Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box
Race de chien :

Les premières heures du chiot

naissance chiot

L’aventure commence bien sûr dans le ventre de la mère. Les chiots (comme tous les mammifères) vivent jusqu’au moment de la mise bas dans un état de béatitude totale, sans avoir à se préoccuper de leur survie et des dangers. On ne peut pas en dire autant de la chienne, qui vit un moment assez délicat, pendant lequel elle est nerveuse, fatiguée et lourde.

La naissance des chiots

La situation s’est maintenant retournée : la mère est détendue, tranquille, fière à juste titre de la très belle portée qu’elle a mise au monde. Pour les chiots en revanche, c’est la lutte pour la vie qui commence. Et il s’agit d’une lutte âpre, même si cela paraît se résumer à « manger et dormir ».

Durant cette première phase de la vie, que les éthologues nomment « phase végétative », le chiot commence déjà à apprendre. Il apprend à utiliser ses sens pour se nourrir et donc survivre… ce qui n’est pas rien !

Les « sens » des nouveau-nés

À la naissance, le chiot est sourd et aveugle : mais il ne se base pas seulement sur le flair pour trouver les mamelles de sa mère. En réalité, si l’on place un chiot sur une table et qu’on y pose une source de chaleur (par exemple un petit radiateur) à quelques centimètres de lui, on le verra se dépêcher de tenter de la rejoindre.

Les nouveau-nés ont donc deux sens bien développés au moment de leur naissance : le flair d’une part, et l’instinct de se diriger vers une source de chaleur d’autre part. Au chaud, le chiot se sent en sécurité : cela explique qu’il se sente parfaitement à l’aise, même allongé sur une patte de sa mère. Le flair sert à trouver l’odeur du lait lorsque la faim se fait sentir.

Lorsque l’un des chiots se réveille et part à l’assaut d’une mamelle dans le mouvement de « nage » typique des nouveau-nés, il réveille presque immanquablement ses frères et déchaîne une véritable « course au lait ». S’il y a des mamelles pour tout le monde, les chiots se partagent en quelques secondes la source de nourriture en se disposant en une rangée ordonnée et silencieuse… tandis que lorsque les chiots sont trop nombreux par rapport au nombre de mamelles (huit chez la chienne, mais le plus souvent, seules six produisent du lait), on voit les chiots se mettre en « tas ». Un allaitement artificiel doit être alors envisagé.

« La lutte pour la survie » commence

Lorsque les chiots « s’amassent » sur les mamelles, seuls les plus vifs – en mesure d’accomplir de véritables acrobaties – parviennent toujours jusqu’au lait. Dans la nature, les autres succomberaient ; mais là où un maître surveille la situation, il suffit d’une petite intervention pour établir une « alternance » entre les chiots.

Si la portée est particulièrement nombreuse, il peut être nécessaire d’administrer du lait artificiel en complément (lait artificiel fait pour les chiens : le lait de vache n’est pas adapté et peut même s’avérer fatal). Le fait de donner certains chiots en « nourrice » à une autre chienne peut également être très efficace, mais c’est évidemment plus facile à faire pour un éleveur que pour un particulier.

Le plus souvent, la situation n’est cependant pas trop préoccupante : en général, la chienne est tout à fait capable de s’occuper seule de sa portée, même nombreuse. Il faut juste s’assurer que tous les chiots sont suffisamment nourris, car les premiers jours sont très délicats. Si l’un d’eux reste à l’écart et saute un ou deux repas, il pourrait ensuite ne plus avoir suffisamment de force pour se nourrir.

Les petits, jusqu’à l’âge de 10 à 15 jours ne peuvent pas faire leurs besoins tout seuls : c’est leur mère qui les stimule en léchant soigneusement leur petit ventre. À partir de cet instant, les chiots commencent à associer (inconsciemment) l’action de lécher à un signe d’affection et de soin parental. C’est ce qui les poussera ensuite à nous lécher les mains ou le visage pour nous montrer leur amour.

« L’effet chaleur »

Il ne sert pas seulement à retrouver maman, mais aussi à identifier ses frères et sœurs. En effet, les chiots, en l’absence de la mère, « s’empilent » les uns sur les autres pour se tenir chaud et éviter le risque de sortir de la tanière et de se perdre.

Au départ, la recherche de la chaleur est une simple réaction instinctive ; mais au-delà de l’âge de deux semaines, lorsque le chiot commencera à se placer dans le monde de manière consciente, il commencera aussi à « reconnaître » ses frères de manière précise. C’est là que naîtra l’association d’idées : solitude égale danger, compagnie égale sécurité.

Et c’est aussi la raison pour laquelle le chien, y compris à l’âge adulte, n’aime pas rester seul et recherche toujours la compagnie de son maître.

> Un problème d'éducation ?
Découvrez notre méthode exclusive pour éduquer votre chien facilement !

 
Valérie Rossi
  • Eleveuse renommée qui dresse notamment des chiens d'utilité, et auteur d'ouvrages de référence sur les chiens

0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
b Partager sur Facebook
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)