiles à identifier. 

Aoûtat du chat : qu’est-ce que c’est ?

Les aoûtats sont de minuscules acariens appartenant à la famille des Trombiculidæ (Trombicula autumnalis). Ainsi, l’infestation par les aoûtats est appelée « trombiculose » par les vétérinaires. Indétectables à l’œil nu, mesurant seulement 0,2 mm de long, ces parasites présentent une teinte rouge. Leur cycle de développement s’étend d’août à septembre, ce qui explique leur nom. 
Ces parasites passent la majeure partie de leur vie sous forme de larves, se nourrissant de la peau des hôtes infestés, notamment des chats. Ils préfèrent les environnements humides pour se cacher, dans l’attente d’un hôte à parasiter. Ils sont fréquemment retrouvés dans les pelouses, les jardins, les prairies, les champs, les zones boisées et les parcs. Ils sont plus actifs pendant les mois chauds de l’été, lorsque l’humidité est suffisante pour garantir leur survie.

Aoûtat chat (Trombtrical autumnalis) sur une feuille brune - Shutterstock / Mi St

À l’instar des puces et des tiques, les larves d’aoûtats se déposent sur les poils d’un animal lors de ses déplacements. Elles sont incapables de voler ou de sauter. Une fois attachées au pelage de leur hôte, les larves percent la couche cutanée supérieure à l’aide de leurs pièces buccales. De cette façon, elles se nourrissent de cellules cutanées et de fluides corporels. Ces plaies induisent de fortes démangeaisons et des irritations cutanées. 
Un chat infesté par des aoûtats peut montrer des comportements inhabituels, tels que des léchages excessifs ou des grattages frénétiques. Contrairement aux puces, les aoûtats ne restent pas de manière permanente sur leur hôte. Après s’être nourries sur leur hôte, les larves se détachent de celui-ci et poursuivent au sol leur cycle de développement, qui comporte plusieurs phases.
L’aoûtat est particulièrement problématique en raison de sa petite taille et de sa capacité à se cacher dans les plis de peau et les poils de l’animal. Les chats et les chiens qui passent du temps à l’extérieur ou partent en exploration sont plus exposés à ces parasites. 
Il est essentiel de reconnaître les symptômes liés à une infestation par l’aoûtat, pour prendre des mesures préventives et traiter votre animal si nécessaire.

Quels sont les symptômes de l’aoûtat des chats ?

Les symptômes d’une infestation d’aoûtats chez le chat varient en fonction du niveau d’infestation et des zones de la peau concernées. 
Une fois que les larves se sont fixées sur leur hôte, elles injectent des enzymes pour se nourrir des cellules cutanées ainsi endommagées.

La piqûre des aoûtats provoque :

  • Une lésion traumatique affectant l’intégrité de la barrière cutanée ;
  • Une réaction allergique liée aux enzymes salivaires injectées dans la peau.

Voici les signes les plus courants auxquels vous devez être attentif si vous soupçonnez que votre chat a été infesté par ces parasites :

  • Démangeaisons intenses : l’un des symptômes les plus évidents de la présence d’aoûtat est l’apparition d’un prurit sévère. Votre chat peut se gratter ou se lécher fréquemment et de manière excessive, ce qui entraîne des lésions cutanées.
  • Zones de peau affectées : les aoûtats se nourrissent préférentiellement sur des zones spécifiques de la peau. Vous pouvez remarquer des rougeurs et des irritations sur les oreilles (en particulier sur les oreillons), le cou, la tête, les pattes et la région génitale. Certaines régions cutanées sont également concernées (plis interdigitaux, faces internes des cuisses, aisselles) du fait de leur caractère humide et chaud. 
  • Lésions cutanées : lorsque les parasites se nourrissent, ils provoquent des lésions cutanées, des croûtes, voire des ulcérations. Ces symptômes peuvent être douloureux pour votre chat.
  • Perte de poils locale : en raison des démangeaisons et du léchage intensif, des zones de dépilation sont parfois visibles.
  • Agitation et inconfort : en raison des démangeaisons et des irritations, les chats infestés sont souvent agités, anxieux et agressifs, en raison de l’inconfort prolongé.

Les symptômes de l’aoûtat peuvent évoquer d’autres affections cutanées, comme les puces chez le chat ou les allergies. Il est donc important de consulter un vétérinaire pour établir un diagnostic précis.

Y a-t-il des risques liés à ce parasite chez le chat ?

