Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

"Un massacre silencieux" : l'association AVA dénonce dans une campagne choc les euthanasies injustifiées

Mercredi 19 Août 2020 | Par Elise Petter

Une campagne qui ne laisse pas indifférent... 

Devenus indésirables, des centaines d’animaux de compagnie sont euthanasiés chaque jour en France de manière arbitraire. Indignée face à ce fléau, l’association AVA (Agir pour la Vie Animale) a réalisé une vidéo dans laquelle elle dénonce « un massacre silencieux ». 

En 2020, il est toujours possible et légal de demander à son vétérinaire d’euthanasier son animal, même sans motif médical. Autrement dit, on peut demander la mise à mort d’un chien ou d’un chat, même si celui-ci ne souffre pas. Et le vétérinaire est libre d’accepter… ou non ! 

Dans les refuges et fourrières de France, plus de 300 euthanasies sans motif médical sont pratiquées chaque jour, d’après une Instruction technique du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (2017). Même les associations de renommée internationale et bénéficiant du soutien de centaines de milliers de personnes, continuent à pratiquer des euthanasies ou à se dédouaner en se cachant derrière les fourrières, alors jugées responsables. La réalité est que lorsqu’un animal a peu de chances d’être adopté, il est susceptible d’être tué. 

Ces terribles statistiques ne tiennent pas compte des euthanasies de complaisance réalisées chez des vétérinaires, pour lesquelles il n’existe aucun chiffre officiel. 

Une campagne choc pour faire changer les choses

Indignée, l’association AVA (Agir pour la Vie Animale) a lancé une campagne choc pour dénoncer ces euthanasies arbitraires : « Piqué au vif ». Elle reconstitue l’histoire vraie de Nachos, un chiot Dogue des Canaries de 9 mois, qui devait être euthanasié en raison d’une malformation des pattes qui l’empêche simplement de courir. L’association AVA lui a sauvé la vie et offert un nouveau départ, dans son sanctuaire, en Normandie, où vivent actuellement plus de 500 animaux qui étaient condamnés. 

« Aujourd’hui encore hélas, dans nos sociétés occidentales, nous avons une vision très utilitariste de l’animal : lorsque celui-ci n’est pas conforme à nos attentes, il est facile de s’en débarrasser, quitte à vouloir sa mort, et c’est précisément ce que combat AVA », explique Thierry Bedossa, docteur vétérinaire et Président fondateur d’AVA. 

Si cette vidéo vous a "piqué au vif", partagez-la pour dire non à l'euthanasie de complaisance ! 

 

# euthanasie
Par Elise Petter Crédits photo :

Capture d'écran

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)