Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

L’American Bully, un molosse qui est en train de conquérir le cœur des Français

Mardi 03 Décembre 2019 | Par Nathalie D'Abbadie

L’American Bully est un molosse provenant des Etats-Unis qui rencontre un succès florissant dans nos contrées. Comment est élevé ce chien en France, quels sont ses atouts et pourquoi est-ce qu’il séduit tant les Français ?

Alors que la loi des « chiens de catégories » est encore en vigueur en France, l’American Bully, qui, selon sa lignée, n’est pas classé comme un « chien dangereux », a de quoi séduire les fans de molosses qui souhaitent éviter les contraintes des races catégorisées comme l’American Staffordshire Terrier ou l’American Pit Bull.

L’American Bully ne fait pas partie des races de chiens reconnues par la FCI (Fédération cynologique internationale), ou la SCC (Société Centrale Canine) mais une entité séparée aux Etats-Unis, l'American bully Kennel club, tient un fichier des lignées de cette race pas comme les autres. Alors quel est le statut de ce chien en France ? A quoi ressemble-t-il, et quel est son caractère ?

L’American Bully, un molosse qui est en train de conquérir le cœur des Français

L’American Bully, un chien doux à la carrure impressionnante

Hugo, éleveur de chiens American Bully, a témoigné auprès du Parisien sur son quotidien avec ces chiens qui séduisent de plus en plus de Français.

Dans son jardin du Val-d'Oise, il a trois femelles et quatre mâles reproducteurs. Il a choisi de se tourner vers cette race après avoir élevé un certain temps des American Staffordshire Terriers. Hugo voit une différence notable de caractère avec les American Bully, qu’il estime plus doux et dociles que l’Am Staff, qu’il dit « adorable avec l'humain » mais potentiellement « [agressif avec ses congénères si le maître ne le tient pas correctement] ». Effectivement, ce sont des chiens avec de grandes qualités qui ont besoin de propriétaires fermes - mais doux ! - pour faire face à leur côté têtu.

De son côté, l’American Bully est idéal pour les familles avec enfants, et est sociable et câlin avec les humains. Il est également moins sportif que l’Am Staff, et son standard exige qu’il n’ait pas de comportement agressif.

Pourtant, le physique de ce chien peut impressionner voire rebuter les non-initiés : même s’il est de taille moyenne, il a un corps musclé et une grosse tête ainsi qu’une truffe imposante. Sa carrure renvoie à sa grande force par rapport à sa taille.

Parfois, on retrouve des chiens de cette race aux oreilles coupées, mais en France cette pratique est interdite depuis 2004. Voici ce à quoi ressemble un chien American Bully aux oreilles coupées :

L’American Bully, un molosse qui est en train de conquérir le cœur des Français

Attention donc à ne pas acheter de chien ou de chiot American Bully aux oreilles coupées, pour ne pas soutenir sans le savoir une pratique douloureuse pour le chien, et purement esthétique si le chien ne souffre pas d’otites !

Les élevages de chiens American Bully, un business florissant

Les chiens reproducteurs de la race American Bully valent leur pesant d’or. Hugo a acheté une première chienne reproductrice à 4000 euros, et une autre, issue d’une lignée reconnue et venue des Etats-Unis, à 12 000 euros.

L’investissement est vite rentabilisé, car un chiot de cette race vaut au minimum 2000 euros, même si les prix du marché peuvent facilement dépasser les 4500 euros. Pour les éleveurs, les frais sont nombreux, mais la valeur des chiens permet vite de les couvrir. La saillie vaut entre 1500 et 5000 euros, et les frais de vétérinaire de suivi de gestation de la chienne autour de 500 euros. Et si jamais la chienne gestante n’est pas assez élancée pour une mise bas naturelle, la césarienne coûte 1000 euros de plus.

L’American Bully, un molosse qui est en train de conquérir le cœur des Français

Mais avant même d’en arriver là, il arrive aussi que les éleveurs aient recours à l’insémination artificielle « avec des paillettes importées pour éviter les risques de transmission d'éventuelles maladies ». Il faut aussi compter les tests pour vérifier que les chiens sont bien aptes à se reproduire, et ce sans transmettre des malformations à leur future progéniture. Et enfin, les chiots doivent être vaccinés et identifiés avant d’être vendus à leurs nouveaux propriétaires.

Même si cela dépend beaucoup du nombre de chiens reproducteurs par élevage, avec ses 7 chiens (3 femelles et 4 mâles), Hugo arrive tout de même à toucher entre 7000 et 20 00 euros par an. Avec 6 ou 7 femelles et des portées tous les quelques mois, on arrive vite à 100 000 euros. Une somme qui peut donner des étoiles dans les yeux ! Mais il ne faut pas oublier l’énorme investissement personnel que cela demande, et la nécessité suprême d’être un passionné de chiens de cette race.

L’American Bully, un molosse qui est en train de conquérir le cœur des Français

Les démarches à effectuer si on a un American Bully

Les propriétaires d’American Bully ont besoin d’un pedigree de l’American bully Kennel Club pour pouvoir prouver l’appartenance à la race et promener leurs chiens sans muselière. Sans quoi, ils risquent d’être confondus avec des chiens de catégorie.

Il faut également faire un diagnostic par un vétérinaire lorsque le chien a 1 an, afin d’être sûr que l’individu n’appartient pas aux races catégorisées et s’assurer d’être conforme à la loi en vigueur en France.

Aussi, même si cette race de chien n’est pas considérée comme un chien de catégorie aujourd’hui, il est toujours possible que la loi évolue en France. Comme avec tout achat ou adoption de chien, il faut donc être prêt à assumer les contraintes possibles si le statut de l’American Bully était amené à changer.

A lire aussi : Chiens dangereux : faut-il en finir avec la loi sur les chiens catégorisés ?

Connaissiez-vous la race de chien American Bully ?

  • Oui
  • Non
# chien de race, élevage
Crédits photo :

Shutterstock

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)