Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Assurance pour chien et chat</p>

Mon chien est malade!!

:
Hermione Granger

Mon chien est malade!!

Posée par il y a 4 ans dans Questions Soigner son chien | 6 réponses
il ne mange et ne fait plus ses besoins!! il ne boit quasiment pas et le seul liquide qu'il expulse est un liquide brun mélangé avec du sang!
Trier par : Vote | Date de publication

6 réponses

  • 1

    Direct au véto

  • 1

    C'est quand même affolant ce genre de poste.

    Bah bien sûr vétérinaire ! Sa doit être le premier réflexe à avoir !

    Je comprendrais jamais ...

  • 1

    Du grand n'importe quoi ...

  • 0

    + 1 ! surprenantes certaines questions !!

  • 0

    VÉTÉRINAIRE, adj. et subst.

    I. − Adjectif
    A. −
    1. Relatif aux soins dispensés aux animaux domestiques ou d'élevage par certains spécialistes des bêtes. Enseignement, médecine, science vétérinaire. J'engageai (...) un maréchal ferrant, qui connaissait un peu l'art vétérinaire (...) en lui promettant beaucoup d'ouvrage (Balzac, Méd. camp., 1833, p. 42).La recherche vétérinaire exige des moyens de travail appropriés pour mener utilement l'étude des problèmes posés par les épizooties (Qq. aspects équip. agric., 1951, p. 38).
    − En partic. Qui traite l'art de soigner les animaux. Il est indispensable (...) d'avoir quelques ouvrages vétérinaires, quoique les bestiaux (...) soient rarement malades (Crèvecœur, Voyage, t. 1, 1801, p. 63).
    2. Dont l'usage est réservé au traitement ou à la prévention des maladies des animaux. Médicament, produit, remède, technique, traitement, thérapeutique, vaccin vétérinaire. Aux endroits possibles, Frédéric enduit les plaies rougies (...) avec de la pommade vétérinaire (B. Biehler, Véto sans frontières, Dijon, éd. des Grands Ducs, 1988, p. 192).
    B. − Relatif aux personnes spécialisées dans la médecine des animaux.
    1. [En parlant d'une pers. ou d'un groupe de pers.] Il y a (...) le service de santé, le service vétérinaire, un escadron du train des équipages (Barbusse, Feu, 1916, p. 107).
    2. [En parlant d'une action] Qui est fait par un spécialiste en médecine animale ou sous sa responsabilité. Consultation, contrôle vétérinaire. La salle d'abatage commune est maintenue dans un état de propreté satisfaisant et l'inspection vétérinaire s'y effectue avec plus de facilité (Brunerie, Industr. alim., 1949, p. 58).
    3. École (nationale) vétérinaire. École assurant le recrutement et la formation des élèves vétérinaires en vue de l'obtention du diplôme de docteur-vétérinaire. L'école vétérinaire de Nantes, de Toulouse. La première école vétérinaire fut installée à Lyon en 1763 par Bourgelat qui fonda deux ans plus tard l'école d'Alfort (Encyclop. éduc., 1960, p. 234).
    II. − Substantif
    A. − Médecin spécialiste des animaux et, en particulier, du bétail et des animaux d'élevage (vétérinaire rural) ou des animaux domestiques et de compagnie (vétérinaire urbain). Faire des études de vétérinaire; être inscrit à l'ordre des vétérinaires; école nationale des vétérinaires; vétérinaire auxiliaire, militaire, des armées. Le vétérinaire est entré et a dit: « Monsieur le duc, votre cheval est bon à abattre, il a le charbon » (Ponson du Terr., Rocambole, t. 5, 1859, p. 322).Le chat s'était démis la patte, et il avait fallu le tenir pendant que le vétérinaire chinois replaçait le membre (Malraux, Cond. hum., 1933, p. 311).
