Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

J'ai perdu mon chienGénéral

Créer un nouveau sujet
Posté par il y a 1 an
J'ai perdu mon chien, ma lumière, mon Eliot.
Il est parti il y a un mois et un jour, il n'avait que 9 ans et 4 mois...
Ça a été si soudain, si rapide, si violent ! Je ne m'en remets toujours pas.
Le mercredi 10 octobre, il était patraque, mais on pensait que ça passerait. Le jeudi, il n'a pas réagit quand les ramoneurs sont passés, ou si peu par rapport à d'habitude. Après vomissement, il a été amené d'urgence chez le vétérinaire, qui lui diagnostique une gastro... Le vendredi, effectivement, il va un peu mieux. Le lendemain, il est de nouveau patraque, ne mange toujours pas, boit un peu, vomit encore un peu, mais le véto nous avait dit d'attendre les 5 jours de traitement. Le dimanche, il a les oreilles, la truffe et les coussinets froids. Je le mets sous couvertures. Il sort quand même dans le jardin, ce que nous prenons comme bon signe. Mais il vomit tout ce qu'il boit : traitement, pipette d'eau sucré...
Le lundi matin, il a la diarrhée, retour aux urgences. Il est en hypothermie et déshydraté. Elle va le garder deux jours, mais non, ne pleurez pas, ça va aller.
Au fond de moi, je le pressentais, il n'allait pas revenir. Je ne l'avais jamais vu comme ça, si faible, si peu entrain pour une "balade" (de la voiture au cabinet). Je n'ai plus passé une journée sans pleurer depuis.
Le mardi, il est sous dialyse, on soupçonne une insuffisance rénale, mais avec des médicaments, il aura exactement la même vie qu'actuellement.
Le mercredi, elle m'appelle pour me dire qu'Eliot ne va pas bien du tout, qu'il faut que je vienne le chercher, qu'elle n'est pas assez équipé pour écho et scanner, qu'il faut le porter sur Lille, qu'elle a poussé un max son dossier pour qu'il soit pris dès qu'il sera arrivé. J'arrive, elle me dit qu'il ne sort pas de son box, me dit où je dois aller, ce qu'elle a fait comme analyse, traitements et je vois mon caneton venir à moi. Si triste, si patraque, j'ai le coeur en miettes. Il a entendu nos voix, il est venu nous voir.
Je file à la clinique, nous sommes pris en charge quasiment tout de suite. Il lui fait une échographie. Sa respiration est sifflante, il ne bouge pas, se laisse faire. Je lui maintiens la tête, le câline, lui parle, le réconforte pendant que le véto parle de leptospirose.
Leptospirose. Ce terme tourne en boucle dans ma tête depuis. Leptospirose.
Nous le laissons. C'est la dernière fois que je l'ai vu en vie.
Reporter un abus
Posté par il y a 1 an
L'après-midi, il confirme. Insuffisance rénale. Pneumonie. S'il s'en sort, il sera passé pour une belle porte.
J'ai fouillé internet, les causes, les traitements, les statistiques. Je devine, je sais qu'il ne s'en sortira pas. Mais je ne peux pas m'empêcher de retourner sur les mêmes sites, relire les mêmes articles. Peut-être que...
Le lendemain, j'ai prévu de partir plus tôt du boulot pour aller lui rendre visite avec mes soeurs, lui montrer que l'on est là, qu'il doit se battre pour rentrer à la maison, qu'on l'attend.
A midi, le véto appelle à midi pour nous donner des nouvelles, le traitement ne fait rien, mais ça ne fait que 24h, c'est encore possible bien qu'il doute. On doit s'attendre à recevoir un appel pour annoncer son départ dans les jours qui viennent. Et si on pouvait venir le voir pour le booster.
Je prends mon plaid, avec les odeurs de la maison, un de ses jouets.
On part. On arrive et l'assistante nous prend à part. Elle a une nouvelle à nous annoncer, elle ne pouvait pas le faire tant que nous étions sur la route. Il est parti, il y a une heure. Cette chape de glace qui me saisit fait mal, cette explosion de douleur dans le coeur fait mal, cette incompréhension malgré ce mauvais pressentiment fait mal. On nous propose de le voir, bien sûr que oui.
Il dort, ne lèvera plus la tête à notre entrée. On n'a pas le droit de le toucher, il est contagieux, on nous donne des gants. Il n'est presque plus tiède. Il n'a plus son odeur.
Eliot n'est plus. Et mon coeur non plus.
On fait les démarches pour son incinération et on rentre.
Il n'est pas là pour nous accueillir. Son os à mâcher a été jeté. Ses paniers sont froids. Ses gamelles vides. Ses jouets inertes. Je suis amorphe, anéantie.
