Publicité

Chat et balcon : attention à la chute !

un chat sur un balcon © Thanakhan Sukkrasanti / Shutterstock

Pour les chats d’appartement ayant accès à un balcon ou une terrasse, l’été est la saison d’un danger bien réel : celui de la chute. Pendant qu’il tombe, le chat a le réflexe de se retourner et de se positionner en parachute avant de se réceptionner sur ses pattes. Cependant, il n’a pas toujours le temps d’effectuer ce retournement, et ce n’est pas toujours suffisant pour éviter de graves blessures.

La rédaction

Publié le

En ville, les beaux jours sont l’occasion de profiter des terrasses et balcons. On sort le transat, on accroche les géraniums… Nos amis chats raffolent eux aussi de ces petits bouts d’extérieur. Observation des oiseaux, des insectes, odeurs des fleurs, bruissements des feuilles… et crapahutage sur la rambarde ! Même si les chutes sont plus fréquentes chez les jeunes, aucun chat n’est à l’abri de cet accident potentiellement mortel. Alors, prendre l’air sur le balcon, oui, mais sous surveillance.

Un chat retombe toujours sur ses pattes, ou pas…

Les chats sont des animaux souples, légers et volontiers acrobates. De plus, ils ne souffrent pas du vertige, ce qui explique leur propension à se balader sur les rebords de balcons ou à sauter sur les appuis de fenêtres. Malheureusement, une maladresse, la peur, peut les mener à la chute.

Une fois dans le vide, le chat a le réflexe de se retourner. Grâce à sa vue et son oreille interne (sens de l’équilibre), il va effectuer une rotation pour atterrir sur ses pattes.

D’abord il va commencer par le redressement de sa tête, puis de l’avant du corps et enfin du train-arrière. Il peut ensuite planer, un peu à la manière d’un parachute (d’où l’appellation de « chat parachutiste » donnée à ces petits imprudents). Le félin se réceptionne sur les membres arrière qui amortissent le choc. Les pattes avant touchent ensuite le sol, puis la tête si l’animal n’a pas réussi à amortir la chute.

Cependant, il faut un certain temps au chat pour effectuer ce retournement. On considère que si le félin chute d’une hauteur inférieure à 3-4 étages, il n’a pas le temps de se redresser et peut alors tomber sur le dos ou le flanc.

Ensuite, plus la hauteur sera élevée (supérieure à 5 étages), plus la vitesse de la chute sera grande. Le chat ne peut plus amortir la chute avec ses pattes : sa tête et son thorax vont alors frapper le sol avec force.

La nature du terrain est également à prendre en considération : un chat se réceptionnant sur un terrain meuble (pelouse) ou dans un arbuste a plus de chance de s’en sortir indemne que s’il atterrit sur du bitume.

Marina Bekkers / Shutterstock

Le top 3 des blessures du chat parachutiste

Tout chat ayant chuté doit être conduit chez un vétérinaire et surveillé pendant 48 heures. En effet, certaines lésions peuvent passer inaperçues dans un premier temps. De nombreux chats sont en état de choc et doivent être hospitalisés pour être perfusés. D’autres, quoique peu blessés, sont en état de sidération lié au stress de la chute.

  • Fractures des membres postérieurs

Etant donné qu’elles vont toucher le sol en premier, les pattes arrière sont souvent le siège de fractures. Le chat se déplace peu, ou sur 3 pattes. Le membre touché est douloureux et gonflé. En cas de fracture ouverte, on observe une plaie, laissant deviner les abouts osseux.

La prise en charge de ces fractures est souvent chirurgicale.

On rencontre aussi des luxations de la hanche ou des fractures du bassin.

  • Les blessures à la tête

La tête du chat heurte violemment le sol. Il peut en résulter différentes lésions dont les plus fréquentes sont : la fente palatine (fissure du palais), la fracture de la mâchoire ou des crocs.

Le chat présente des saignements buccaux ou nasaux et peut avoir des difficultés à s’alimenter.

  • Le pneumothorax

Le pneumothorax du chat résulte d’une brèche pulmonaire. L’air contenu dans les poumons passe dans la cage thoracique et comprime les poumons. L’animal souffre alors de difficultés respiratoires.

Le diagnostic est radiographique. Le traitement consiste à ponctionner l’air comprimant les poumons et à placer le chat sous oxygène si nécessaire.

Balcons et terrasses : des terrains de jeu à sécuriser

Samuel Maciel / Shutterstock

L’idéal serait d’interdire ces extérieurs aux petits aventuriers. Pour des raisons pratiques, cela n’est pas toujours possible. De plus, ces espaces sont fort appréciés des chats d’appartements dont le milieu est plus pauvre en distraction.

On peut procéder à la sécurisation d’un balcon ou d’une fenêtre à l’aide d’un filet ou d’un grillage fin se fixant sur le pourtour de l’ouverture. Pour les terrasses, la pose d’un grillage haut peut être envisagé. Lorsque le filet de protection n’est pas une option, il est possible de poser des jardinières sur la rambarde et d’attacher son chat avec un harnais et une longe.
Avec ces précautions et un peu de vigilance, vous pourrez profiter de votre balcon et de votre chat !

 

Isabelle Vixège

Dr vétérinaire

Laisser un commentaire
0 commentaire
Confirmation de la suppression

Êtes-vous sûr de vouloir supprimer le commentaire ?

Connectez-vous pour commenter