Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box
Race de chien :

Mon chien a peur des chiens et des personnes

On observe la peur des chiens et des personnes (phobie relationnelle) chez les sujets élevés sans la compagnie d’autres chiots et de la mère, et également chez les chiens n’ayant eu de contacts qu’avec l’éleveur. Le manque de rapports sociaux les rend craintifs et méfiants vis-à-vis des personnes qu’ils ne connaissent pas.

Cette peur est parfois la conséquence d’une expérience désagréable, comme les coups ou la plaisanterie douloureuse d’un garnement. Beaucoup de maîtres se plaignent du fait que leur chien craigne un membre de la famille, alors qu’il se comporte affectueusement avec d’autres personnes. Ce comportement n’est apparemment pas motivé, mais, en cherchant bien, on découvre que le chien a vécu un épisode désagréable en présence de la personne qu’il craint.

La peur des autres chiens peut aussi survenir à la suite d’un événement traumatisant : la tentative d’un mâle de saillir une femelle dès les premières chaleurs peut tellement l’effrayer qu’elle fuira dès qu’elle en rencontrera un autre.

Le comportement le plus répandu chez les chiens qui ont peur d’un animal ou d’une personne est la fuite ; ils peuvent également se réfugier derrière un meuble ou derrière quelque chose qui les protège. Le chien qui n’a pas appris à affronter un danger l’évitera pendant toute sa vie, en interposant entre lui et ce qui l’effraie une distance de sécurité ou une barrière de protection.

Si cela est impossible, il se réfugiera dans un coin, les oreilles basses, la queue entre les pattes, en tremblant et en haletant, et il bavera et avancera en rampant, ventre à terre. S’il n’a pas le choix, il grognera et attaquera. Dans certains cas très dangereux, il peut mordre directement sans avoir préalablement grogné. Il s’agit, habituellement, d’un sujet enclin à la soumission qui déploie, en situation de danger, tout son répertoire de chien dominé.

Quelle attitude adopter ?

• Il faut individualiser la cause de la phobie du chien (s’agit-il d’un homme ou d’un animal ?), et établir un classement entre les personnes et les animaux qui l’effraient le plus (craint-il surtout les hommes, ceux en uniforme, les femmes, les chiens ou d’autres espèces ?).

• Il faut programmer des séances, en commençant par des situations qui ne l’effraient pas, pour arriver à celles qui déclenchent la peur.

• Avant de commencer une séance de dressage, il est conseillé de laisser le chien se détendre en l’emmenant se promener dans un lieu peu fréquenté par des gens ou des animaux, ou en jouant avec lui. Il est important qu’il connaisse le sens de « Assis ! » et de « Couché ! », ordres qui vous permettent de le bloquer en cas d’exposition à un stimulus anxiogène.

• Si le chien a peur des inconnus qu’il rencontre à l’extérieur, il faut organiser des exercices dans le jardin : faites-le asseoir et placez-vous à ses côtés pour le tranquilliser en cas de besoin. On lui montre une personne qui se tient à une distance de sécurité (pour qu’il ne s’agite pas), et lorsqu’il est habitué à sa présence, on l’invite à s’approcher un peu.

L’étape suivante consiste à faire bouger les bras à l’inconnu, puis à le faire entrer dans le jardin et à le laisser aborder et caresser le chien. Le passage d’une étape à l’autre doit avoir lieu lorsque vous êtes certain que votre fidèle ami ne manifeste aucun signe de peur (il ne doit pas s’agiter, haleter ou tenter de fuir) ; si c’est le cas, c’est que vous allez trop vite.

• Si le chien a peur lorsqu’un invité qu’il ne connaît pas pénètre dans la maison, la thérapie doit avoir lieu entre les murs domestiques. Durant les premières étapes du dressage, on met le chien dans un box placé dans une pièce fréquentée aussi bien par les membres de la famille que par les invités (si le chien est petit, un parc bébé convient tout à fait), afin de lui permettre de s’habituer aux inconnus tout en se sentant protégé.

On commence avec un ami, que le chien connaît, que l’on fait entrer et qui s’assoit près de lui, mais qui doit faire semblant de l’ignorer. Lorsque l’animal acquiert un certain degré d’autodiscipline, on le fait sortir de l’enclos et on lui demande de s’asseoir près de son maître. Par la suite, on fait entrer un inconnu dans la maison, et on procède de la même façon. Le maître doit toujours caresser son chien et, s’il s’agite, essayer de le tranquilliser sans lui permettre de s’enfuir.

Si l’animal tolère l’inconnu, mais ne s’approche pas de lui, on peut le laisser aller librement dans la pièce ; l’invité ne doit pas interagir, mais l’ignorer et attendre que le chien s’approche le premier. Lorsqu’il s’est habitué à l’inconnu, ce dernier laisse tomber une friandise près des pattes du chien, puis une deuxième (pour se faire accepter) en s’approchant de plus en plus de l’animal jusqu’à le toucher et le caresser. Pour la progression du dressage, ce qui a été dit auparavant est toujours valable.

• Si on utilise la nourriture comme récompense d’une action correcte, on doit laisser le chien à jeun le jour qui précède chaque séance. Si on utilise les caresses et les compliments, le maître et les membres de la famille doivent l’ignorer pendant les heures qui précèdent les exercices car, privé des attentions des personnes qui s’occupent habituellement de lui, il sera obligé de les chercher chez les invités en surmontant sa peur.

• Durant la thérapie, il faut éviter au chien tout contact avec des inconnus (sauf ceux choisis pour le dressage) et si cela n’est pas possible, il faut dire les invités d’être indifférents avec lui (ils ne doivent pas le regarder, ni le toucher ou lui parler).

• Pour atténuer la peur de ses congénères, organiser des exercices de dressage avec d’autres chiens qui feront office de dresseurs. Avant de commencer, il est conseillé de préparer le chien en le faisant jouer pendant un moment, afin qu’il se détende.

On agit comme pour la phobie des personnes : on lui montre à une distance de sécurité (que l’on réduit progressivement) un chien qu’il ne connaît pas et on le caresse continuellement pour le rassurer. Si on ne parvient pas à organiser des séances comme celles qui visent à maîtriser la peur des personnes, on peut amener l’animal dans des lieux où il y a d’autres chiens et l’approcher de ses congénères les plus calmes et de petite taille, sous le contrôle de leur maître. Afin d’éviter qu’il s’enfuit au premier contact, il faut le tenir en laisse en l’encourageant par des mots doux.

Il est important qu’il se socialise avec les autres ; s’il essaie de s’en aller, retenez-le et rassurez-le. La thérapie doit continuer de façon progressive, en l’approchant lentement de l’un de ses semblables et, s’il manifeste une crainte particulière, il faut continuer à lui parler pour le calmer, mais sans lui permettre de s’éloigner.

Lorsque le chien peureux joue tranquillement avec un autre chien, enlevez la laisse et éloignez-vous afin qu’il l’affronte seul. S’il se comporte correctement, récompensez-le avec des caresses et des friandises et continuez la thérapie en utilisant des objets divers pour le stimuler.

 
Franco Fassola
  • Docteur vétérinaire spécialiste des animaux de petite taille dont les NAC

0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
b Partager sur Facebook
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)