Huiles essentielles pour tiques

Flip-Cockwood
Flip-Cockwood

Hello Wamiz,

Pour ceux que cela intéressent, voici un mélange qui permettrait de tenir à distance tiques, puces et moustiques.

Je vous retranscris l'écrit d'une copine de balade telle quelle :

"Voici la liste des huiles essentielles que je mets à G*** :

10 gouttes dans un flacon de 50 ml de :

tee tree, eucalyptus citronné, lavande vraie ou lavandin, menthe poivrée, géranium. Ensuite compléter le flacon avec une huile végétale.

Je lui en mets une fois par semaine entre les omoplates et un peu sur le collier."

Voilà, je n'ai aucune idée de l'efficacité sur différents poils. Ma copine a une staff qui a 10 ans et elle me dit lui avoir retiré des tiques 3 fois...

A++

Ce que je sais, c’est que je ne sais rien.
100 réponses
icon social_medias_rewards_rating/ribbon

Meilleure réponse

Aiken-Ka
Aiken-Ka

Ulysse46/Martau 😇 les deux font la paire on dirait 😉

Petite précision sur ce qu’est une synergie : Certaines huiles se complètent parfaitement, en mélangeant des huiles essentielles pour répondre à un objectif précis, on obtient une synergie d’huiles essentielles unique aux bienfaits spécifiques.

En les mélangeant elles vont donc se renforcer mutuellement (ce qu’on appel bien une synergie) avec un dosage adapté naturellement mais tout ça vous le savez ?

Quant à la zoopharmacognosie appiquée on peut l’observer à l’état naturel : L'inhalation résulte sûrement d'un comportement pratiqué à l'état sauvage consistant à se rouler sur une plante pour libérer son parfum. Dans la nature, de nombreux animaux frottent de la matière végétale sur les parties externes de leur corps pour dissuader les parasites. (Je précise que cette partie n’est pas de moi mais reprise d’un autre site vu que mes cours/les infos ne valent rien selon vos dires 😉) on a même pu observer des grands singes se nourrir de certaines essences de plantes contre les parasites intestinaux, ou des animaux sauvage se rouler dans la lavande pour éloigner les parasites (tels puces/tiques) quand au choix de la molécule pourquoi laisser le choix au chien ? On fait ainsi appel à une capacité inée chez le chien (le flair) qui va identifier si un composé l’incommode ou non (ça évitera de le mettre mal a l’aise olfactivement parlant avec des fragrances qui lui poseraient problèmes) mais bon je suis un charlatan 😉

Vous cherchez le débats avec de faux pseudos, vous attaquez les gens qui ne pensent pas comme vous et les accusez ensuite de propos qu’ils n’ont pas tenu dans le simple but de nourrir ce besoin de conflit.

Puis je au moins vous demander de cesser ce harcèlement ? Vous n’êtes pas d’accord avec moi c’est votre droit le plus stricte .

Le chien est un être doué d’émotion et capable d’une gamme d’expression riche et variée. Communiquer avec un chien c’est se mettre à son niveau, accepter que nous ne savons pas tout et pouvoir se remettre en question .
Martau
Martau

Lou Gabian ça peut être utilisé mais dans certaines circonstances encore une fois j’invite à la réflexion (qu’on soit pour ou contre d’ailleurs) il y a des pros qui travaillent avec les HE en bonne intelligence, on peut même travailler directement avec des plantes en jardin sensoriel. Le chien va sélectionner lui même la molécule dont il a besoin (comme le chien qui « sélectionne » l’herbe qu’il va ingérer même si l’on n’aime pas cette manie c’est instinctif chez eux) L’intérêt est de présenter au chien un flacon (pas directement sous son nez mais à une petite distance) et selon sa réaction intérêt ou non : on utilise Ou pas. Cela s’appelle la zoopharmacognosie et c’est quelque chose d’instinctifs chez l’animal (en principe chez l’homme aussi mais nous avons « perdu » masse de nos de instincts) Ça ne se fait évidemment mas n’importe comment mais ça existe et cela fonctionne.

Un chien n’est pas capable de s’auto-diagnostiquer ni de déterminer le traitement dont il a besoin.

Les personnes pensant que les huiles essentielles ne contiennent rien de “chimique” ne savent visiblement pas ce qu’il y a dedans. Elles peuvent contenir des alcools, des aldéhydes, des cétones, des esters, des éthers, des peroxydes, des phénols, des sulfures, des terpènes. Qu’elles soient extraites de plantes ou synthétisées, ces substances sont rigoureusement identiques. Par rapport à une subtance sythétique, dont la pureté peut être assurée à un certain niveau, généralement mentionné par le fabriquant, les huiles essentielles peuvent contenir des impuretés. Si on y ajoute les risques de sous-dosage donc de manque d’effet, et le risque de surdosage, pouvant provoquer des réaction indésirables parfois graves, je ne leur voit pas d’avantage.

