Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Cultivez la jeunesse d'esprit de votre chat</p>
Race de chien :

Présidentielle 2017 : quelles sont les priorités des propriétaires d’animaux de compagnie et comment voteront-ils ?

Vendredi 24 Février 2017 | Par Elisa Gorins

Alors que la question animale n’a jamais été aussi présente dans le débat public, Wamiz a interrogé plus de 3 000 Français, propriétaires d’au moins un animal de compagnie et inscrits sur les listes électorales. L’objectif de cette enquête : comprendre leurs attentes en matière de politique deux mois avant le premier tour de l’élection.

Encore très indécis, 93% des propriétaires d'animaux de compagnie souhaitent voter pour un candidat sensible à la cause animale.

A force de vidéos choquantes et de faits divers relatant des actes de maltraitances sur les animaux, les Français ne peuvent plus fermer les yeux : la question animale est devenue un sujet de société qui a maintenant toute sa place dans le débat public. Déringardisée, elle ne fait plus sourire ; au contraire, elle risque bien de peser pour la première fois sur l’élection présidentielle. Alors que 60 millions d’animaux de compagnie partagent la vie d'un foyer français sur deux, la cause animale est devenue un enjeu politique qui pourrait influencer le vote de nombreux électeurs.

Pour en savoir plus sur les priorités des Français possesseurs de chiens et chats, Wamiz a donc décidé de se focaliser sur la cause des animaux de compagnie (et non des animaux d'élevage et de la faune sauvage) et espère pouvoir obtenir des retours concrets auprès de chaque candidat. Décryptage des 5 grandes tendances et priorités incontournables telles que la protection, l’adoption, la santé et le bien-être, l’expérimentation, l’éducation… :

Protection animale : 38.5% veulent plus de sanctions pénales

Bien que reconnu comme « être vivant doué de sensibilité » dans le Code civil (515-14), l’animal est encore trop souvent victime d’actes de maltraitance. Et si la loi les condamne à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende au maximum, ces peines sont rarement – voire jamais – appliquées. Pour lutter contre la maltraitance, les propriétaires d’animaux de compagnie souhaitent donc que les sanctions pénales pour les abandons, sévices graves et actes de cruauté envers les animaux soient alourdies.

La création d’une brigade de protection animale et d’un fichier « liste noire » des personnes condamnées pour ces actes permettraient un meilleur contrôle des dérives dont les animaux peuvent être victimes. 

Protection animale, vos priorités ?
Durcir les sanctions pénales pour les abandons, les sévices graves et actes de cruauté envers les animaux 38.5%
Créer un fichier « liste noire » des personnes condamnées pour acte de maltraitance sur un animal 23.1%
Créer une brigade de protection animale 15.5%
Faire en sorte que chaque refuge/association de protection animale puisse obtenir une aide de l’Etat 10.4%
Créer un Ministère des Animaux 5.3%
Financer des alternatives à l'euthanasie non médicalement justifiée dans les refuges 4.2%
Organiser des campagnes gouvernementales de sensibilisation contre l’abandon et/ou pour l’adoption 3.1%

Acquisition et trafics : 28,3% souhaitent plus de police sur le terrain

Les résultats de cette partie du sondage reflètent un manque de confiance envers les élevages et animaleries de la part des acquéreurs d’animaux de compagnie. Il en résulte une volonté de renforcer les cellules de lutte contre les trafics, les enquêtes de terrain et les contrôles dans ces établissements. De manière générale, les propriétaires d'animaux de compagnie plébiscitent un mode d’acquisition des animaux plus éthique afin de privilégier l’adoption plutôt que l’achat, notamment en imposant aux animaleries des journées « adoption » et/ou un quota de chiens et de chats issus de refuges.

