Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Assurance pour chien et chat</p>
Logo wamiz

Polémique : les défenseurs des animaux, indignés par une exposition newyorkaise

Mardi 26 Septembre 2017 | Par Elisa Gorins

Pendant trois mois, le musée Guggenheim de New York expose 150 œuvres créées par 70 artistes chinois. Certaines mettent en scène la souffrance animale. Les défenseurs des animaux s’interrogent : peut-on vraiment exposer la cruauté au nom de l’Art ? 

L’exposition n’a pas encore été inaugurée que déjà, les critiques pleuvent. Et pour cause : « Art and China after 1989 : Theatre of the World » (“Art et Chine après 1989 : Théâtre du Monde”) montre aux visiteurs, non sans une certaine provocation, à quel point les animaux peuvent souffrir…

Une « œuvre », en particulier, est au cœur des critiques, et elle a pour nom « Chiens qui ne peuvent pas se toucher » : il s’agit d’une vidéo de 7 minutes (tournée en 2003) dans laquelle deux chiens bien réels, tenus en laisse, se font face sur un tapis roulant. Prêts à s’attaquer, ils ne peuvent que courir sur le tapis roulant sans jamais parvenir à s’atteindre. On voit alors les chiens s’énerver, se fatiguer, leurs muscles se contracter et leur gueule saliver de plus en plus. Une expérience frustrante, qui, de surcroît, met en évidence l’agressivité présumée de ces chiens assimilés à des Pitbulls, utilisés dans des combats.

Une pétition réclame le retrait de cette exposition

Scandalisés par cette scène de maltraitance qui donne en plus une mauvaise image des chiens, les défenseurs des animaux appellent à signer une pétition. Celle-ci a vocation à « faire passer un message auprès du musée Guggenheim » : « la cruauté animale n’a aucune place dans l’art aux Etats-Unis, et n’importe où dans le monde », peut-on lire. La pétition a d’ores et déjà récolté près de 600 000 signatures.

Elle est également appuyée par les nombreux témoignages indignés d’associations de protection animale, à l’instar de The American Society for the Prevention of Cruelty to Animals (« Association américaine pour la prévention de la cruauté envers les animaux) : « Nous sommes opposés à l'utilisation d'animaux dans l'art si de telles pratiques provoquent la douleur, de la souffrance ou de la détresse chez les animaux. La vidéo perpétue ce faux stéréotype : les pitbulls sont aussi déterminés que vicieux. Alors qu'ils sont affectueux et loyaux, ils méritent notre attention et un foyer aimant et sécurisant », a déclaré Matt Bershadker, président de l’association.

De son côté, le musée Guggenheim a fait savoir que cette « œuvre » ne serait pas retirée de l’exposition, aussi « dérangeante » soit-elle. « Les conservateurs de l’exposition espèrent que les spectateurs comprendront pourquoi les artistes l’ont faite, et ce qu’ils peuvent dénoncer à propos des conditions sociales de la mondialisation et de la nature complexe du monde que nous partageons », explique le communiqué.

A lire aussi : Dépouilles de chiens suspendues et animaux empaillés : nouvelle polémique pour Jan Fabre

Crédits photo :

Instagram

2 commentaire(s)
Je remarque une fois de plus que c est une expo d artiste chinois sans commentaires!!!!
j ai un beagle un persan un chat sacré de birmanie ils s adorent lechouilles et gros calins !!!!
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)