Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box
Race de chien :

Le raisonnement du chien

Il est établi que le chien possède un cerveau semblable au nôtre et des sens nettement supérieurs : il paraît alors évident qu’il est capable de raisonner, puisqu’il dispose de tous les moyens nécessaires. Reste à comprendre comment et dans quelle mesure il raisonne.

Le chien a la faculté de faire des associations d’idées (la pure et simple possibilité de le dresser le prouve, tout comme les comportements consécutifs à des expériences agréables et/ou désagréables). Capable de se souvenir, et ce très longtemps (l’exemple d’Argos, le chien d’Ulysse, est légendaire, mais particulièrement explicite), il s’avère surtout apte à prendre des décisions face à des situations complètement nouvelles où il ne peut recourir ni à des souvenirs, ni à des conditionnements, mais uniquement aux ressources de son intelligence.

Dans son livre, L’intelligence du chien (Varèse, 1995), Melissa Miller cite le cas d’Irish, un Setter appartenant aux gérants d’un magasin : « Le chien avait l’habitude de rester couché devant le magasin, pour observer les piétons et les automobiles qui passaient. Un jour, il remarqua un bambin qui s’était éloigné de sa mère, absorbée par ses achats, et qui se dirigeait d’un pas mal assuré vers la rue. Les rares personnes qui se rendirent compte de la situation demeurèrent le souffle coupé lorsqu’elles virent des voitures s’approcher. Mais Irish ne perdit pas une seconde : il s’élança et, en plantant ses dents dans les petits pantalons, réussit à traîner l’enfant sur le trottoir. »

Il s’agit là simplement d’un des mille cas de « chiens héroïques » que l’on peut lire dans les faits divers, mais la capacité de raisonnement du chien se manifeste aussi clairement dans les menus épisodes de la vie quotidienne. Il existe des chiens (et des chats !) qui ont appris à ouvrir le réfrigérateur pour déguster des en-cas à l’insu de leur maître.

Le chien pense, raisonne, décide ; ses mécanismes mentaux ne sont pas identiques aux nôtres et ont bien entendu des limites, mais de là à estimer que le chien suit exclusivement son instinct ou des conditionnements, il y a loin. Le chien possède un instinct et s’avère génétiquement enclin à le suivre (exactement comme l’homme) : mais puisqu’il sait aussi penser, il est capable de se contrôler et de placer la raison avant l’instinct.

Le chien sait retenir une peur instinctive (celle du feu, notamment) et peut apprendre à sauter à travers un anneau enflammé s’il comprend qu’en agissant ainsi, il rend son maître heureux. C’est comme si vous aviez, par exemple la phobie des araignées, et que vous en preniez une dans votre main pour faire plaisir à votre chien, même en ayant la garantie absolue qu’il s’agit d’une araignée parfaitement inoffensive ! Qui donc est le plus courageux pour dompter ses réactions instinctives et les remplacer par un raisonnement ?

 
Valérie Rossi
  • Eleveuse renommée qui dresse notamment des chiens d'utilité, et auteur d'ouvrages de référence sur les chiens

0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
b Partager sur Facebook
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)