Bien que l’aoûtat engendre des désagréments et des irritations, il est moins dangereux que d’autres parasites comme les tiques, qui peuvent transmettre des maladies graves. Cependant, il existe tout de même des risques associés à l’infestation d’aoûtats chez les chats :

  • Infections secondaires : les démangeaisons intenses peuvent conduire à des lésions cutanées. Si celles-ci ne sont pas traitées, elles deviennent des portes d’entrée pour les infections bactériennes.
  • Stress et inconfort : les chats infestés par les aoûtats souffrent d’inconfort et de stress généralisé, en raison des démangeaisons constantes. Cela affecte notablement leur bien-être.
  • Réaction allergique : dans de rares cas, un chat peut développer une allergie aux piqûres d’aoûtats. Celle-ci peut entraîner des symptômes bien plus graves.
Il est important de prendre des mesures pour traiter votre animal dès que vous remarquez des signes évocateurs.

Comment mettre en évidence les aoûtats chez le félin ?

Pour mettre en évidence la présence d’aoûtats sur votre chat, il est nécessaire d’effectuer une inspection visuelle de sa peau. 
Voici comment procéder :

  • Examinez les zones à risque : concentrez votre inspection sur les zones privilégiées par les aoûtats (oreilles, cou, tête, pattes et région génitale). Utilisez une lampe de poche pour éclairer ces zones si nécessaire.
  • Recherchez des points rouges : les aoûtats ressemblent à de minuscules points rouges. Vous pourrez peut-être les voir à l’œil nu, mais une loupe est utile pour une observation plus détaillée.
  • Observez le comportement de votre chat : si votre chat se gratte fréquemment ou se lèche de manière inhabituelle, ces signes sont évocateurs d’une infestation d’aoûtats.
  • Consultez un vétérinaire : si vous suspectez que votre chat est infesté d’aoûtats, il est recommandé de consulter un vétérinaire pour établir un diagnostic. Celui-ci pourra confirmer la présence d’aoûtats en effectuant un raclage cutané des zones touchées. Il mettra en évidence les parasites à l’aide d’un microscope et recommandera un traitement adapté.

Existe-t-il des traitements contre l’aoûtat du chat ?

Si vous suspectez une infestation d’aoûtats chez votre chat, il est important de consulter un vétérinaire. Une fois que le diagnostic a été confirmé, un plan de traitement approprié vous sera proposé. Plusieurs options sont envisageables pour traiter votre animal :

  • Traitements antiparasitaires : votre vétérinaire peut prescrire des insecticides adaptés à votre chat. Ces produits aideront à éliminer les aoûtats de sa peau.
  • Nettoyage de la peau : il est recommandé de nettoyer en profondeur le pelage de votre animal pour éliminer les larves d’aoûtats. L’inspection visuelle qui en résulte sera utile pour détecter et traiter les lésions cutanées.
  • Soins anti-démangeaison pour chat : pour soulager les démangeaisons et l’inconfort, vous pouvez mettre en place des soins locaux à l’aide de shampooings ou de sprays adaptés. 
  • Anti-inflammatoires : dans certains cas, si votre chat fait une réaction allergique importante, ils peuvent être nécessaires. Ils sont administrés par piqûre ou comprimés, et permettent de réduire les réactions cutanées de votre animal.

Est-il possible de prévenir l'infestation d'aoûtat chez le chat ?

Pour lutter contre la trombiculose chez le chat ou le chien, la prévention est essentielle. Voici quelques mesures efficaces pour réduire les risques d’infestation :

  • Gestion de l’environnement : assurez-vous que l’environnement de votre animal, y compris votre jardin, soit bien entretenu. Il doit être débarrassé des débris, des feuilles mortes et de tout ce qui peut favoriser la présence des aoûtats.
  • Alimentation adaptée : avant l’été, proposez à votre animal des aliments riches en acides gras essentiels. Ils aident à prévenir les problèmes de peau des carnivores domestiques.
  • Contrôle des accès extérieurs : si votre chat passe du temps dehors, envisagez de le garder à l’intérieur pendant les périodes où les aoûtats sont actifs. Les mois chauds de l’été sont les plus à risque pour votre félin.
  • Produits antiparasitaires externes : protégez votre animal contre les parasites avec des traitements adaptés. Il existe des médicaments sous forme de pipettes et de comprimés, ou même des colliers acaricides à libération prolongée.
  • Inspections régulières : examinez régulièrement la peau de votre chat pour détecter tout signe suspect d’infestation d’aoûtats. Plus tôt vous agirez, plus le traitement sera efficace.

Si vous avez des doutes ou des questions sur la santé de votre animal, un seul réflexe :  appelez votre vétérinaire !

Plus de conseils sur...

Qu'avez-vous pensé de ce conseil ?

Merci pour votre retour !

Merci pour votre retour !

4 personnes ont trouvé ce conseil utile.

Laisser un commentaire
Connectez-vous pour commenter

1 commentaire

Confirmation de la suppression

Êtes-vous sûr de vouloir supprimer le commentaire ?

1 commentaire sur 1

Vous voulez partager cet article ?