Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Référendum pour les animaux : les parlementaires des Hautes-Pyrénées s’opposent au projet

Jeudi 17 Septembre 2020 | Par Nathalie D'Abbadie

Les sénatrices Maryse Carrère et Viviane Artigalas et les députés Jean-Bernard Sempastous et Jeanine Dubié refusent de signer le référendum pour les animaux. Ces parlementaires des Hautes-Pyrénées estiment que le projet n’est pas adapté à la situation en France.

Dans un article de La Dépêche, quatre parlementaires des Hautes-Pyrénées ont expliqué pourquoi ils n’apporteraient pas leur soutien au projet du référendum pour les animaux.

Le référendum pour les animaux, pour réduire la souffrance animale en France

Cette initiative citoyenne, portée par le journaliste Hugo Clément et les entrepreneurs français Xavier Niel, (Free), Marc Simoncini (Meetic), et Jacques-Antoine Granjon (Vente privée), est un projet de loi qui repose sur six mesures visant à améliorer la condition animale en France :

  1. Interdiction de l’élevage en cage
  2. Interdiction des élevages à fourrure
  3. En finir avec l’élevage intensif
  4. Interdiction de la chasse à courre, du déterrage et des chasses dites « traditionnelles »
  5. Interdiction des spectacles avec animaux sauvages
  6. Interdiction de l’expérimentation animale si des alternatives existent

Ce projet, qui requiert le soutien de 185 parlementaires pour être déposé au Conseil constitutionnel, a déjà reçu un certain soutien populaire et politique.

Toutefois, les sénatrices Maryse Carrère et Viviane Artigalas et les députés Jean-Bernard Sempastous et Jeanine Dubié se sont déclarés contre ce projet, et ce pour différentes raisons.

Découvrez ou redécouvrez notre article dédié au référendum pour les animaux pour plus de détails sur chacune des mesures !

Quatre parlementaires qui sont en désaccord avec ce projet de loi

Pour la sénatrice Maryse Carrère, « cela remet en cause des pratiques de chasse et la régulation de l’environnement par la chasse. » Une prise de position fréquente lorsqu’il s’agit d’interdire des techniques de chasse qui divisent, et un argument souvent contesté.

Jean-Bernard Sempastous, député, est de l’avis que « le point de départ est très parisien et déconnecté de nos territoires. »

Cet argument est en opposition directe avec la position de Loïc Dombreval, député LREM, qui a avancé que le taux de soutien du référendum est plus fort en milieu rural (77%) qu’en ville.

De plus, le député Jean-Bernard Sempastous estime que les mauvais traitements d’animaux dans les élevages relèvent d’une minorité, et que la chasse à la courre ne concerne que très peu de personnes. Un fait déjà abordé par ceux qui portent ce projet, mais qui souhaitent interdire cette technique de chasse violente – mais certes minoritaire - une fois pour toutes sur le territoire français.

La sénatrice Viviane Artigalas, quant à elle, conteste aussi plusieurs mesures du projet de loi.

« Prenons l’exemple des élevages n’ayant pas accès au plein air : Il y a des animaux qui sont très bien dedans et qui n’ont pas besoin de sortir tout le temps… S’agissant de l’interdiction des cages, des box, etc. ; prenons l’exemple des lapins, on ne peut pas les laisser dehors à plusieurs, ils vont se battre, se manger entre eux. C’est une espèce qui est très agressive et qui a besoin d’être enfermée. »

Enfin, la députée Jeanine Dubié s’est dit « favorable à l’amélioration des conditions d’élevage, mais plutôt en accompagnant les agriculteurs dans le changement de modèle, et cela prendra un peu de temps. »

Avant d’ajouter : « Enfin, en ce qui concerne les animaux sauvages, je n’ai qu’une réponse : aller passer un après-midi au Parc Animalier des Pyrénées où je n’ai pas l’impression que les animaux sauvages présents soient en souffrance. »

Pour le moment, le référendum pour les animaux est déjà soutenu par 140 parlementaires. Nous espérons que les porteurs du projet parviendront à obtenir les signatures restantes nécessaires pour proposer ce projet de loi au Conseil constitutionnel !

Rendez-vous sur le site du referendumpourlesanimaux.fr pour en savoir plus et apporter votre soutien au projet vous aussi !

A lire aussi : Référendum pour les animaux : le député Loïc Dombreval apporte son soutien au projet de loi !

# maltraitance, législation
Par Nathalie D'Abbadie Crédits photo :

Shutterstock

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)