Il ne s’agit pas d’être pour ou contre, mais d’analyser rationnellement les choses afin de déterminer ce qui est à la fois le plus efficace et le plus sûr pour nos compagnons.

Aiken-Ka
Aiken-Ka

Martau déjà votre réponse montre que vous ne m’avez pas lue je n’ai jamais parlé d’auto diagnostique, j’ai parlé d’identifier une molécule bénéfique pour lui, un animal est parfaitement capable d’identifier quelque chose qui va lui faire du bien ou non, si on leur laisse la possibilité d’exprimer des comportements naturels.

Quand je parle d’utiliser des HE relisez moi aussi (j’ai bien expliqué de laisser la possibilité au chien de « sentir » de plus il vaut mieux partir sur une haute qualité donc bien plus cher et moins nocive que les dérivés que l’on trouve en pharmacie Dotera pour l’exemple est d’excellente qualité)

De plus si vous m’aviez lue j’ai précisé que cela devait être fait de façon surveillée (post plus ancien) et pas comme ça à l’arrache.

Je suis étudiante en aromathérapie et phytothérapie jamais il ne me viendrait a l’idée de conseiller quelque chose que je ne connais pas (ça ne peut en aucun cas se substituer à un traitement vétérinaire en cas de grosse pathologie mais on peut clairement soigner des otites, de petites infections de la peau et même des soucis articulaires, certains soucis de comportements …)

Donc merci de ne pas résumer ma pensée à une ligne tirée au hasard d’une réponse plus complète.

Pour la zoopharmacognosie je vous invites à vous renseigner, plusieurs professionnels travaillent avec cette méthode.

L’utilisation des plantes n’est pas quelque choses que l’on fait à la légère. Ce n’est pas à moi que vous allez l’apprendre 😉

Le chien est un être doué d’émotion et capable d’une gamme d’expression riche et variée. Communiquer avec un chien c’est se mettre à son niveau, accepter que nous ne savons pas tout et pouvoir se remettre en question .
Piotr06
Piotr06

Surtout une huile essentielle ne se met JAMAIS directement sur la peau, mais sur les poils.

Il y a des pour, il y a des contres, chacun voit.

Personnellement une goute d'huile essentielle de citronnelle entre les 2 oreilles et une à la base de la queue pour la pepete .Je ne sais pas si cela est efficace contre les tiques, mais associée à un scalibor et une pipette d'advantix pour le phlébotome. Mais c'est un autre débat qui n'a pas sa place ici

"Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue." Einstein
Martau
Martau

Martau déjà votre réponse montre que vous ne m’avez pas lue je n’ai jamais parlé d’auto diagnostique, j’ai parlé d’identifier une molécule bénéfique pour lui, un animal est parfaitement capable d’identifier quelque chose qui va lui faire du bien ou non, si on leur laisse la possibilité d’exprimer des comportements naturels. Quand je parle d’utiliser des HE relisez moi aussi (j’ai bien expliqué de laisser la possibilité au chien de « sentir » de plus il vaut mieux partir sur une haute qualité donc bien plus cher et moins nocive que les dérivés que l’on trouve en pharmacie Dotera pour l’exemple est d’excellente qualité) De plus si vous m’aviez lue j’ai précisé que cela devait être fait de façon surveillée (post plus ancien) et pas comme ça à l’arrache. Je suis étudiante en aromathérapie et phytothérapie jamais il ne me viendrait a l’idée de conseiller quelque chose que je ne connais pas (ça ne peut en aucun cas se substituer à un traitement vétérinaire en cas de grosse pathologie mais on peut clairement soigner des otites, de petites infections de la peau et même des soucis articulaires, certains soucis de comportements …) Donc merci de ne pas résumer ma pensée à une ligne tirée au hasard d’une réponse plus complète. Pour la zoopharmacognosie je vous invites à vous renseigner, plusieurs professionnels travaillent avec cette méthode. L’utilisation des plantes n’est pas quelque choses que l’on fait à la légère. Ce n’est pas à moi que vous allez l’apprendre 😉

Ce dont vous parlez n'est absolument pas pertinent en ce qui concerne le sujet abordé ici, à savoir les tiques et autres nuisible du même acabit.

Ulysse46
Ulysse46

Je crois personnellement qu'il est impossible réellement identifier la dangerosité ou les bienfaits d'un produit, sans l'expérimenter.

Au mieux la méfiance nous préserve du danger mais ceci n'a rien a voir avec une question de flair déconnecté de toutes expériences (ou inexpérience).

