Votre site a fait peau neuve !

Publicité

Les éleveurs de Corgis craignent un "effet de mode" et une "détérioration de la race"

Corgi chiot Corgi chiot

Les Corgis ont été mis en lumière par Elizabeth II. Aujourd’hui, des éleveurs craignent une augmentation des achats impulsifs et une détérioration de la race.

Par Elodie Carpentier

Publié le

Au lendemain des funérailles de la reine, des éleveurs français de Corgis s’inquiètent des risques d’un effet « Elizabeth II ».

Depuis le décès de la souveraine, le 8 septembre 2022, les chiens « Corgis » indissociables de la reine ont fait l’objet d’une grande médiatisation par les médias.

Entre 2 000 et 3 000 euros un Corgi

Comme l’explique Elinore Foucault, éleveuse de Corgis pembroke à Chouzé-sur-Loire, en région Centre-Val de Loire dans les colonnes de la Nouvelle République, la demande peut rapidement bondir : « On reçoit beaucoup plus d’appels que d’habitude. C’était déjà le cas avec le Jubilé, ou avec la série télévisée The Crown ».

Depuis une dizaine de jours, l’éleveuse reçoit entre « 15 et 20 coups de fil par semaine ». Et pourtant, il faut comptez entre 2 000 et 3 000 euros pour un Corgi. Dans la majorité des élevages, les Corgis sont réservés six mois à un an à l’avance.

Pour éviter une recrudescence des achats impulsifs, les éleveurs choisissent avec attention les futurs propriétaires de leurs protégés.

Des éleveurs qui pourraient « être attirés par l’argent »

À BFM TV, Franck André, de l’élevage du Margail, en Occitanie, n’hésite pas à questionner les futurs maîtres pour déterminer les motivations et savoir si les personnes connaissent « bien la race ».

Les éleveurs craignent surtout que des personnes détériorent la race : « On a peur qu'il y ait de plus en plus d'éleveurs attirés par l'argent qui ne fassent pas tous les tests de santé requis ».

La chaîne d’information rappelle que, dans les premiers mois de la vie d’un chiot, un Corgi doit subir de nombreux tests pour détecter certaines maladies comme la myélopathie dégénérative, qui peut entraîner la paralysie du train arrière. Des tests qui coûtent en moyenne 400 euros. 

À lire aussi : Puzzle optique : pouvez-vous trouver trois miches de pain cachées parmi les Corgis de la reine ?

Laisser un commentaire
0 commentaire
Confirmation de la suppression

Êtes-vous sûr de vouloir supprimer le commentaire ?

Connectez-vous pour commenter