Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Une éleveuse qui maltraitait 122 chiens et chats, condamnée à une maigre peine

Jeudi 23 Août 2018 | Par Elisa Gorins

Une éleveuse de Ribagnac a comparu devant le tribunal de Grande Instance de Bergerac (Dordogne) pour des faits de maltraitance animale. Elle a été condamnée à un an de prison avec sursis.

Les faits de remontent à 2014. A cette époque, des chiens et des chats en mauvaise santé sont retrouvés chez une éleveuse de Ribagnac. 122 animaux, au total, dont certains sont malades, d’autres terrifiés, se trouvent alors dans cet élevage « Le Prince de Gala » : des Siamois, des Sacrés de Birmanie, des Bichons, Caniches ou encore Cotons de Tuléar. Des races très prisées, en somme, qui peuvent se vendre cher.

L’éleveuse, qui est une dame de 65 ans, se trouvait en difficulté financière depuis 2010, c’est la raison pour laquelle elle n’arrivait plus à subvenir aux besoins de ses animaux, d’après ses propres dires. Par souci d’économie, elle assurait elle-même des soins à ses animaux, avec la complicité d’un vétérinaire. Contre une petite rémunération, ce dernier lui fournissait des médicaments, des vaccins et des carnets de santé pré-remplis.

Malgré une interdiction d'exercer, elle continue à élever des chiots et chatons

En 2013, à la suite d’un contrôle, l’éleveuse s’est vu retirer son droit d’exercer son métier. Cela ne l’a pas empêchée de continuer malgré tout. Si bien qu’en 2014, des cadavres d’animaux ont été retrouvés chez elle, tandis que des animaux bien vivants étaient identifiés avec des puces électroniques qui avaient été prélevées dans des corps d’animaux morts.

Pour ces faits de maltraitance, l’éleveuse a été condamnée à un an de prison avec sursis, et à une amende de 200 euros. Le vétérinaire, lui, 2 mois de prison avec sursis et une amende de 5 000 euros. Une maigre peine au vu de l’état dans lequel se trouvaient les bêtes prises en charge par l’association One Voice, comme le montre cette vidéo :


A lire aussi : Autopsie d’une saisie chez une éleveuse qui détenait 150 chiens dans d’épouvantables conditions (Vidéo)

# maltraitance, élevage
Crédits photo :

One Voice

5 commentaire(s)
Encore une peine minable.... C'est lamentable si la justice était plus sévère peut être que certains sadiques qui prennent plaisir à faire souffrir et même tuer des animaux réfléchirai et peut être avant de passer à l'acte !!! Mais la les peines sont ridicules ça m'étonnes pas que ça empire même.... Ils sont jamais punis ils sont morts de rires ces fumiers... Ça me révolte de voir toute cette maltraitance et que rien n'est fait pour punir les auteurs..... Déprimant...
C'est qui ce veto ? Comment a t'il pu cautionner ce genre d'horreur ? Il est censé aider et aimer les animaux et dans ce cas ci il aide une femme qui les maltraite, c'est dingue il ne mérite pas d'exercer c'est un charlatan !
Pauvres chiens dans tous ça.... Ils doivent être traumatisés, je leurs souhaite de trouver une famille aimante, une vraie famille qui prendra grand soin de chacun d'entre eux....
Ignoble, la justice 122 animaux ne vaux que 200€ l’éleveuse a été condamnée à un an de prison avec sursis.
pourquoi que sa et avec sursis prison ferme
Dommage qu'on ne connaisse pas le nom du pseudo-vétérinaire. Personnellement, je ne confierai pas un de mes chats à un véto pareil si je savais ce qu'il a fait. Mais bon c'est ça la justice en France, les coupables ont droit à beaucoup d'égards.
Ignoble, la justice n'a de Justice que le nom. En clair la vie brisée de ces 122 animaux ne vaux que 200€ pour ces cyniques barbons patriarcaux et archaïques. Et surtout ne brisons pas la carrière d'un vétérinaire 🤮🤮🤮🤮 mais si les acheteurs étaient plus vigilants, et se renseignaient mieux, en bref si il n y avait pas de demande, il n'y aurai pas d'offre !!!!!!!
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)