Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Assurance pour chien et chat</p>
  • <p>Cultivez la jeunesse d'esprit de votre chien</p>
Race de chat :

Gouttière

Gouttière
Gouttière
Autre(s) nom(s)
Chat de gouttière

Comme les hommes, les chats ont des caractéristiques différentes suivant qu’ils habitent les îles, la terre ferme, vivent en appartement ou dans la rue. Le chat commun, ou plus familièrement le chat de gouttière, bien qu’étant indépendant et vagabond, sait donner à celui qui en prend soin une affection difficile à décrire.

Les origines du chat Gouttière

L’homme n’est pas intervenu dans sa sélection et il a laissé la nature façonner un large éventail de formes et mille caractères différents. Que peut-on dire de notre ami matou ? D’abord que son attitude envers l’homme ne s’est pas modifiée dans le temps : affectueux et toujours à la recherche de câlins et de caresses, il se montre méfiant, agressif ou voleur uniquement par nécessité.

Alors qu’il n’était pas apprécié dans le passé, aujourd’hui l’homme a appris à ne pas sous-évaluer ses qualités et à lui donner du temps et de l’affection. Vous vous demandez peut-être quelles sont ces qualités qui font du chat de gouttière un animal irremplaçable ?

Tout d’abord, son habileté à la chasse : depuis la nuit des temps, il a défendu pour l’homme, surtout dans les sociétés paysannes, les réserves alimentaires guettées par les rongeurs, contribuant de plus à la stabilité du système écologique. Même de nos jours, il est pratiquement impossible de ne pas voir, dans les fermes ou les maisons de campagne, nos sympathiques amis chats de gouttière, étalés au soleil ou à l’affût des souris. C’est certainement cette qualité qui l’a rendu très populaire et irremplaçable au fil des jours.

Le chat de gouttière possède également une grande capacité d’adaptation : lorsque l’homme est passé du monde rural au monde urbain, l’intrépide félin n’a pas eu de problèmes pour vivre dans l’espace limité des appartements. Il a même changé de rôle, car de défenseur des greniers, des granges et des écuries, il est devenu aujourd’hui le compagnon « d’appartement » de l’homme. Depuis lors, il est une présence amicale et quotidienne, capable de donner des moments de bonheur et de chaleur car il est toujours disponible et prêt à donner des marques d’affection à son maître.

Il sait néanmoins conserver sa volonté d’indépendance et de liberté, tout en éprouvant pour son maître une affection qui ne diminue pas avec le temps. Il lui reste toujours fidèle et ne l’abandonne pas dans les moments difficiles. Il ne demande rien en échange, si ce n’est du lait, de la nourriture, une couverture chaude et beaucoup de caresses.

Malheureusement, tous les chats de gouttière ne peuvent pas être dits « de maison » : beaucoup d’entre eux sont obligés de vivre dans la rue, fouillant ça et là les conteneurs à ordures pour trouver le peu de nourriture nécessaire à leur survie. Pour s’occuper des chats errants, des associations se sont créées ; elles les prennent en charge, les soignent et leur cherchent une famille. Leur tâche n’est pas très facile car l’offre est largement supérieure à la demande : il reste ainsi trop d’orphelins qui, même bien nourris et avec un toit au-dessus de leur tête, ne peuvent donner l’affection dont ils sont capables et ne peuvent évidemment pas en recevoir !

L’intérêt grandissant porté aux chats de gouttière se manifeste par leur présence de plus en plus importante dans nos foyers, et par un public toujours plus nombreux aux expositions. En 1990, un rassemblement spécial fut organisé, consacré aux chats de gouttière, dans le cadre de l’Exposition internationale féline qui eut lieu à Milan au mois d’octobre, à laquelle participèrent plus de cent sujets de gouttière. Les simples matous de nos foyers commencèrent alors à être appréciés pour leur beauté et plus seulement pour leur utilité ou leur capacité à donner de l’affection.

Sélectionner une Race de chat :
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)
b Partager sur Facebook