Acquisition d'un animal et luttre contre les trafics : vos priorités ?
Renforcer les cellules de lutte contre les trafics et augmenter les enquêtes de terrain 28.3%
Renforcer les contrôles dans les élevages français et animaleries, et les sanctions prévues en cas de non respect de la réglementation 23.9%
Interdire la vente de chiens et chats dans les animaleries 22.5%
Renforcer les contrôles des petites annonces de cessions d'animaux 10.6%
Imposer aux animaleries des journées "adoption" d'animaux de refuge 6.1%
Imposer aux animaleries un quota minimum de chiens et de chats issus de refuges 4.6%
Interdire la création de nouvelles races 4.3%

Animal de compagnie au quotidien : 29,3% aimeraient des dispensaires pour les plus démunis

Désireux d’apporter à leurs animaux de compagnie tout ce dont ils ont besoin mais conscients que la santé a un coût, les Français aimeraient que l’accès aux soins leur revienne moins cher : ils sont plus de 29% à vouloir plus de dispensaires vétérinaires pour les personnes à faibles revenus. Toujours dans le souci du bien-être animal, 23% souhaitent que les communes prennent en charge la stérilisation des chats errants afin d’éviter la reproduction intensive que certaines villes connaissent.

Animal de compagnie au quotidien : vos priorités ?
Créer plus de dispensaires vétérinaires pour les personnes à faibles revenus 29.3%
Imposer aux communes d'établir des programmes de stérilisation des chats errants (ainsi que des chiens errants dans les DOM-TOM) 22.9%
Rendre obligatoire la stérilisation des animaux de compagnie (hors professionnels) 13.6%
Inciter les communes à créer des espaces verts ouverts aux chiens ou autoriser l'accès aux espaces déjà existants 12.8%
Créer un permis de détention et/ou un stage de sensibilisation pour tous les nouveaux propriétaires chiens, y compris non catégorisés 12.2%
Réglementer et encadrer les sites Internet proposant la garde d’animaux 5.1%
Abroger la loi sur les chiens catégorisés 4.3%

Expérimentation animale : 37,8% veulent l’interdire sur les chiens et chats

Beagles, Golden retrievers, Briards… Chaque année, 3000 chiens servent de cobayes dans les laboratoires français, d’après un rapport de la Commission européenne (2010). On sait que les Français sont très nombreux à vouloir interdire toutes les souffrances animales dans les laboratoires et bien entendu, savoir que des chiens et des chats subissent encore ce sort est effroyable. Ainsi, sans étonnement, 37,8% ont voté pour l’interdiction de l’expérimentation animale sur nos petites bêtes à poils.

Expérimentation animale : vos priorités ?
Interdire l'expérimentation animale sur les chiens et chats 37.8%
Imposer un logo sur les emballages informant qu’un produit a été testé sur les animaux 16.3%
Favoriser fiscalement les entreprises qui décident de ne plus tester leurs produits sur les animaux 15.8%
Allouer un budget de l'Etat à l'investissement dans la recherche de méthodes substitutives à l'expérimentation animale 15.3%
Interdire la dissection d’animaux au collège et au lycée 15%

Animal et société : 27,2% sont plus que favorables à la médiation animale dans les centres médicalisés et en prison.

La présence d’un animal procure de nombreux bienfaits et les Français en sont convaincus. C’est la raison pour laquelle ils souhaitent que l’accès dans différents établissements (hôpitaux, maisons de retraite, prisons etc) soit facilité aux animaux domestiques et ce, afin d’encourager la médiation animale. Conscients que les enfants sont les maîtres de demain, ils souhaitent également que l’école sensibilise au respect des animaux dès le plus jeune âge.

Animal et Société : vos priorités ?
Inciter les hôpitaux, centres médicalisés, maisons de retraite, prisons, etc, à développer des programmes de zoothérapie/médiation animale 27.2%
Promouvoir à l'école l’éducation des enfants pour qu’ils deviennent des maîtres responsables 25.3%
Créer des services d’aide aux animaux appartenant à des personnes en situation de difficulté ponctuelle ou d’exclusion 22.8%
Rendre obligatoire la détention d’un diplôme d’Etat pour toutes les professions en contact avec les animaux de compagnie 11.1%
Encourager l'accueil des animaux des salariés sur leur lieu de travail 9.3%
Créer une taxe sur la possession d'animaux de compagnie (mesure dissuasive, comme en Allemagne) 3.6%
Organiser des campagnes gouvernementales de sensibilisation à l'obésité des chiens et chats 0.9%

Sécurité sociale : 59,4% des personnes interrogées souhaitent une sécurité sociale pour les animaux de compagnie. 

