Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box

Anatomie, biologie et physiologie du cochon d'Inde

Cochon d'Inde
Cochon d'Inde
Poids :
700 à 1000 g
Longeur :
20 à 40 cm
Espérance de vie :
4 à 8 ans
cochon d'Inde, anatomie, physiologie, biologie

Le squelette

Le cochon d’Inde possède 258 os. Le crâne est composé de 22 os fusionnés. La colonne vertébrale compte 34 vertèbres :

- 7 cervicales

- 13 thoraciques

- 6 lombaires

- 1 sacrée

- 7 caudales.

On compte 26 côtes, 43 os pour chaque membre antérieur et 46 pour chaque membre inférieur.

Les membres sont terminés par 4 doigts à l’avant et 3 doigts à l’arrière, sauf chez le cuy (variété de cobaye géant), qui présente parfois une polydactylie (certains individus ont des doigts surnuméraires).

À hauteur du pelvis, on observe une articulation frontale reliant les deux os du pubis, la symphyse pubienne. C’est un disque cartilagineux situé entre les os iliaques, qui, chez la femelle, a la particularité d’être flexible mais seulement avant l’âge de 7 à 9 mois. Passé ce cap, il se rigidifie, ce qui pose problème pour une première gestation.

Les dents

Comme tous les Caviidés, le cobaye possède des dents sans racine et à croissance permanente, au nombre de 20.

Les deux incisives inférieures sont plus longues que les incisives supérieures. Un espace (le diastème) est présent entre les incisives et les prémolaires. Les molaires poussent de 1,2 à 1,5 mm par semaine ! La croissance permanente des dents est un fait avec lequel les propriétaires de cobayes doivent se familiariser s’ils ne veulent pas que leur protégé souffre de malocclusion dentaire, une affection souvent fatale.

Les glandes cutanées

Le cochon d’Inde possède des glandes cutanées sudoripares et sébacées. On peut facilement remarquer la glande caudale (elle est surtout visible chez les mâles et les individus de couleur claire), située à hauteur du sacrum. Le cobaye présente aussi des glandes périanales (ou périnéales), c’est-à-dire localisées autour de l’anus.

De paire avec la glande caudale, elles sont à l’origine d’une odeur de marquage personnel servant à la reconnaissance des individus et jouent un rôle important dans la communication au sein de la communauté et de l’espèce et dans la reproduction.

Le système digestif et la digestion

Le cobaye est un herbivore strict, ce qui veut dire que son système digestif doit être capable de digérer la cellulose contenue dans les fibres végétales. La cellulose est un glucide qui compose les parois des cellules des plantes.

Il n’y a que les herbivores qui sont capables de la digérer, c’est-à-dire de « casser » les parois des cellules grâce à l’association de bactéries spécialisées, que l’on appelle la flore digestive. Pour cela, l’intestin du cochon d’Inde a une longueur de plus de 2,25 m… et la digestion complète prend environ 24 heures !

Le système digestif comprend un cæcum, une sorte de « chambre de fermentation », qui occupe entre 50 et 75 % de la cavité abdominale.

Le cochon d’Inde produit deux sortes de crottes :
- À l’issue d’une première digestion, il expulse des cæcotrophes. Elles sont le résultat d’une fermentation bactérienne dans le cæcum et sont riches en eau et surtout en protéines et vitamines (vitamines K et B) qui n’ont pas été digérées. C’est pourquoi le cochon d’Inde les mange, en les recueillant directement à leur sortie de l’anus. Il en produit environ 150 par jour, et si on l’empêche de les manger, sa croissance est réduite de 20 % !

- Après une seconde digestion, il expulse des crottes « normales », longues et sèches, constituées de fibres non digérées.

Il faut aussi savoir que les muscles intestinaux du cobaye sont très peu développés. C’est la nourriture consommée en permanence qui assure la continuité des mouvements de ses intestins : si le cobaye ne peut pas manger tout au long de la journée, les mouvements de ses intestins s’arrêtent et l’animal entre en état de stase digestive, ce qui est très dangereux pour sa santé.