Le lendemain, je pose une journée. J'avais déjà passé trois jours à pleurer. La contagion étant toujours possible, on va chez le médecin chercher des antibio préventifs. J'ai mal dans le bas du dos.
On ne doit pas garder ses affaires, trop risqué. On a jeté ses couvertures, tapis, paniers. On a jeté tous les tapis. Je n'ai pas pu me résoudre à jeter ses gamelles, je les ai désinfectées et descendues, avec ses jouets, qu'il n'avait pas touché depuis un moment. C'est comme s'il n'avait jamais été à la maison. Sauf peut-être quand on se heurte au paquet de croquettes. Où quand le regard tombe sur ses biscuits.
Depuis le 18 octobre, je sais que je n'aurais plus de petite tête endormie qui se lèvera du panier le matin, plus de "à tout à l'heure Eliot" quand je pars au boulot. Plus d'Eliot qui m'attend derrière la porte le midi, à frétiller d'impatience pour ses caresses et me donner ses bisous. Plus d'Eliot qui se colle à ma chaise quand je mange. Plus d'Eliot qui réclame ses gâteaux à 13h05. Plus d'Eliot qui se demande si, quand je mets mes baskets rose, on va aller dans le jardin ou se promener ? Plus de gamelle à préparer. Plus de jeu. Plus de câlins du soir. Plus de "bonne nuit Eliot".
Reporter un abus
Posté par il y a 1 an
Depuis le 18 octobre, c'est une torture. Je ne suis que larmes et douleurs. Douleurs que je ressens jusque dans mon corps. Après examens et craintes d'avoir attrapé la leptospirose suite à des douleurs dans le bas du dos et le bas ventre, il s'avère que c'est simplement musculaire. Mon corps crie ma douleur.
Je suis anéantie. Je n'arrive pas à m'en remettre.
Quand je rentre du boulot, je passe par les rues des promenades. En plus de revoir les rues que l'on empruntait, le portail blanc avec le chihuahua vers lequel Eliot courrait, une porte en bois bleu derrière laquelle se devine un labrador chocolat et qu'Eliot cherchait, l'allée où Eliot a fait fuit un merle et dont il s'en souvenait très bien, l'espace vert où il aimait faire fuir les moineaux, le banc où je lui donnais à boire, le cimetière où je rechargeais sa bouteille, je me demande où il a pu attraper la leptospirose. C'est en boucle.
Je n'ai plus remis les pieds dans le jardin. Il est partout. Dans son ballon bleu crevé, dans le ballon de rugby qu'il n'a jamais réussi à attraper, dans le pouic pouic rose qui fuit, dans les arbres où il adorait aller se fourrer, dans les arbustes où se cachent parfois les lapins.
Je ne marche plus. Je ne fais plus de sport. J'ai perdu un kilo la semaine de sa maladie. Je n'ai plus de goût à rien, je n'ai envie de rien. Je pleure pratiquement tous les soirs. J'ai comme un trou, un vide. J'ai l'horrible sensation qu'il me manque quelque chose, à côté de moi, partout au boulot, quand je fais des courses, alors qu'il n'était jamais là. Je suis vide.
Il n'avait que 9 ans. Depuis quelques semaines, voir mois, il était devenu phobique de l'orage et associait le mauvais temps à l'orage. Il avait peur très souvent. Je me souviens parfaitement et horriblement d'avoir pensé qu'avoir peur comme ça n'était pas une vie pour lui. Mais je n'ai jamais voulu sa mort, c'était la prunelle de mes yeux, mais je n'arrête pas d'y penser, je culpabilise. J'ai l'impression que mes pensées sont devenues réelles, mais je n'ai jamais jamais voulu ça !
Et je le promenais plus souvent, pour le réhabituer aux bruits, et il a attrapé la leptospirose. J'ai tué mon chien. Ca me hante. Je l'ai amené sur un trottoir où un rat a dû passer.
C'est une période très difficile, je ne parle pas des à-côtés, les douleurs physiques, ma voiture que j'ai rayé, le boulot où ça ne va plus, tout est exacerbé. J'ai l'impression que tout s'enchaîne et que, depuis que mon caneton n'est plus là, rien ne va plus...
Je suis désolée, de ce très long bavardage, mais j'avais besoin ne serait-ce que de l'écrire. Peut-être pour effectuer. Ou réaliser. Certainement pas pour ne pas pleurer puisque c'est un peu rater.
Reporter un abus
Pub
Posté par il y a 1 an
Bonjour Mimi,
Ne vous excusez pas pour votre post, pouvoir mettre des mots sur sa douleur apaise. Vous n’êtes pas responsable du fait que votre loulou ai attrapé cette maladie et vous avez fait le maximum avec le véto.