Un imprévu est vite arrivé, et face à la maladie ou à un accident, les propriétaires d’animaux de compagnie sont solidaires : de la même manière qu’ils souhaitent plus de dispensaires vétérinaires accessibles aux personnes à faibles revenus, ils aimeraient également voir la création d’une Sécurité sociale pour animaux. Equivalente à notre Assurance maladie, elle serait financée par tous les propriétaires d’animaux identifiés.

Etes-vous favorable à la création d'une Sécurité sociale pour les animaux de compagnie ?
Oui 59.4%
Non 40.6%

Pour qui voteront les propriétaires d’animaux de compagnie ?

A deux mois des élections, les amoureux des animaux souhaiteraient en savoir plus sur les engagements des candidats en faveur de la cause animale : 57% des sondés estiment d’ailleurs que cette cause est plus présente dans le débat politique aujourd’hui que lors des élections présidentielles de 2012, mais plus de 97% d’entre eux s’estiment mal informés sur les prises de position des candidats sur ce sujet. Pourtant, 43% des propriétaires d’animaux de compagnie ne savent pas encore pour qui voter, et ils sont autant d’électeurs potentiels.

Oui pour un candidat sensible à la cause animale

En 2012, 46% des propriétaires d’animaux déclarent avoir voté pour un candidat sensible à la cause animale. En 2017, les chiffres explosent : 93% envisagent de voter pour un candidat qui fera des propositions concrètes pour nos animaux.

Allez-vous voter pour un candidat sensible à la cause animale ?
Oui, je ne voterai que pour un candidat qui a des propositions concrètes pour les animaux 25.9%
Je privilégierai un candidat sensible à la cause animale mais je tiendrai compte de l’ensemble de son programme 67.4%
Non, mon vote ne sera pas influencé par ce critère 6.7%

Une information qui ne passe pas : 97% s’estiment être mal informés 

Si les électeurs veulent privilégier un candidat "cause animale", 97% s’estiment néanmoins mal informés. Les candidats communiquent mal ou pas assez sur leur programme et cela risque de leur jouer des tours. Seuls quelques candidats, à l’instar de Nicolas Dupont-Aignan et Yannick Jadot ont signé les propositions du collectif AnimalPolitique mais peu communiquent réellement sur le sujet. D’autres, tels que Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon, ont également soumis des projets en faveur des animaux.

Vous estimez-vous bien informé(e) sur les programmes liés à la cause animale des candidats ?
Oui, je me sens bien informé(e) 3.2%
Je pense que l’on pourrait être mieux informé 41.1%
Je ne me considère pas du tout assez informé(e) 55.7%

La tendance s’inversera-t-elle ? Les candidats à l’élection présidentielle rebondiront-ils sur les volontés des Français pour faire évoluer favorablement la condition animale ? Il est de leur devoir de faire enfin en sorte que la France, pays des Droits de l’Homme, devienne aussi celui des Droits des Animaux.

A lire aussi : Ces candidats aux élections présidentielles qui s’engagent pour les animaux de compagnie

Allez-vous voter pour un candidat sensible à la cause animale ?

  • Oui
  • Non
  • Je ne sais pas encore
Crédits photo :

Wamiz

4 commentaire(s)
Jean Luc Mélenchon et son programme de la France Insoumise lutte fermement contre la maltraitance animale.
c'est de loin le candidat le plus informé et le plus militant sur cette cause....
Moi je sui à 100% pour une Sécurité Sociale pour animaux domestiques. J' avais proposé cette idée, il y a 2 ans. Mais pour le financement proposé, je ne suis pas d'accord. Je propose que l'on prélève un pourcentage sur la taxe TVA de tous les produits et services concernant le animaux. Ainsi , il y aura assez d'argent
il y a 3 mois
je suis surprise par le résultat ...
on attendais un ministère et brigade pour les animaux , mais voilà que c'est pas dans les top des souhait , dommage car avec ça viens le reste .
Il faut plus de monde sur le terrain et un vrai ministère pour la cause animal !
Bah vu la propention des politiciens à faire croire aux gens qu'ils se soucient d'eux en période électorale, il y en aura bien un ou deux pour faire semblant de s'intéresser à la cause animale le temps des élections pour s'attirer les bonnes grâces (votes) des électeurs pour n'en avoir plus rien à faire ensuite.

N'oublions pas que les promesses n'engagent que ceux qui y croient.
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
b Partager sur Facebook
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)