Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box

Problèmes dentaires du chinchilla

Chinchilla
Chinchilla
Poids :
400 à 600 g
Longeur :
25 à 30 cm
Espérance de vie :
10 à 12 ans

Nous avons vu plus haut que les dents à croissance continue caractérisaient l’ordre des rongeurs tout entier, et que ce groupe du règne animal devait en partie son extension remarquable à cette particularité. L’entretien et l’usure de leur dentition occupent d’ailleurs une grande place dans l’activité des rongeurs, et un maître attentif veillera en toute situation à ce que son protégé dispose de matériaux à ronger, du foin mais aussi divers objets en bois.

Les chinchillas passent d’ailleurs du temps à polir seuls leurs molaires et leurs incisives, donnant souvent l’impression qu’ils « grincent des dents ». Mais les dents à croissance continue sont également une source possible de problèmes importants, le pire étant la malocclusion, une pathologie très grave et presque toujours fatale aux chinchillas.

Il vous faut donc surveiller la dentition de votre protégé, c’est-à-dire essentiellement ses incisives, puisque ses molaires sont cachées. Il faut être attentif à la couleur : celle-ci est normalement assez jaune, ce qui surprend toujours le néophyte, alors que les dents blanches sont fréquemment un signe de carence alimentaire ! Surtout, vous devrez contrôler l’usure des incisives, celles du haut devant s’imbriquer parfaitement dans celles du bas.

Si une dent se brise accidentellement

Il peut arriver qu’un chinchilla s’abîme une incisive accidentellement, soit au cours d’une bagarre avec un congénère, soit en s’accrochant dans les barreaux de la cage, soit en faisant une chute, ou de mille autres manières. Il faut alors réagir en « taillant » la dent non endommagée, et si possible aussi les incisives symétriques.

Cette opération, que vous pouvez faire accomplir par le vétérinaire si vous manquez de confiance en vous, est relativement bénigne. Elle se pratique à l’aide d’une pince coupante ou d’un solide coupe-ongles, avec lequel vous égaliserez les deux dents, travail que vous compléterez en limant les deux incisives (sur une mâchoire, puis sur l’autre) à l’aide d’une lime à ongles métallique du type « diamant ».

En effectuant ces différentes actions, vous prendrez garde à ne pas brutaliser l’articulation de la mâchoire, qu’il ne faut surtout pas déboîter ; pour cela, tenez-la d’une main en opérant de l’autre. Parfois, quand un chinchilla s’arrache une incisive, la dent voisine se développe légèrement en biais et suffit, à terme, à assurer aux dents opposées une usure normale.

La malocclusion dentaire

On observe dans certains cas une usure de la dentition qui se fait « en biais ». Ce décalage général et irréversible de la dentition, dû à une carence en calcium, est connu sous le nom de malocclusion dentaire. L’intervention à la lime s’avère alors presque toujours inefficace. Les symptômes en sont généralement des yeux larmoyants et une modification de l’alimentation : l’animal n’arrive plus à manger, maigrit, se jette sur la nourriture comme s’il était affamé puis s’en détourne, réduit son granulé en poudre ou en miettes.

L’évolution est généralement rapide et radicale : les molaires, ne pouvant plus s’user correctement, provoquent des blessures dans la bouche, et finissent par emprisonner la langue, empêchant le malheureux chinchilla d’avaler et donc de se nourrir. On remarque alors que l’animal « bave » (il est constamment mouillé entre les pattes avant et sous le ventre).

Arrivé à ce stade, il vaut mieux faire abréger les souffrances d’Eryomis par un vétérinaire plutôt que de le laisser mourir de faim. Dans de rares cas, une intervention chirurgicale pratiquée sous anesthésie permet d’agir au niveau des molaires, mais cela présente peu d’intérêt puisqu’il faut alors renouveler l’opération régulièrement.

Cette affection redoutable est en partie gouvernée par des facteurs héréditaires, ce qui explique que les éleveurs éliminent systématiquement les animaux qui en sont atteints, et ne les laissent pas se reproduire. Mais, le plus souvent, elle est consécutive à une alimentation inadaptée ou à une reproduction mal maîtrisée. En fait, pour prévenir efficacement la malocclusion dentaire, il faut respecter trois règles :

- alimentation contrôlée et équilibrée
- reproduction réduite
- sevrage des jeunes dès six semaines.

Mais attention ! Le fait que le chinchilla bave n’est pas un signe certain de malocclusion : il peut s’agir d’une mycose buccale (qu’on soigne par un antifongique), d’une arthrose de la mâchoire, ou simplement d’un corps étranger (esquille de bois, brin de foin...) coincé entre deux dents.

 
Masiac
  • Journaliste scientifique, spécialiste des rongeurs et auteur de nombreux ouvrages de référence en la matière

0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)