Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Cultivez la jeunesse d'esprit de votre chat</p>
Race de chien :

Paris, capitale de la médiation animale

Lundi 11 Juillet 2016 | Par Elisa Gorins

La conférence de The International Association of Human-Animal Interaction Organizations (IAHAIO), dédiée à l’étude des interactions entre l’homme et l’animal, a lieu tous les trois ans. Elle se déroule pour la première fois cette année à Paris qui devient, pendant trois jours (du 11 au 13 juillet), la capitale mondiale de la médiation animale.                 

C’est au Centre des congrès de la Cité des Sciences que s’est tenu, ce 11 juillet, un atelier autour de la médiation animale organisé par Mars Petcare, la Fondation Adrienne et Pierre Sommer, ainsi que Wamiz. A cette occasion, de grands noms de la médiation animale étaient réunis : Marie-José Enders-Slegers, présidente de l’IAHAIO, le Professeur Hubert Montagner, psycholophysiologiste, le Docteur Caroline Gilbert, vétérinaire et éthologue et Myriam Cohen-Welgryn, PDG de Mars Petcare & Food France. L’occasion de dresser un état des lieux de la médiation animale dans l’Hexagone.

Comment mieux intégrer la médiation animale en France ?

Marie-José Enders Slegers est la présidente de l’IAHAIO. Elle travaille au Pays-Bas où elle a réussi à faire dialoguer et collaborer des personnes d’horizons très divers : policiers, vétérinaires, éthologues, et législateurs ont travaillé ensemble sur la question de la relation entre l’Homme et l’animal. C’est à cette même démarche qu'il faudrait aboutir en France, suggère-t-elle, pour que les animaux puissent accompagner les personnes en difficulté qui en ressentent le besoin, que ce soit à l'hôpital, en maison de retraite, à l'école, dans des centres spécialisés ou dans tout autre lieu public.

Pour le Professeur Hubert Montagner, psychophysiologiste, il est « capital mais pas encore acquis » de conceptualiser le terme de « médiation animale » au-delà-même de sa définition, pour la faire avancer et mieux l’intégrer dans la société. Ce procédé passe avant tout par une meilleure compréhension de l’animal que l’on met en présence de l’humain, une meilleure prise en compte des émotions de chacun (de l’Homme comme de l’animal), de leur environnement global, du moment et du lieu de leur rencontre.

L’opinion du Docteur Caroline Gilbert, vétérinaire et éthologue, vient corroborer le point de vue du Professeur Montagner. « L’important dans la médiation animale, explique-t-elle, est de prendre en considération le bien-être de l’animal ». Ce respect du bien-être passe notamment par « la sélection des animaux les plus à même de pratiquer la médiation animale ». Il s’agit donc de les sélectionner en fonction de leur « tempérament ».

Paris, capitale de la médiation animale
De gauche à droite : Mme Enders-Slegers, le Pr. Montagner, le Dr Gilbert et Mme Cohen-Welgryn

L’animal, vecteur de bien-être pour l’humain

« L’animal est une formidable occasion de créer un lien d’attachement et d’apaisement », a affirmé le Professeur Montagner lors de la conférence. De cet apaisement mutuel entre l’Homme et l’animal naît ce lien d’attachement, et le partage émotionnel qui en découle. Et c’est le regard qui joue un rôle essentiel dans ce processus : « Le chien est en quête du regard de l’enfant. Il n’y a qu’à voir la façon dont il le regarde lorsqu’il rentre de l’école. Le chien mange l’enfant du regard », a insisté le Professeur.

C’est justement parce que « l’animal nous fait du bien » que Mars Petcare travaille à « rendre leur monde meilleur. » Notamment en contribuant à la recherche scientifique via le centre Waltham (qui étudie les relations entre l’animal de compagnie et l’Homme), comme l’a rappelé Myriam Cohen-Welgryn.

Un prix pour la médiation animale

Afin de mettre en lumière les projets de médiation animale mis en pratique par des particuliers, Mars Petcare, la Fondation Adrienne et Pierre Sommer et Wamiz se sont associés afin de décerner le prix « A better world for pets ». Celui-ci a été remis, à l’issue d’un vote départageant vingt-et-une candidatures, à deux projets : la médiation animale au sein d’une maison de retraite où intervient Anne-Gaelle Bresson, et la médiation animale dans une école pour enfants de tout horizon qui n'est autre que l'école Montessori du Morvan dirigée par Vanessa Toinet. Un prix spécial a également été attribué à l’association Handi’chiens, qui forme des chiens d’assistance pour des personnes en situation de handicap et depuis peu, des chiens destinés aux personnes épileptiques. Autant de pratiques de la médiation animale aussi diverses que variées, qui tendent à se démocratiser en France… à condition qu’on le leur permette !

Croyez-vous aux effets positifs de la médiation animale ?

  • Oui
  • Non
  • Je ne sais pas
Crédits photo : Wamiz / Elisa Gorins
0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)
b Partager sur Facebook