Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

"J'ai décidé de travailler dans une brigade cynophile par passion pour les chiens » : un policier raconte son quotidien avec son Malinois

Jeudi 11 Février 2021 | Par Eva Morand

On sait que le chien est le meilleur ami de l’Homme, mais peut-il aussi l’être dans son travail ?

Chiens de recherche d’explosifs, chiens de sauvetage, chiens de recherche de personnes disparues ou de défense et d’attaque, les chiens peuvent avoir des rôles multiples au sein de la police. Pour occuper les différents postes de la brigade cynophile, les chiens forment un binôme avec un maître qu’ils ne quitteront plus jusqu’à leur retraite.

La rédaction de Wamiz a rencontré Charly, cynotechnicien en recherche d’explosifs. Il forme équipe avec J’ikki, un chien Malinois de 7 ans.

Depuis combien de temps travaillez-vous dans la brigade cynophile ?

Je suis à la brigade cynophile depuis 2012.

Pourquoi avez-vous décidé d’y travailler ?

J’ai décidé de travailler dans une brigade cynophile par passion pour les chiens. Très jeune, j’ai voulu faire un métier où je pouvais travailler avec eux. Comme le domaine canin m’intéressait, j’ai passé plusieurs concours : celui de « maître-chien fusilier commando » et celui de la police nationale.

J’ai réussi les deux concours. J’ai finalement décidé d’entrer dans la police nationale et de me diriger vers l’unité canine. Ma voie était toute tracée.

Quelles formations et quels tests avez-vous dû faire ?

Nous passons des tests pour rentrer dans notre unité. Il s’agit de tests pour voir notre gestion du stress. Nous avons un oral pour déterminer si nous sommes aptes à gérer un chien de patrouille ou de recherche et des épreuves physiques avec : des pompes, des tractions, un parcours chronométré avec le costume d’homme d’attaque, un parcours de stress, etc.

Après ça, nous avons trois mois de formation avec notre binôme canin. À la fin de cette formation, on obtient une validation pour être autorisés à être sur la voie publique avec notre chien, que ce soit un chien de recherche ou un chien de défense et d’intervention.

Avez-vous choisi J’ikki ?

Non, le chien est choisi par le centre national de formation des unités canines (CNFUC). Leur but est de trouver le binôme chien-maître qui s’assemblera le mieux selon les personnalités.

photofort 77 / Shutterstock

Est-ce que J’ikki est votre premier chien ?

Non, j’ai eu quatre chiens au total :

Cayenne, un Malinois. Après ma formation, elle est partie dans une autre unité ;

Puis Orco, un Berger Hollandais qui est ensuite parti à la retraite;

Ensuite Hulk, un Malinois qui m'a accompagné juste avant que je change de spécialité. (Les chiens travaillent toujours dans la même spécialité) ;

Et pour terminer, J’ikki, un Malinois qui est avec moi depuis 2016.

Comment est-ce que les chiens sont-ils formés ?

Dans le cas de la recherche d’explosifs, on leur apprend à reconnaître les différentes odeurs d’explosifs sous forme de jeux. Quand le chien trouve l’odeur en question, il obtient son jouet. Cette partie de la formation est appelée le « débourrage » et peut prendre plus ou moins de temps selon l’animal ou la méthode utilisée.

Certains chiens vont mettre deux semaines à comprendre qu’en trouvant l’odeur ils vont avoir leur jouet. Pour d’autres ça peut prendre un mois, tout dépend de l’animal.

Le but, c’est qu’au bout des trois mois de formation, le chien soit capable de rechercher toutes les différentes odeurs d’explosifs que l’on peut rencontrer lors d’une opération à l’extérieur.

Hamperium Photography / Shutterstock

D’où proviennent les chiens de la brigade cynophile ?

Ce sont des chiens que l’on va récupérer dans des SPA ou via des dons de particuliers qui n’arrivent pas à gérer leur chien. Nous avons un site internet www.k9pol75.com sur lequel les gens peuvent proposer de donner leur animal.

Nous avons aussi quelques éleveurs à qui on peut acheter un chien mais c’est beaucoup plus rare.

Comment se déroule votre quotidien avec votre chien ?

On commence par une petite promenade le matin, pour bien se détendre les pattes. Puis, au cours de la journée, on va passer à un entraînement soit spécifique soit général, selon ce que l’on souhaite travailler. Par exemple, on peut s’entraîner dans un lieu fermé (une pièce, un bureau), dans des véhicules ou sur des objets.

Le reste de la journée on gère une partie administrative et on reste en alerte pour des missions.

Le chien est avec nous toute la journée. Avant de rentrer, on lui fait faire une dernière promenade et on lui donne à manger.

wellphoto / Shutterstock

Est-ce que votre chien vit avec vous ?

Oui, J’ikki vit avec moi, mais ce n’est pas le cas de tous les chiens de la brigade. Tout va dépendre du chien, s’il est sociable ou non, s’il s’entend avec les enfants ou avec l’autre chien (ou chat) de la famille et si on est en capacité de l’accueillir.

À quel âge les chiens sont-ils à la retraite ? Où vont-ils ?

Les chiens sont à la retraite à l’âge de 8 ans et nous sommes prioritaires pour les adopter.

Si on ne peut pas l’accueillir chez nous, c’est au maître de chercher une famille. Nous disposons d’une liste de familles d’accueil prêtes à adopter nos chiens.

Le but est de trouver une bonne famille afin que le chien puisse vivre une belle retraite.

À lire aussi : Une association veut former des chiens de refuge au métier d'assistance

# chien policier
Par Eva Morand Crédits photo :

Shutterstock

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)