Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Labradoodle : l'inventeur de cette race de chiens estime avoir crée le monstre de Frankenstein

Lundi 30 Septembre 2019 | Par July Legendart
Labradoodle : l'inventeur de cette race

Il pensait créer un chien pour aider les malvoyants, il a donné naissance à un "chien gadget" populaire au comportement bien souvent complètement "fou".

Wally Conron, l'éleveur à l'origine du populaire croisement de Labrador et de Caniche donnant lieu à la race Labradoodle (ou labrapoodle) a déclaré à la chaîne australienne ABC News regretter avoir créé la race. Et tout l'engouement que cette race a suscité. Pire, il compare le Labradoodle au célèbre "monstre de Frankenstein".

Une race créé à l'origine pour aider les malvoyants

L'éleveur dénonce au passage les éleveurs de ces chiens qui multiplient les portées et les vendent très cher : "c’est mon grand regret". Car à l'origine, cet éleveur de chiens-guides en Australie dans les années 1980 n'a pas crée le Labradoodle pour sa bonne bouille ou ses jolies boucles, mais pour venir en aide aux malvoyants ayant besoin d'un chien d'assistance et étant allergiques aux poils du Labrador, le principal chien d'aveugle.

Il a alors essayé d'élever un caniche pour en faire un chien d'assistance car son pelage est mieux toléré chez les sujets allergiques aux poils de chiens. Mais le comportement du chien ne convenait pas à en faire un bon guide. Il décida alors de procéder à un croisement du Caniche et du Labrador pour bénéficier du pelage du premier et du comportement du second.

Un immense succès médiatique

"C’était de bons chiens-guides" estime-t-il, mais n'étant pas issus d'une race reconnue, personne n'en voulaient. Wally Conron explique alors s'être tourné vers les médias pour faire connaître le Labradoodle et les retombées ont été bien au-delà de ses espérances. C'est devenu un chien "gadget".

Le Labradoodle, une race convoitée

Autant personne ne voulait d'un bâtard, autant tout le monde aspiraient à avoir un Labradoodle. "Même chien, nom différent" regrette-t-il car le déferlement de demandes en provenance du monde entier a obligé l'éleveur australien à multiplier les portées sauf que les chiots n'étaient plus seulement destinés à servir de chiens-guides, s'étonne-t-il.

"J'ai ouvert la boîte de Pandore et un monstre Frankenstein en est sorti"

"J'ai réalisé ce que j'avais fait en l'espace de quelques jours. À ce moment-là, je suis allé voir notre grand patron et je lui ai dit : 'Regardez, j'ai créé un monstre. Nous devons faire quelque chose pour le contrôler. Nous devons mettre un brevet sur le nom pour empêcher les gens de prendre le train en marche ", se remémore-t-il.

Sauf que les éleveurs ne pouvaient pas faire breveter la race de chien, explique Wally Conron, et les croisements se sont multipliés. "J'ai ouvert la boîte de Pandore et un monstre Frankenstein en est sorti", se désole-t-il. En effet, quand une race de chiens est lancée avec succès, le risque c'est de donner lieu à des usines à chiots se concentrant davantage sur l'optimisation du nombre de chiens vendus plutôt que sur le bien-être de chaque chien.

Mais ce n'est pas tout. Selon Wally Conron “leur grande majorité est soit folle, soit souffre de maladies génétiques". Et de conclure "Bien sûr, il y a également de très chouettes labradoodles, mais c’est rare”. 

A lire aussi : Personne ne veut adopter ce chien, un homme prend une décision radicale qui touche le monde entier

# chien d'assistance, chien de race
Crédits photo :

Shutterstock

0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)