Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box

Physiologie de l'octodon

Octodon
Octodon
Poids :
200 à 300 g
Longeur :
12 à 20 cm
Espérance de vie :
5 à 10 ans

La régulation thermique

L’octodon, comme tous les mammifères, est un animal endotherme. Cela signifie qu’il possède un mécanisme interne qui se charge de générer une certaine chaleur corporelle et de la réguler. L’organisme de l’octodon produit donc continuellement des calories en quantité plus ou moins importante selon la température ambiante, afin de maintenir sa propre température entre 36,7 et 38,3 °C.

Mais l’animal présente une seconde caractéristique : sous ses poils peu fournis se cache une peau à la couche cornée assez épaisse, qui évite les déperditions d’eau. En effet, le climat semi-aride de son milieu naturel lui impose de résister à un ensoleillement et à des températures relativement élevés.

En cas de chaleur sèche supérieure à 30 °C, il ne peut parvenir à faire baisser suffisamment sa température corporelle, car le peu d’eau qu’il perd par évaporation contribue encore à augmenter sa chaleur interne.

Il risque donc la mort par hyperthermie. Pour se protéger, l’octodon se réfugie sous la terre : la température qui règne dans ses galeries avoisine les 24 °C et reste constante quand, au-dehors, le sol peut atteindre 50 °C ! La régulation thermique implique donc un mode de vie adapté : si en hiver le dègue concentre son activité autour de midi, en revanche, pendant les périodes de grosses chaleurs estivales, il répartit cette activité entre le matin et le soir (au crépuscule), et demeure dans l’intervalle à l’abri, au repos dans son terrier.

En outre, lorsqu’il en sort, il favorise les stations à proximité d’arbustes, pour leur ombre bienfaisante et limite les déplacements en zone dégagée, afin d’éviter autant que possible le rayonnement solaire direct et… les attaques de prédateurs.

La gestion de l'eau

Nous avons vu que les végétaux dont se nourrit le dègue du Chili contiennent la quasi-totalité de l’eau qui lui est nécessaire. Il est vrai que ses besoins en eau sont faibles. À cela, plusieurs raisons : l’épaisseur de sa peau, qui limite les dessèchements par évaporation (jusqu’à 30 °C, il ne perd en une heure qu’environ 1 mg d’eau par gramme), sa capacité à concentrer ses urines, et la consistance très sèche de ses excréments.

Les pertes d’eau se répartissent ainsi :
-38 % par évaporation
-jusqu’à 50 % par excrétion urinaire (selon l’adaptation de l’organisme à la sécheresse du climat)
- environ 16 % par excrétion fécale.

L’octodon s’est adapté à des climats particulièrement arides et peut survivre pendant de très longues périodes sans eau.

 
Florence Desachy
  • Docteur vétérinaire comportementaliste, enseignante et directrice d'une collection d'ouvrages animaliers

0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)