Publicité

Un chiot de race Teckel

Une maladie grave

© Shutterstock / claire norman (Photo d’illustration)

Une femme paye plus de 700 euros pour un chiot : le lendemain, le vétérinaire annonce qu’il faut l’euthanasier

Par Elise Petter Autrice

Publié le

Au mois d’août dernier, Beverly Monteith a pris la grande décision d’acheter un chiot pour lui tenir compagnie. Malheureusement, rien ne s’est passé comme prévu. 

Beverly Monteith vit dans la banlieue de Liverpool. Au mois d’août dernier, cette heureuse grand-mère a décidé de s’offrir un chiot de race Teckel pour un peu plus de 700 euros. 

Pour ce faire, elle se rend chez un éleveur situé à Leeds afin de faire les choses correctement et d’avoir des garanties sur la santé de l’animal. 

Sauf que les garanties n’étaient pas suffisantes…

Un chien très malade

Lorsqu’elle ramène Honey chez elle, Beverly Monteith est la plus heureuse de pouvoir profiter de la présence d’un nouveau petit compagnon à ses côtés. Mais elle déchante vite quand elle découvre, le lendemain, qu’Honey semble aller très mal. Le chien ne fait que vomir. 

Inquiète, Beverly Monteith emmène donc son chiot chez son vétérinaire qui lui annonce qu’il souffre de parvovirose et qu’il n’a que 25% de chance de survivre. Le vétérinaire lui conseille même d’euthanasier le chiot afin d’éviter qu’il ne souffre. 

Honey a finalement été gardée toute la nuit et les vétérinaires ont dit à Beverly qu'il en coûterait plus de 2000 euros pour soigner le chiot, mais qu'il n'y avait aucune garantie qu'elle survivrait. Le 30 août, Beverly a été autorisée à ramener Honey à la maison, mais le chien a été ramené d'urgence chez le vétérinaire quelques heures plus tard.

Heureusement pour Honey, elle se porte aujourd’hui mieux et remonte doucement la pente pour le plus grand bonheur de ses humains qui reconnaissent néanmoins ne pas avoir assez pris de renseignements et de garanties chez l’éleveur qui n’était visiblement pas très sérieux. 

Plus d’actualités sur...

Qu'avez-vous pensé de cette actualité ?

Merci pour votre retour !

Merci pour votre retour !

Laisser un commentaire
Connectez-vous pour commenter
Vous voulez partager cet article ?