Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Cultivez la jeunesse d'esprit de votre chat</p>
Race de chien :

Expérimentation animale : où en sommes-nous ?

Lundi 24 Avril 2017 | Par Elisa Gorins

A l’occasion de la Journée mondiale des animaux de laboratoires, ce 24 avril, Wamiz dresse un état des lieux de l’expérimentation animale en France et au sein de l’Union européenne.

L’expérimentation animale en chiffres

11.5 millions d’animaux sont utilisés par les laboratoires des Etats membres de l’Union européenne à des fins expérimentales et d’autres fins scientifiques. Les animaux les plus utilisés par les laboratoires sont :

  • Les souris (60.9%)
  • Les rats (13.9%)
  • Les animaux à sang froid (reptiles, amphibiens, poissons) (12.5%)
  • Les lapins (3.12%)
  • Les chevaux, ânes, porcins, caprins, ovins et bovins (1.2%)
  • Les carnivores dont les chiens et les chats (0.25%)

La France est malheureusement championne dans le domaine de l’expérimentation animale en Europe. Plus de 2 millions d’animaux y sont tués chaque année (chiffres du 7ème rapport de la Commission européenne sur les statistiques sur les animaux utilisés à des fins expérimentales et scientifiques) dont :

  • Des souris (1.3 million)
  • Des animaux à sang froid (357 000)
  • Des poissons (354 000)
  • Des rats (253 000)
  • Des lapins (126 000)
  • Des chiens (3 000)
  • Des primates (1 810)
  • Des chats (569)

A quoi servent les animaux utilisés ?

La plupart des animaux utilisés par les laboratoires européens servent à la recherche dans les études de biologie fondamentale, de médecine humaine et vétérinaire ainsi que de dentisterie. Certains animaux sont utilisés dans des essais toxicologiques, d’autres permettent d’évaluer l’efficacité et la sécurité de certains produits, médicaments, vaccins, etc. Il convient cependant de rappeler que cette science n’est pas infaillible : plusieurs tests ont prouvé qu’ils pouvaient être efficaces sur l’animal et se montrer inefficaces (ou avoir des effets secondaires) sur l’homme.

Au nom de la science, certains animaux – dont des chiens – servent également de « témoins » dans le cadre du protocole « histoire naturelle ». Il s’agit de laisser la maladie évoluer chez l’animal, sans recherche.

Autrefois, les animaux servaient également à l’industrie cosmétique mais en 2013, la Commission a adopté une Communication concernant l’interdiction de l’expérimentation animale et l’interdiction de mise sur le marché dans le secteur des cosmétiques. Depuis lors, l’expérimentation animale dans ce secteur ainsi que la commercialisation de produits finis ou de produits dont les composants ont été testés sur des animaux sont interdites au sein de l’Union européenne.

Toutefois, des tests sur animaux peuvent être toujours pratiqués pour garantir l'absence de risques environnementaux et la sécurité des travailleurs qui y sont exposés dans le processus de fabrication (loi REACH, entrée en vigueur en 2007). C'est la raison pour laquelle les tests sur animaux perdurent dans le secteur cosmétique. 

Médiatisation et éveil des consciences

De la même manière que l’association L214 a largement contribué à faire connaître au grand public la réalité de l’industrie de la viande, il existe une association qui, elle, dénonce l’expérimentation animale : Animal Testing. Le mode opératoire de ces deux associations est le même : la vidéo. Il s’agit généralement de filmer en caméra cachée ce que les médias ne montrent jamais. C’est en tout cas ce que fait Animal Testing. L’association s’est notamment fait connaître en décembre 2016, juste avant le Téléthon, en diffusant, avec Peta, la vidéo choc de chiens utilisés dans le laboratoire de Neurobiologie de l'école vétérinaire de Maisons-Alfort, dans le cadre de la recherche sur les myopathies. Une recherche financée en partie par l’argent récolté par la célèbre émission :

A travers cette vidéo, reprise par de nombreux médias, l’association Animal Testing cherchait à dénoncer « le manque de transparence vis-à-vis des donateurs ». La présidente de l’association nous confiait alors : « On n’est pas contre le Téléthon, mais on appelle à la transparence afin que les donateurs sachent où va leur argent. » Les réactions ne se sont pas faites attendre : « si j’avais su, je n’aurais pas donné », déclaraient de nombreux internautes sur les réseaux sociaux.

La diffusion de la vidéo d’Animal Testing a permis d’éveiller les consciences et de mettre des images sur ce terme barbare et abstrait d’ « expérimentation animale », notamment en ce qui concerne l’utilisation des chiens que beaucoup ignoraient. Aujourd’hui, d’après un sondage effectué sur Wamiz, 80% des personnages interrogées sont favorables à l’interdiction totale de l’expérimentation sur tous les animaux.

Mais alors, pourquoi l’expérimentation animale perdure-t-elle et jusqu’à quand ?

Pour la présidente d’Animal Testing, le problème vient d’un « refus d’entrer dans le débat moral : les scientifiques n’ont pas de ligne d’argumentation. Ils ont toujours fait comme ça, alors leur modèle ne peut pas être remis en question », explique-t-elle. « Il y a un faisceau de raisons souvent combinées : aversion au changement, besoin de publier, subventions attribuées à la recherche sur les animaux, méconnaissance des méthodes substitutives aux animaux, ou conditionnement par la formation des chercheurs... Mais combien de chiens ont été sacrifiés, en 30 ans, et pour quelles avancées ? »

Pourtant, plus d’une fois, la Commission européenne a fait part de sa volonté d’encourager le développement de méthodes de substitution (cultures de cellules, de tissus, d’organes, recours à des micro-organismes, biologie moléculaire, études de tissus post-mortem, simulation informatique, études statistiques et épidémiologiques sur les populations, recherche clinique sur des patients volontaires, dissection virtuelle, etc.). Dans sa réponse à l’initiative citoyenne européenne « Stop Vivisection » (qui demande le renoncement progressif à la pratique de l’expérimentation animale), la Commission évoque ainsi « l’objectif final que constitue le remplacement total des expérimentations animales ».

