Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Assurance pour chien et chat</p>
Logo wamiz

Yerres : une plaque commémorative en mémoire des animaux morts pour la France

Mercredi 10 Octobre 2018 |

A l’occasion de la Journée mondiale des animaux, la commune de Yerres (Essonne) s’est illustrée par une cérémonie à l’hommage des animaux morts pour la France durant les grandes guerres de l’Histoire. L’occasion de nous rappeler humblement que l’Homme a longtemps considéré l’animal comme son serviteur, et le sacrifiait volontiers sur l’autel de ses erreurs passées.

La commune de Yerres se démarque par son implication pour l’animal. Déjà, au début de l’été, elle avait organisé une conférence sur le bien-être animal, avec la fondation Brigitte-Bardot. Ce jeudi 4 octobre, elle dédie une commémoration en hommage aux animaux morts durant les conflits.

Une plaque en mémoire des animaux morts pour la France

En effet, les animaux ne sont presque jamais mis à l’honneur lors des cérémonies de commémoration. Or, en cette période de centenaire de la Première Guerre mondiale, l’occasion est grande. Mais c’est la date de la Journée mondiale des animaux qui a été retenue.

La cérémonie a été marquée par la pose d’une plaque commémorative, en mémoire des animaux morts pour la France. Comme le rappelle le maire de la ville, Olivier Clodong : « Il me semblait important de rendre un hommage officiel, en particulier l’année du centenaire. Important car les animaux ont joué un rôle primordial, des millions sont morts durant le conflit. Sans eux, la guerre n’aurait peut-être pas été la même. »

Plus de 70 personnes étaient présentes lors de cette cérémonie, dont les policiers municipaux des brigades équestre et canine de la ville. Carole Pellisson, conseillère municipale en charge de la cause animale, témoigne : « Je suis très contente, j’ai versé ma petite larme. Je suis fière de ma ville et j’espère que d’autres municipalités nous suivrons ». L’élue fait partie du comité pour la cause animale créé en 2015 à Yerres.

Yerres : une plaque commémorative en mémoire des animaux morts pour la France

Histoire de l’animal soldat

Les notions de bien-être animal, d’animal sensible et de souffrance animale ne sont que très récentes. Au cours de notre histoire, les animaux ont d’abord été utilisés en tant qu’outils, sans que les considérations morales ne viennent s’en mêler. En effet, l’homme se distinguait de l’animal, que ce soit dans son mode de vie, sa culture, ou la religion.

D’abord source de nourriture, via l’élevage, l’animal a très rapidement servi pour sa force : ce sont surtout les équidés qui ont été impliqués, en tant que montures. Dès lors, et jusqu’à l’invention du moteur, les chevaux ont été massivement utilisés lors des conflits. Pendant la Première Guerre Mondiale, ce sont près de 10 millions de chevaux qui ont trouvé la mort.

Leurs rôles étaient aussi bien de transporter hommes et matériels sur les zones de conflit, que de pratiquer des terrains dangereux pour l’humain. Cependant, c’est également lors du conflit de 14-18 que le cheval trouve ses limites sur le front. La cavalerie, issu d’une longue tradition ancestrale, deviendra alors obsolète.

Mais d’autres espèces ont été impliquées : le chien, ami fidèle de l’homme depuis 10000 ans, deviendra un compagnon d’arme polyvalent, de par sa grande intelligence. Capable d’apprendre des ordres précis, le chien peut transporter du matériel à des cibles privilégiés (notamment les blessés : le chien soutenait les infirmiers dans la recherche et les soins). Il peut aussi monter la garde, effectuer des reconnaissances, ou transporter des messages. Plus tardivement, il servira d’arme, en transportant les mines directement sous les chars…

Hommage à l’animal, une prise de conscience et une leçon d’humilité

La cérémonie rend hommage à l’animal, mais il n’est bien sûr pas question d’oublier les hommes qui sont morts pendant ces conflits meurtriers. Nicolas Dupont-Aignan, ancien maire de la ville et amoureux des animaux, n’est évidemment pas « choqué » par cette décision. « Mais il ne faut pas oublier que des millions d’êtres humains ont été massacrés lors de la Première Guerre mondiale, une des plus grandes tragédies du siècle », explique le député.

Certains avancent d’autres priorités : Jérôme Rittling, par exemple : « Cette plaque n’était pas une priorité. Pour nous, il est mieux de prendre des décisions liées à l’actualité. C’est pourquoi nous allons proposer d’attribuer une aide financière aux sinistrés en Indonésie lors du prochain conseil municipal. »

« Cela n’empêche pas de penser à tous les hommes qui sont morts », répond Carole Pellisson. En effet, il n’est pas question de négliger les morts humaines, mais juste de mentionner ceux qui ont été les grands oubliés de ces conflits. Et cette cérémonie n’entrave absolument pas les actions sociétales en lien avec l’actualité.

C’est finalement un grand pas vers l’humilité qui a été franchi, en reconnaissant l’animal comme une victime directe de ces conflits, et pas seulement un dommage collatéral. Il est aisé de ne pas voir ça comme une priorité, à l’heure où l’homme prend conscience de son impact sur la biodiversité, et des défits écologiques à venir : ce n’est finalement que l’une des nombreuses errances que notre société humaine va devoir corriger.

Mais cette prise de conscience est une étape nécessaire dans l’évolution de notre société, justement. Placer l’animal et le respect du vivant au cœur de nos cérémonies est non seulement le minimum que l’on puisse faire en guise de rédemption. Mais c’est aussi la base même pour prendre conscience du rôle de l’animal dans nos sociétés, afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs.

Source :Les animaux dans la Grande Guerre, document pédagogique réalisé par le service éducatif des archives de la Marne

Dr Stéphane Tardif
Docteur vétérinaire et rédacteur pour Wamiz

A lire aussi : La salive de votre chien ou de votre chat est-elle dangereuse ?

1 commentaire(s)
les autres regions devraient prendre exemple !!
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)