Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box
Race de chien :

Lexique de l'alimentation pour chien

Voici un petit lexique qui vous permettra de bien comprendre la nature des produits vendus, leurs composants et les notions inscrites sur les emballages :

Acides aminés : éléments de base permettant la fabrication des protéines par le corps. Il en existe vingt-deux sortes, dont dix doivent être obligatoirement présents dans l’alimentation du chien (onze dans l’alimentation du chat) car il ne les synthétise pas. Les aliments complets sont supplémentés avec des acides aminés afin de ne pas entraîner de manque.

Additif : selon leur nature et l’utilité visée, on distingue plusieurs types d’additifs : les additifs dits « zootechniques » (antibiotiques, coccidiostatiques, facteurs de croissance…), ceux dits « nutritionnels » (vitamines, oligoéléments…), et ceux dits « technologiques » (conservateurs, antioxydants, colorants…).

Aliment à objectif nutritionnel particulier (ou diététique) : ce type d’aliment satisfait des besoins nutritionnels spécifiques.

Aliment complémentaire : il ne s’agit pas d’un aliment susceptible d’assurer seul la ration journalière ; il est prévu pour compléter d’autres aliments.

Aliment complet : aliment suffisant à assurer une ration journalière.

Aliment minéral : aliment constitué principalement de minéraux. Aliment sec : aliment dont la teneur en eau est inférieure à 14 %.

Appétence : aptitude d’un aliment à être volontiers consommé par l’animal. Les fabricants travaillent beaucoup cet aspect, surtout pour les croquettes.

Besoins énergétiques : quantité de calories nécessaire à l’entretien et aux activités du chien. Les matières grasses sont les composants qui apportent le plus d’énergie. 1 g de matières grasses apporte 9 calories, 1 g de protéines ou de glucides, 4 calories. Les aliments pour régime amaigrissant sont très pauvres en matière grasse.

Cendres brutes : matières minérales ou sels minéraux contenus dans les aliments. Environ 30 % sont assimilés. Plus l’aliment contient de minéraux, moins il est digestible. Les aliments pour animaux à assimilation difficile en contiennent peu.

CMV : complément minéral et vitaminé. C’est une catégorie particulière d’aliment complémentaire, que l’on mélange à l’aliment.

Diététique : ce qualificatif est réservé aux aliments à objectif nutritionnel particulier.

DGCCRF : Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Cette direction, sous la tutelle du ministère des Finances, contrôle et vérifie la conformité des aliments pour animaux à la réglementation.

Énergie métabolisable : partie de l’énergie brute des aliments effectivement utilisée par l’organisme.

Enzyme digestive : protéine responsable de la digestion d’une molécule particulière. Par exemple, l’enzyme amylase transforme l’amidon en glucose.

Équilibre hydrique : teneur en eau de l’organisme. Suivant l’âge, l’organisme est composé de 70 à 80 % d’eau. En dessous de cette proportion, il peut y avoir déshydratation.

Fibres : glucides non digestibles (exemple : cellulose, pectines…). Les fibres non fermentescibles facilitent le transit intestinal ; les fibres fermentescibles favorisent une bonne flore intestinale, indispensable au bon fonctionnement du gros intestin. Les vieux chiens ont besoin de fibres pour faciliter le transit.

Gain moyen quotidien : poids supplémentaire (en grammes) pris chaque jour par le chiot. Par exemple, un Saint-Bernard prend 200 à 300 g par jour entre 3 et 4 mois.

Glucides digestibles : ils sont représentés par l’amidon des céréales. Cet amidon doit être bien cuit pour être digéré par l’animal.

Haute digestibilité : qualité de l’aliment qui procure le maximum de profit à l’animal, pour le minimum de déchets. Un aliment haut de gamme à 80 % de digestibilité implique que 80 % de la matière ingérée sera utile à l’organisme et que seuls 20 % seront éliminés par voie naturelle (excréments ou selles, également appelés « fèces »).

Ingrédients : matières premières entrant dans la fabrication du produit. Chaque ingrédient vise à apporter une ou plusieurs catégories de nutriments.

Lipides : matières grasses d’origine animale ou végétale. Ils ont deux rôles majeurs : apporter des acides gras essentiels, et fournir une source d’énergie sous forme concentrée.

Matière sèche : pourcentage de la ration donnée au chien, une fois l’humidité contenue dans cette dernière retirée. C’est cette partie sèche qui contient les nutriments nécessaires à l’alimentation de l’animal. Les croquettes contiennent 86 à 92 % de matière sèche ; les conserves, 20 à 30 % de matière sèche.

Métabolisme : ensemble des synthèses (anabolisme) et des dégradations (catabolisme) qui ont lieu dans l’organisme. Exemples : l’anabolisme des protéines désigne la synthèse des protéines à partir des acides aminés ; le catabolisme de l’amidon, la dégradation de l’amidon pour donner du glucose.

Nutriments : éléments unitaires utilisés par l’organisme. Un aliment contient plusieurs ingrédients (viande, céréales…) ; chaque ingrédient est constitué de plusieurs nutriments qui seront séparés dans le système digestif (ils seront digérés). Chaque nutriment a un rôle distinct dans le fonctionnement de l’organisme.

Pepsine : enzyme digestive permettant la transformation des protéines dans l’estomac.

Protéines : assemblage d’acides aminés entrant dans la composition de tous les tissus et des organes (coeur, foie, reins…). Exemples : protéines de boeuf, protéines de volaille, protéines végétales. Les protéines animales sont, en général, les plus digestibles pour les chiens.

Radicaux libres : substances produites naturellement par l’organisme et responsables du vieillissement (oxydation des acides gras insaturés constituant les membranes des cellules).

Sels biliaires : produits par la vésicule biliaire, ces sels permettent d’émulsionner les matières grasses ou lipides afin de faciliter leur digestion.

Stade physiologique : stade de la vie de l’animal déterminé par son âge, son sexe, son mode de vie, son environnement… Exemple : chiot, chienne en lactation, chien de compétition, chien âgé, etc.

Suc gastrique : substance qui digère les protéines. Ce suc est très acide, d’où son rôle d’antiseptique : peu de germes lui résistent, ce qui explique pourquoi le chien peut digérer des charognes, des viandes avariées, boire l’eau croupie des flaques…

Suc pancréatique : essentiel à la digestion, ce suc dégrade l’amidon et le transforme en vue de la digestion. Il participe aussi à la digestion des lipides et des protéines. L’insuffisance pancréatique peut donc avoir de graves conséquences sur la santé du chien.

 
Florence Desachy
  • Docteur vétérinaire comportementaliste, enseignante et directrice d'une collection d'ouvrages animaliers

0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
b Partager sur Facebook
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)