Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box
Race de chien :

Le chien hyperactif et excitable

Le jeune loup ne reste jamais seul et inactif pendant la journée : d’habitude, la meute est composée d’adultes et d’autres chiots avec lesquels il peut jouer. La vie du chien, qui, en général, ne jouit pas de la compagnie d’autres animaux, est bien différente : il passe la plupart de son temps sans communiquer avec personne et sans stimulation extérieure. Lorsque son maître arrive, il se défoule frénétiquement.

Il est très important de se le rappeler lorsque l’on examine un chien qui souffre d’hyperkinésie, car cela nous aide à comprendre s’il est malade ou s’il se comporte ainsi parce qu’il doit libérer toutes les énergies accumulées et réprimées pendant ses moments de solitude.

S’il passe une grande partie de la journée enfermé dans un box, à la maison ou attaché à une chaîne, il est naturel qu’il se mette à courir comme un fou et à sauter sur son maître lorsqu’on le libère. Ce n’est qu’une façon de manifester sa joie.

Il est également normal qu’un chien qu’on amène se promener dans les champs tire sur sa laisse ou, s’il est libre, qu’il s’abandonne à des courses effrénées et veuille mêler l’homme à ses jeux, qu’il considère comme un membre de la meute.

Toutefois, même s’il faut considérer ces comportements comme physiologiques, il est bon que le maître soit capable de contrôler l’exubérance de son animal. Il doit donc parvenir à le rappeler lorsqu’il s’éloigne trop et doit pouvoir interrompre le jeu lorsqu’il s’énerve trop. S’il a des difficultés à récupérer le chien qui s’éloigne, il faut qu’il le « bloque» tout de suite avec une laisse à dérouleur.

Certains maîtres ne tolèrent d’habitude pas que leur chien remue sans cesse et saute sur les gens (les invités en particulier), surtout s’il le fait pour attirer l’attention (d’autres comportements sont associés à cette attitude, comme le fait d’aboyer avec insistance, d’uriner ou de déféquer).

Lorsqu’un inconnu arrive à la maison, certains chiens ne savent pas comment se comporter : au début, ils restent dans leur coin, puis dès qu’ils commencent à se fier de lui, ils se mettent à sauter, à courir, à aboyer... pour attirer son attention.

D’autres, plus expansifs, se jettent sur l’inconnu et le submergent de caresses, de coups de langue et de coups de pattes. Ces deux attitudes adoptées par le chien sont en fait un piège : si son maître le réprimande ou le suit pour l’enfermer dans une autre pièce ou pour récupérer un objet qu’il tient dans sa gueule, il encourage son comportement (souvenez-vous : le chien qui veut attirer l’attention ne fait pas la différence entre la réprimande et l’encouragement).

Notre ami à quatre pattes trouve les poursuites très amusantes et, dès qu’il en a l’occasion, il essaie de mêler à nouveau son maître dans un jeu qu’il trouve très distrayant. On observe également le comportement surexcité chez le chien qui souffre d’anxiété de séparation.

Il y a des races pour lesquelles une grande activité physique est une véritable exigence, une soupape de sécurité qui sert à décharger toute leur énergie : il s’agit des races de travail (chiens de chasse en particulier, chiens de traîneaux, chiens de troupeaux) et des races très joueuses.

Même si la plupart des chiens hyperactifs ne sont pas malades, il est important de ne pas oublier que bouger frénétiquement peut aussi être le symptôme d’une maladie nerveuse. L’hyperthyroïdie est une autre pathologie qui provoque agitation et hyperactivité.

Toutefois, pour s’assurer qu’une maladie n’est pas à l’origine du comportement trop vif du chien, il est indispensable de s’adresser à un vétérinaire qui, avec des examens spécifiques, confirmera ou éliminera ce soupçon et prescrira le bon traitement.

Quelle attitude adopter ?

Augmentez sa capacité d’autodiscipline au moyen d’exercices spécifiques, afin de contrôler l’animal « agité »: une bonne leçon de dressage à l’obéissance peut servir à atteindre cet objectif. Lorsque le sujet a acquis un minimum de contrôle de soi, réalisez les exercices éducatifs à la maison.

Lancez-lui un ordre comme « Assis ! », suivi de « Reste ! », puis comptez jusqu’à dix et, s’il ne bouge pas, récompensez le. Répétez l’exercice s’il n’obéit pas. Continuez le dressage en rallongeant progressivement sa durée, sans réprimander votre chien lorsqu’il ne se comporte pas correctement.

Il apprend ainsi à se concentrer sur un ordre et, par conséquent, à rester calme. Ces exercices sont adaptés en particulier aux jeunes chiens et en bonne santé ; un peu moins aux vieux chiens qui pourraient se fatiguer et être stressés.

Si votre chien passe beaucoup de temps seul à la maison, à votre retour, emmenez-le se défouler dans un pré : laissez-le courir ou jouez au lancer de bâton avec lui. Mettez un terme aux comportements surexcités dès qu’ils apparaissent. Si votre chien vous saute dessus, donnez-lui un léger coup de genou sur le sternum pour le dissuader ou éloignez-vous avec indifférence. Vous ne devez absolument pas le repousser avec les mains ni le sermonner, car vous l’encouragez à continuer.

On ne peut pas non plus tolérer un chien qui mordille les mains pour jouer ; rappelons-nous que la mère enseigne à ses petits, dès leurs premiers mois de vie, le contrôle de soi, dont fait aussi partie le contrôle de la morsure. En cas de mordillement, il faut donc intervenir immédiatement en interrompant toute activité entreprise avec le chien, en lui tournant le dos et en s’éloignant d’un pas péremptoire.

Lorsque l’origine de l’hyperactivité de votre fidèle ami est l’arrivée d’un invité, il faut l’empêcher de s’approcher jusqu’à ce qu’il se calme. Organisez par la suite des rencontres avec un ami auquel vous demanderez d’ignorer votre chien et de ne pas interagir avec lui (les premières fois, il vaut mieux le tenir en laisse parce qu’il sera plus facile à contrôler).

Si vous n’avez pas de jardin où il peut courir ou si vous disposez de peu de temps à lui consacrer, évitez les chiens appartenant aux races joueuses ou de travail, qui ont besoin de beaucoup d’activité physique pour défouler leur énergie. N’entreprenez pas de longues et d’exténuantes poursuites pour mettre sa laisse à votre fidèle ami.

S’il n’accourt pas immédiatement au rappel, ignorez-le et attendez qu’il s’approche spontanément. Si l’hyperexcitabilité est un symptôme de l’anxiété de séparation, il faut soigner cette pathologie. Au cours des premières phases du dressage, il peut être utile d’administrer des calmants au chien (sur prescription vétérinaire) ; il sera alors plus facile de contrôler son excitabilité.

> Un problème d'éducation ?
Découvrez notre méthode exclusive pour éduquer votre chien facilement !

 
Franco Fassola
  • Docteur vétérinaire spécialiste des animaux de petite taille dont les NAC

0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
b Partager sur Facebook
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)