Publicité

L’équipage d’un avion sauve la vie d’un chien grâce à un masque à oxygène

bouledogue avion oxygène © Capture d'écran

Darcy a bien failli ne pas survivre au vol… Mais grâce à la réactivité des membres de l’équipage, il a pu regagner la terre ferme, sain et sauf.

Par Elisa Gorins

Publié le

Ce jour-là, Darcy le Bouledogue français voyageait avec son maître à bord d’un avion de la compagnie aérienne JetBlue. Il devait se rendre dans l’Etat du Massachusetts depuis la Floride. En raison de sa petite taille, il pouvait rester en cabine avec son propriétaire, plutôt qu’en soute.


Mais soudainement, le chien de 3 ans a commencé à présenter des signes de détresse respiratoire. Il haletait beaucoup et sa langue devenait bleue. Renaud Fenster, un membre de l’équipage, a raconté à Good Morning America : « Je passais dans la cabine quand j’ai remarqué un passager qui avait sorti son chien de sa caisse de transport, et le chien ne me paraissait pas très en forme. J’ai cru qu’il s’était évanoui (…). »

Voyager en avion avec un chien brachycéphale n’est pas sans risques

En tant que propriétaire de Bouledogue français, Renaud Fenster a alors apporté de la glace au pauvre animal, mais cela n’a pas eu l’effet escompté. « J’ai alors décidé que nous devions envisager d’utiliser de l’oxygène pour le sauver », poursuit-il. Après avoir demandé l’autorisation au capitaine, l’homme a placé un masque à oxygène sur la truffe de Darcy.

Par chance, le chien s’est senti mieux, et a pu passer le reste de son vol en sécurité jusqu’à l’atterrissage : 


Rappelons que les chiens brachycéphales (à museau plat) comme les Bouledogues français ont souvent des troubles respiratoires. En avion, le manque d’oxygène peut s’avérer particulièrement dangereux, à tel point que certaines compagnies aériennes interdisent ces chiens à bord. Si vous devez voyager en avion avec un chien à museau plat, renseignez-vous bien au préalable sur les conditions de la compagnie aérienne ainsi que sur les risques que cela comporte.

A lire aussi : Après les décès d’animaux dans ses avions, United Airlines arrivera-t-elle à mettre fin au scandale ?

Laisser un commentaire
1 commentaire
Gabrielleo
Gabrielleo
Quand j'ai eu Gaston, Cocker Spaniel acheté en République tchèque, j'ai dû prendre l'avion pour rentrer en France. Et là, malgré que ce soit un chiot de 4 mois on m'a signifié qu'il devrait voyager en soute. Une petite boule de poils pas bien lourde... résultat arrivée à Bordeaux avec un chiot en panique qui avait eu la diarrhée et la frayeur de sa vie. Nettoyage à la lingette avant de le faire monter en voiture. Je me suis promis de ne plus jamais lui faire revivre ça. Mon Meilleur Ami avait presque 17 ans quand il m'a quitté.
Confirmation de la suppression

Êtes-vous sûr de vouloir supprimer le commentaire ?

Connectez-vous pour commenter