Mais la Commission rappelle aussi que « les études expérimentales sur les animaux ont toujours été indispensables pour mettre au point des méthodes de prévention et de limitation des maladies humaines et animales et ont contribué à améliorer la santé publique et la qualité de la vie et à allonger l’espérance de vie ». Ainsi, « la directive énonce que l’objectif final est l’élimination progressive de l’expérimentation animale, mais elle reconnaît que l’utilisation d’animaux reste nécessaire pour parvenir à la réalisation de cet objectif. »

Affirmant que « pour le moment, l’expérimentation animale reste importante pour protéger la santé des citoyens et des animaux, et pour préserver l’environnement », la Commission a mis en œuvre sa directive des « 3R » : Remplacer, Réduire et Perfectionner l’utilisation des animaux. Elle conclue enfin que « plusieurs projets de recherche «Horizon 2020» visant à mettre au point et à valider des méthodes ne recourant pas à l’utilisation d’animaux dans le cadre de l’évaluation de la sécurité des produits chimiques, des contaminants alimentaires et des nanomatériaux ont été autorisés ou sont en cours d'autorisation ».

Vous êtes pour l'interdiction de l'expérimentation animale ? Vous pouvez signer la pétition et soutenir Animal Testing

A lire aussi : Révélations choc : quand le Téléthon finance la souffrance des chiens

Êtes-vous pour ou contre l'interdiction de l'expérimentation animale ?

  • Pour
  • Pour, mais seulement sur certaines espèces
  • Contre
Crédits photo :

Shutterstock

10 commentaire(s)
Quand on regarde la vidéo c'est insoutenable ! En plus ces pauvres loulous font malgré tout confiance en l'humain et se réjouissent de voir du monde Les pauvres, ils n'ont rien connu d'autre ! C'est affreux !
Ces regards si tristes qui disent: "pourquoi nous? Qu'avons-nous fait?..." Ça me tue... Et puis ça fait tellement mal de les entendre respirer... Il faut arrêter ça... Laissez-les en paix!!!
Il a la tête de quelqu'un qui n'a plus d'espoir ! Moi aussi je lui ferais volontiers une place parmi les Titis Réunis. On se serrerait un peu pour accueillir plus d'amour.
je me suis toujours demandé si les animaux arrivaient a penser !!!! si ils pensent je me demande a quoi peut penser ce pauvre loulou sur son grillage c est terrible ces questions qui me trottent dans la tête l animal pense ?se pose des questions ??j aimerai tant savoir mais bien sur sans faire des experiences en tout cas ce petit bonhomme j aimerai bien le prendre avec petit jules
Quand je vois les yeux de ce pauvre pépère non décidément je ne peux pas. On ne devrait faire aucune expérience sur les chiens même pour la médecine. Le chien c'est notre meilleur ami. Qui ferait des expériences sur son meilleur ami pour avoir la vie sauve ? Pas moi en tout cas.
Je dis non d'emblée à toute recherche animale pour des raisons autres que médicales. Pour les produits cosmétiques par exemple ça me met hors. de moi !!! Les animaux ne demandent pas à se maquiller et ce n'est pas une nécessité. À chaque être humain de faire son choix avec le risque qu'il comporte. Pour revenir à la médecine les animaux ne devraient être utilisés que pour des causes d'extrême importance et uniquement quand on ne peut pas faire autrement. Tout abus devrait être sévèrement puni. En pharmacologie il y a par exemple des gens qui se portent volontaires pour tester et qui sont payés pour ça.
Quelle horreur, la France est le champion d'Europe des expérimentations animale. Alors qu'il est prouvé que les labos peuvent se passer des animaux. Qu'est-ce qu'on attend pour foutre la paix à tous ces pauvres animaux qui servent de cobayes à tous ces prétendus médecins ou vétérinaires. C'est dégueulasse !!!
moi aussi quand je vois les yeux de ces chiens torturés et qui ne comprennent rien a ce qu on va leur faire a ce qu on attend d eux ça me fout en l air un animal ne demande pas grand chose juste qu on l aime même la gamelle et l eau si il n est pas attaché vraiment au pire il se debrouille mais m***e il demande de l amour c est pourtant pas grand chose évidement si on considere que la mort d un animal peut sauver la vie de millions de personne ça peut se discuter mais ce n est pas toujours le cas même pas souvent le cas c est la vie de millions d animaux dont il s agit et le pire c est que parfois c est pour faire du rouge a levre
C'est qui mamounette ? Elle veut castrer et prendre ? Mon Dieu quelle horreur ! Elle est malade de dire ça. Non c'est une blague..En tout cas la photo de ce pauvre titi cobaye me crève le coeur. Il faut arrêter ça !
je suis sure qu il y a bien d autres solutions quelle horreur de faire ça j en connais qui dirait qu on les pendent ou qu on les castre et bien là elle a raison n est ce pas mamounette!!!!!!! pour une fois je suis d accord
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)
b Partager sur Facebook