Le temps va faire son oeuvre et petit à petit les moments très durs de son départ vont être remplacés pas les meilleurs souvenirs que vous avez eu avec lui. Et peut-être envisagerez vous de refaire rentrer un autre loulou dans votre vie.
Bon courage
Reporter un abus
Posté par il y a 1 an
Bonjour Memedu07, j'ai lu tout votre message, et j'avais l'impression que c'est moi qui écrivais. J'ai perdu mon chien fin septembre. Un jour, il faisait sauter son os dans le jardin, le lendemain il s'effondrait sur le sol, paralysé, incontinent, ne pouvant plus manger, ni bouger.. Après deux traitements de la dernière chance qui n'auront pas fonctionné et face à deux vétérinaires me l'ayant annoncé condamné, nous l'avons accompagné pour son dernier voyage. Aujourd'hui, j'ai l'impression qu'une partie de moi est partie avec lui, comme cette sensation que vous décrivez avec ces douleurs, comme si sans lui, quelque chose ne pouvait plus fonctionner comme avant en nous. Comme vous, je suis incapable de marcher car cela me rappelle nos promenades, lorsque je vais faire les courses à la supérette du village, je me sens mal dès que je ressors du magasin car il n'y a plus mon chien près de la sortie accroché au poteau qui m'attend, et je regarde ce poteau vide, les yeux embués car il me ramène à cette triste réalité que Snoopy est parti. Je croise aussi parfois le maître d'un cocker qui aboyait comme un fou après mon chien, nous rigolions à chaque fois lui et moi car, le maître se cachait derrière un arbre le temps que je passe tellement il était gêné de la réaction de son chien, j'y repense dès que je croise ce monsieur avec son cocker, on ne revivra plus jamais ces moments, je rentre du travail ou de l'école avec mes enfants, et notre chien ne fonce plus comme un fou de son panier pour venir nous dire bonjour. Comme vous, je n'ai plus goût à rien, heureusement les enfants m'obligent à faire à manger, à les aider aux devoirs. Vous savez, on vit tous ces moments terribles à la perte d'un animal quand on l'aime vraiment. J'ai l'impression d'avoir perdu un fils, on ne s'en remet jamais vraiment. J'ai aussi eu cette phasende culpabilité que vous décrivez en me disant que je n'aurais pas dû donner un médicament qui l'avait probablement précipité.
Reporter un abus
Posté par il y a 1 an
Vous savez, vous n'avez pas à culpabiliser, car vous ne pouviez pas savoir qu'il allait attraper cette maladie, vous, vous n'avez fait que prendre en soin de votre chien en lui proposant des promenades, ce que les chiens adorent. Et surtout vous l'avez aidé jusqu'au bout en le soignant du mieux que vous pouviez, ce qui compte, c'est d'avoir fait ce qui vous semblez le mieux à ce moment là, le reste, vous n'y pouvez rien. Ma sœur m'expliquait que quand on perd une de ses raisons de vivre, on est déboussolé, et il faut tout de suite combler cette ressource par une autre. Moi, je me suis mise à l'écriture, et ça me motive chaque jour, je refais du vélo d'appartement, et je me fixe un jeu de cartes ou de société avec les enfants chaque soir, c'est pas grand chose et je me force, car souvent comme vous, je n'ai envie de rien... Vous allez finir par reprendre le dessus, c'est qu'il aurait voulu. Courage, c'est un moment tres dur à passer, vous n'êtes pas seule, nous sommes nombreux à être passés par là. Pensez aux beaux moments avec lui et dites vous que vous lui avez offert une belle vie, beaucoup de chiens n'auront jamais cette chance. Faites un hommage sur le site de la fondation 30 millions d'amis, créez un album souvenir.... Tout ce qui pourra vous faire du bien et le faire revivre encore un peu car sa perte est insoutenable pour l'instant....
Reporter un abus
Posté par il y a 1 an
Très touchée par vos messages, je ne puis que vous dire qu'il n'y a évidemment pas à culpabiliser : vous n'êtes pas responsable de la maladie qu'a contracté votre loulou, c'est sûr. C'est normal d'être sous le choc et de chercher des explications, on le fait tous dans ces circonstances...on rumine, on tourne en rond et on se sent vide. Il faut laisser du temps au temps et petit à petit, vous vous souviendrez des meilleurs moments qui pour l'instant sont occultés par la douleur qui vous étreint...Plein de courage à vous, cordialement
Reporter un abus
Posté par il y a 1 an
Je suis désolée pour votre Eliot
C'est violent et déstabilisant
Seul le temps atténue le chagrin