    ♦ Vétérinaire sanitaire. ,,Vétérinaire chargé de l'inspection des viandes et des denrées alimentaires, de l'hygiène des locaux de travail et de vente`` (Chaud. 1970). La viande peut être livrée à la consommation après avis du vétérinaire sanitaire (Garcin, Guide vétér., 1944, p. 239).
    B. − En appos. ou en compos.
    1. Élève, étudiant vétérinaire. Élève, étudiant qui suit des études en vue de l'obtention du diplôme de vétérinaire. Les sursis accordés, pour études, aux étudiants en médecine, en pharmacie ou en chirurgie dentaire, ou aux élèves vétérinaires, peuvent être accordés jusqu'à 27 ans (J.O., Loi rel. recrut. arm., 1928, p. 3813).
    2. Artiste vétérinaire (vieilli), docteur(-)vétérinaire, médecin(-)vétérinaire. Études en vue du diplôme d'État de docteur-vétérinaire (Encyclop. éduc., 1960, p. 224).
    3. [Avec un élém. indiquant la spécificité] Ingénieur(-)vétérinaire, vétérinaire(-)inspecteur, vétérinaire(-)biologiste. Le cheval, nettoyé jusqu'aux os, apparut aux clartés du matin à l'état de squelette préparé comme par des chirurgiens vétérinaires (Gautier, Fracasse, 1863, p. 174).
    C. − Empl. à valeur de neutre. Tout ce qui touche à l'art et à la pratique de la médecine des animaux. Veut pas rester dans le vétérinaire, veut se hisser dans le pharmaceutique. Trouve ça plus distingué ce parvenu. Eh bien, je m'en fous de sa vanité. Qu'il reste dans le vétérinaire! (Queneau, Loin Rueil, 1944, p. 123).
    Rem. Qq. dict. notent cet empl. au fém.: On dit également la vétérinaire pour désigner tout aussi bien l'ensemble des professionnels, que la science qu'ils ont apprise et de l'art qu'ils appliquent (Villemin 1975).
    REM.
    Véto, subst. et adj.,abrév. fam. a) Subst. α) Arg. (des écoles). Élève d'une école vétérinaire (au départ, celle de Toulouse) (d'apr. Mél. Roques (M.) t. 2 1953). β) Docteur-vétérinaire. Duval exerçait à La Celle-Saint-Cloud. C'était notre véto de toujours, un vieux garçon qui soignait les petits animaux mais qui n'hésitait pas à tuer les gros (J. Lanzmann, Café-Crime, 1987, p. 167). γ) Empl. à valeur de neutre. Préparation au « véto »: Lakanal Sceaux (...), Marseille (Thiers), Alger, Bordeaux (Encyclop. éduc., 1960, p. 194).b) Adj. Tiens, je vais demander à Jo où c'est qu'il est le meilleur service véto (Cl. Sarraute, Maman coq, Paris, J'ai lu, 1990 [1989], p. 173).
    Prononc. et Orth.: [veteʀinε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. a) 1563 adj. maladies veterinaires (Du Poy Monclar, Quatre liv. de Puble Vegece Renay de la medec. des chev., fo11 vods Gdf. Compl.); id. (Jean Masse, L'art veterinaire ou Grande marechalarie, Paris, C. Perier [titre d'apr. Catal. gén. impr. Bibl. nat., t. 109, col. 233]); 1761 Ecole vétérinaire [date de création de l'École de Lyon] 1773 (Abbé Bexon, Catéchisme d'agric., p. 241 ds Brunot t. 6, p. 287, note 5: Le Roi a établi [...] des Ecoles qu'on nomme ,,Vétérinaires``); 1798 médecine vétérinaire (Ac.); b) 1563 adj. medecin veterinaire (Du Poy Monclar, loc. cit.); 1571 subst. veterinaire (J. Le Bon, Etymolog. franç. de l'Heteropolit., fo44 rods Gdf. Compl.). Empr. au lat.veterinarius adj. « relatif aux bêtes de somme, vétérinaire », subst. « médecin vétérinaire ». Fréq. abs. littér.: 340. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 74, b) 95; xxes.: a) 332, b) 1 131.

  • 0

    JE PENSE A UNE AFFECTION DU COLON OU A LA PARVO CAR LES 2 LES SYMPTÔME SE RESSEMBLE IL FAUT FAIRE LE TEST DE ELIAS POUR LA PARVO CAR ELLE PEU ETRE GRAVE

Pour répondre à cette question, vous devez vous connecter ou vous inscrire à Wamiz
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)