Autre particularité : le cobaye ne peut pas vomir. Il est donc inutile – et c’est même très dangereux pour lui – de le mettre à jeûn avant une opération chirurgicale.

Le système reproductif

Chez le mâle, le pénis est situé juste au-dessus de l’anus et est protégé par le prépuce. À son extrémité, on distingue deux petites protubérances d’environ 5 mm, dont le rôle n’est pas encore connu.

Avec certains autres rongeurs et carnivores, le cobaye est un des rares mammifères à présenter un os pénien, qui mesure environ 1 cm. Les testicules paraissent souvent assez gros, mais c’est parce que, àl’intérieur du scrotum, les glandes sont entourées par une épaisse couche de graisse qui les protège des chocs.

Chez la femelle, les ovaires sont situés à l’intérieur de la cavité abdominale. L’utérus est divisé en deux parties tubulaires, appelées cornes utérines. Le vagin est recouvert par l’hymen, une fine membrane qui le protège des agressions extérieures. Il ne s’ouvre que pendant l’accouplement et la naissance.

Mâle ou femelle ?

Il est assez facile de reconnaître le sexe d’un cochon d’Inde même s’il n’est âgé que de quelques jours. On utilise le plus souvent la « méthode du Y », qui part du fait que le sexe de la femelle ressemble à un Y et que le pénis du mâle ressemble à un point au-dessus du Y.

Ne vous fiez pas aux tétons pour sexer un cobaye, car les mâles en ont aussi !

Les yeux et la vision

En tant qu’herbivore et proie facile, le cochon d’Inde a les yeux placés sur les côtés de la tête pour pouvoir profiter d’un large champ de vision (340 degrés environ). Il détecte très bien les mouvements, mais voit mal le relief. C’est pour cela qu’il perçoit mal les différences de hauteur et qu’en captivité il peut facilement tomber d’une table.

Néanmoins, le cobaye peut discerner certaines couleurs, comme le rouge, le jaune et le vert… Essentiel quand on doit reconnaître les végétaux comestibles !

Pour protéger la cornée des agressions extérieures, les glandes lacrymales produisent des larmes opaques qui ressemblent fort à du lait.

Les oreilles et l’ouïe

Le cobaye étant un animal très bavard, il se doit d’avoir une ouïe très développée, bien supérieure à celle des humains ! Il bénéficie pour cela de pavillons d’oreilles bien ouverts et d’un canal auditif très court. Il entend des fréquences s’étendant de 125 à 50000 Hz environ (soit jusqu’à trois fois plus aiguës que ce que l’homme perçoit).

En fait, l’oreille du cobaye réagit surtout aux fréquences comprises entre 500 et 8000 Hz. C’est pourquoi il a autant peur des bruits forts que du silence complet.

Le nez et l’odorat chez le cochon d'Inde

Comme l’ouïe, l’odorat est un moyen de communication chez le cochon d’Inde.

Selon les rares études scientifiques qui se sont penchées sur le sujet, l’odorat du cobaye serait cent fois plus sensible que celui de l’homme (mais ne serait pas aussi sensible que celui du chien).

Un cochon d’Inde reconnaît donc ses congénères, leur sexe, leur degré dans la hiérarchie, son territoire, le tout grâce à l’odeur de leur urine et à celle des sécrétions corporelles. Le cobaye reconnaît même très bien l’odeur de son maître.

Les papilles gustatives et le goût

Comme il doit distinguer les végétaux toxiques des végétaux comestibles, le cobaye, comme tous les herbivores, possède un très grand nombre de papilles gustatives. Aidé du sens de l’odorat, qui lui permet aussi de différencier les arômes, le cochon d’Inde choisit ses aliments avec soin et développe des préférences dès l’âge de 2 jours !

Les vibrisses et le toucher

Aussi appelées « moustaches », les vibrisses du cobaye lui servent à s’orienter dans l’obscurité. Malheureusement, chez certaines races comme les Rex et les Texels, les vibrisses sont raccourcies ou ondulées, ce qui diminue les facultés d’orientation de l’animal.

 
Marie-Sophie Germain
  • Journaliste scientifique spécialisée en NAC et auteur de nombreux ouvrages de référence sur les rongeurs

0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)