un peu
Reporter un abus
Posté par Ancien utilisateur il y a 1 an
très beau témoignage et bel hommage a votre eliott
bon courage
Reporter un abus
Posté par il y a 1 an
Bonjour Memedu07

Je compatis à votre douleur pour votre Eliott , c'est un terrible choc de perdre son patoune ,cette maladie malheureusement tous les chiens peuvent y succomber , sur le bord des chemins en buvant dans une flaque ou autre point d'eau .en se baignant .
Pour mes Labradors , Golden , c'est une peur , depuis ma première Labrador .
Votre Eliott aimait beaucoup se promener avec vous et vous n'auriez pas pu le tenir toujours enfermé ,
chez vous , pour le protéger ..

cette Lepto vous a pris , votre patoune.
je vous souhaite de reprendre " vie"

Ce manque , ce vide atroce et la dépression qui va avec , j'ai cette peine , depuis le 22 Avril ..
comme Enicia
" Vous savez, on vit tous ces moments terribles à la perte d'un animal quand on l'aime vraiment. J'ai l'impression d'avoir perdu un fils, on ne s'en remet jamais vraiment. J'ai aussi eu cette phasende culpabilité que vous décrivez en me disant que je n'aurais pas dû donner un médicament qui l'avait probablement précipité."


nous ne sommes jamais prêt(e) s à affronter la perte de nos patounes ..Ils sont des années de nos vies ..De notre famille .Volka était comme ma première fille ( mon bébé ) ..
je compte toujours les jours , les mois depuis ma Volka .
nous avons repris une chiot Lab depuis Juillet et cela occupe ,Oxane prend de la place mais ma Volka me manque ..Tous les jours ...

oui pouvoir écrire , mettre des mots , ça aide de partager de pouvoir "dire" que l'on souffre à ceux qui aiment les patounes , comme nous . J'ai pleuré , ici devant mon clavier en lisant les messages de soutien pour ma Volka et ensuite pour de nombreuses patounes ..Cela me touche pour votre Eliott .

" Quand s'envole un Ange , il est toujours trop tôt pour celui qui reste .."

Le partage ,ici , ça m'a émue , une super Amitié virtuelle , un joli souvenir et surtout un très beau cadeau d'amitiés .. Merci à deux super copinettes .
https://wamiz.com/chiens/forum/snoopy-ne-va-pas-bie
n-du-tout-83400/62.html



Je suis de tout cœur ,avec vous .
Plein de Courage , à vous
oui ,il faut du temps , beaucoup et sans certitudes ..



Cet album garde quelques moments heureux de ma Volka et mon cœur garde les plus précieux ..
https://www.pinterest.fr/Doudou229/volka-en-m%C3%A9
moire-de-notre-chienne-labrador-choco-i/
http://cviglietti.free.fr/
https://www.pinterest.fr/Doudou229/volka-en-m%C3%A9moire-de-notre-chienne-labrador-choco-i/
Reporter un abus
  • Fermer
    Mes photos
    Cliquez sur la photo pour l'intégrer à votre message
  • Insérer une vidéo YouTube
  • Insérer un smiley
  • Insérer :

:

Je me connecte :

Vous devez vous connecter afin de pouvoir poster votre message
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)