Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Pour 88% des propriétaires d’animaux français, la perte d’un animal est aussi douloureuse que celle d’un humain

Vendredi 01 Novembre 2019 | Par Nathalie D'Abbadie

GRANDE ENQUETE WAMIZ X ESTHIMA : A l’occasion de la Toussaint, Wamiz et Esthima ont pensé à tous les animaux de compagnie partis rejoindre le ciel et ont lancé une grande enquête sur le deuil chez les propriétaires de chiens et chats. En France, Italie, Espagne, Allemagne, Angleterre et Pologne, les résultats montrent toute l’importance accordée à ce membre de la famille à quatre pattes.

Le sujet si sensible du deuil des animaux de compagnie parle à tous les propriétaires, tant la perte d’un animal est difficile à surmonter. Souvent mal compris par ceux qui n’ont jamais partagé leur vie avec un animal, le deuil d’un compagnon à quatre pattes est particulièrement lourd à porter.

8700 propriétaires de chiens et chats en France, Italie, Espagne, Allemagne, Angleterre et Pologne ont répondu à cette grande enquête sur le deuil des animaux de compagnie organisée par Wamiz avec la participation de Esthima (pompes funèbres animalières).

Pour 88% des propriétaires d’animaux français, la perte d’un animal est aussi douloureuse que celle d’un humain

90% des propriétaires européens gardent un souvenir de leur animal

Pour 95% d’entre eux, ce sont des photos qui leur permettent de se remémorer les bons moments passés aux côtés de leurs animaux. Mais pour 21% des propriétaires français, ce souvenir prend la forme de touffes de poils de l’animal défunt ! Et ce souvenir est aussi présent dans les autres pays interrogés : 30% des Anglais, 20% des Allemands, 15% des Italiens et des Espagnols et 12% des polonais choisissent cette façon de se rappeler de leur animal.

24% des propriétaires français dédient un texte sur les réseaux sociaux à leur compagnon défunt, contre 34% en Italie et en Allemagne, 17% en Pologne, 53% au Royaume-Uni et 52% en Espagne. Une façon de partager leur peine avec d’autres propriétaires qui comprennent ce qu’ils sont en train de traverser.

Pour 88% des propriétaires d’animaux français, la perte d’un animal est aussi douloureuse que celle d’un humain

76% des propriétaires parviennent à accueillir un nouvel animal dans leurs vies

Cela a beau être difficile, la majorité des propriétaires adopte ou achète un nouvel animal après avoir perdu leur chien ou chat. Parmi ces propriétaires, la moitié a attendu moins de 6 mois pour accueillir un nouveau compagnon, et encore 30% moins d’un mois. Cela ne veut pas dire que la perte de l’animal est moins douloureuse, mais la joie procurée par la présence d’un nouveau chien ou chat aide à mettre du baume au cœur.

Pour 88% des propriétaires d’animaux français, la perte d’un animal est aussi douloureuse que celle d’un humain

Les animaux aussi importants pour leurs propriétaires dans tous les pays interrogés

Nous avons certes des cultures différentes, mais quand il s’agit du deuil de nos animaux de compagnie, nous sommes tous confrontés à la même douleur. En France, Allemagne, Pologne, Italie, Espagnie et au Royaume-Uni, la perte d’un chien ou chat fait toujours aussi mal.

En étudiant les résultats de l’étude, l’équipe de Wamiz a constaté que la seule différence vraiment notable entre les pays européens concerne le choix funéraire préféré par les propriétaires.

Si en France, il n’y a pas de vraie préférence des propriétaires pour l’inhumation ou l’incinération individuelle ou collective, ce n’est pas le cas ailleurs en Europe. Ainsi, 75% des propriétaires polonais choisissent d’enterrer leur animal, au même titre que 28% des Anglais, 53% des Allemands, 61% des Italiens et 65% des Espagnols !

Découvrez encore d’autres informations intéressantes sur le deuil des animaux de compagnie dans l’infographie de Wamiz ci-dessous :

Pour 88% des propriétaires d’animaux français, la perte d’un animal est aussi douloureuse que celle d’un humain

Consultez l'étude européenne complète sur cette page !

Si vous aussi, vous souhaitez accueillir un nouvel animal dans votre vie, rendez-vous sur notre rubrique Adoption !

A lire aussi : Faire le deuil de son animal : comment surmonter la mort d'un compagnon

# adoption, deuil, décès, esthima
Par Nathalie D'Abbadie Crédits photo :

Shutterstock

5 commentaire(s)
Je ne sais pas si je pourrais reprendre un petit chien. Quand il a été malade en juin 2018 j'étais dévasté. Il était mourant mais heureusement il est toujours là. Cependant de chagrin j'ai fait mon deuxième infarctus du myocarde en septembre 2018. Je l'aime trop et je crois que je partirai avec lui. D'ailleurs pour l'instant je n'ai pas changé d'avis.
deux chiens de ma famille qui sont morts, deux chats donnés.
c'était de vrais proches je pense a eux tous les jours.
d'ailleurs Girni21, ma chatte qui est née quand la tienne est malheureusement décédé, si je la perdait, je ne sais pas si je m'en remettrais, je m'inquiète toujours quand elle est dehors et j'imagine les pires choses qui pourrait lui arriver.
un animal de compagnie est un proche !!!! au même titre qu'une personne physique .
il est vrai que ceux qui n'ont pas ou n'aime pas les betes ne comprendront jamais ! j'ai toujours plus "pleurée" mes chats disparus que les membres de ma famille.
les gens qui n aiment pas les animaux ou qui n en n ont pas ne comprennent pas notre peine
pour moi quand un de mes animaux meurent c est des jours de tristesse de pleurs de souffrance je reprends de suite un autre animal mais ce n est en aucun cas pour remplacer c est pour continuer de vivre avec une adorable compagnie chaque animal est different et avec chacun d eux on vit une histoire differente
En 2006 j'avais adopté dans un refuge une adorable chatte de 3 ans et demi. Atteinte d'une IRC depuis 2013, elle est décédée en mars 2018. Je l'ai faite incinérer et je conserve ses cendres pour qu'elles soient déposées auprès de mon urne quand l'heure viendra (ceci est autorisé, l'urne du chat est alors considérée comme un objet). Elle est partie sans souffrir, ses reins ne fonctionnaient plus et elle était tombée dans un profond coma. Sa mort fut très douloureuse pour moi, je n'arrivais plus à respirer, à dormir, à manger, je ne faisais que pleurer. Une semaine après, j'adoptais Hathor âgé de 4 ans, mon cher chat noir, non pas pour la remplacer mais pour avoir une nouvelle compagnie. Et j'aime ce chat très câlin, très proche de moi, autant que j'ai aimé ma chatte. J'ai des photos d'elle dans mon salon et il m'arrive toujours de me mettre à pleurer quand je les regarde ou quand je pense à elle. Je sais que le deuil est très long, je l'ai déjà vécu avec les quatre chiens que j'ai eu entre 1970 et 1995, je pense toujours à eux mais je ressens plutôt de la joie de les avoir connus et aimés, j'en ai gardé de bons souvenirs comme pour la chienne de mes parents avec laquelle j'ai grandi. Par moments, je me dis que je pense plus à ces animaux qui ont partagé des parties de ma vie qu'aux membres de ma famille disparus mais je ne m'en ferais jamais le reproche. Certaines de mes connaissances n'ont pas compris ma façon de penser et je leur ai répondu que les animaux sont sincères, qu'ils ne trahissent jamais et que leur amour est réel et sans arrière pensée.
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)