Martau
Martau

Surtout une huile essentielle ne se met JAMAIS directement sur la peau, mais sur les poils. Il y a des pour, il y a des contres, chacun voit. Personnellement une goute d'huile essentielle de citronnelle entre les 2 oreilles et une à la base de la queue pour la pepete .Je ne sais pas si cela est efficace contre les tiques, mais associée à un scalibor et une pipette d'advantix pour le phlébotome. Mais c'est un autre débat qui n'a pas sa place ici

On se rappellera que la plupart des huiles essentielles doivent être diluées avant utilisation. Certaines peuvent être utilisées sur la peau sans risque. Ce n'est pas un sujet simple où Monsieur et Madame tout le monde peut improviser à sa guise. Une pipette avec un mode d'emploi clair et précis, c'est à la portée de tout le monde. Après, chacun peut aussi faire ce qu'il veut... A ses risques et périls.

Aiken-Ka
Aiken-Ka

Martau vous m’attaquez sur des sujets que je n’ai pas abordés et me reprochez ensuite de me défendre ?

Bien sûr qu’il y a des HE répulsive si vous m’aviez lue au lieu et place de m’attaquer gratuitement vous auriez lu également mes mises en gardes.

Ulysse46 j’ai abordé un sujet qui dérivé directement du sujet comme pour Martau je vous invite à me relire entièrement avant de me prêter des propos que je n’ai pas, je ne jugeais pas utile de rentrer dans les détails ce sujet n’y étant pas dédié je serait cependant ravie d’échanger mon expérience (mes études) avec chacun sur un sujet dédié.

Merci de faire preuve d’honnêteté intellectuelle et de bienveillance. Bonne fin de journée à tous le forum

Le chien est un être doué d’émotion et capable d’une gamme d’expression riche et variée. Communiquer avec un chien c’est se mettre à son niveau, accepter que nous ne savons pas tout et pouvoir se remettre en question .
Ulysse46
Ulysse46

Je n'ai pas besoin de tout relire, peut être devriez vous vous relire par contre car vous dîtes clairement qu'un chien ou même l'homme est capable instinctivement, au flair, en "sentant", de dire ou détecter (pour le chien..) si une substance est bonne pour lui ou non.

Vous parlez surtout d'intuition finalement... qui s'explique et est liée à l'expérience et non pas un instinct comme ça le flair déconnecté de tout et capable a lui seul de capter ce qui est bon et ce qui ne l'est pas.

Aiken-Ka
Aiken-Ka

Je n'ai pas besoin de tout relire, peut être devriez vous vous relire par contre car vous dîtes clairement qu'un chien ou même l'homme est capable instinctivement, au flair, en "sentant", de dire ou détecter (pour le chien..) si une substance est bonne pour lui ou non. Vous parlez surtout d'intuition finalement... qui s'explique et est liée à l'expérience et non pas un instinct comme ça le flair déconnecté de tout et capable a lui seul de capter ce qui est bon et ce qui ne l'est pas.

Vous avez besoin de relire car vous sortez tout de son contexte 😉

Je fait référence à la zoopharmacognosie qui fait appel à la capacité du chien à détecter un composé naturel qui lui sera bénéfique et donc d’identifier une he avec laquelle travailler (j’ai cité des noms plus tôt de personnes bien plus qualifiée que moi utilisant ces méthodes) c’est bien joli de n’utiliser qu’une partie d’un ensemble de réponse pour critiquer ce qui devait être un tout 😉

L’expérience consiste ensuite pour le naturopathe à utiliser cette capacité instinctive du chien pour travailler. (Ex: chien se frottant dans la lavande, dans la menthe ou autre herbe aromatique c’est inné chez eux à l’homme d’apprendre à travailler avec cela) encore une fois j’ai cité des personnes travaillant comme cela (HE, hydrolat, plante…)

Je pense que la majorité des gens sont capable de remonter un fil et de faire des recherches si cela les intéresse.

Encore une fois je trouve malheureux que vous sortiez ma réponse isolée d’un contexte global juste parceque cela vous arrange de critiquer gratuitement en faisant cela l’information est donc perdue.

Je remet donc pour ceux que cela intéresse

Paulina Druri (qui organise des séminaires)

Karine Fauscher (comportementaliste canin)

L’université de Mons (Umons organise des sessions sur ce thème)

Il y a également des formations qui se déroulent sur une année afin d’en comprendre toute la subtilité et de pouvoir appliquer les soins naturels par les plantes au animaux.

Il y a encore d’autre source mais ceux que ça intéresse peuvent soit me contacter en mp ou faire leur recherche eux-mêmes.

Le chien est un être doué d’émotion et capable d’une gamme d’expression riche et variée. Communiquer avec un chien c’est se mettre à son niveau, accepter que nous ne savons pas tout et pouvoir se remettre en question .
Ulysse46
Ulysse46

Tout ca ne veut strictement rien dire, pour rester polie 😒

Confirmation de la suppression

Êtes vous sûr de vouloir supprimer ce message ?