Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box
Race de chien :

Edito : De « de compagnie » à « compagnon », l’animal est-il en marche vers une meilleure vie ?

Mercredi 04 Octobre 2017 | Par Elisa Gorins

Le week-end dernier, a eu lieu à l’université de Nanterre, le colloque « L’animal en marche by Pet Revolution ». De nombreux intervenants de prestige et d’horizons variés se sont réunis pour apporter leur éclairage sur la bientraitance, le bien-être de l’animal et sa place dans la société. Wamiz, partenaire de l’événement, revient sur quelques questions que ce séminaire a soulevées. 

« Les animaux nous apportent tellement d’amour ! » : combien de fois ai-je entendu cette phrase ? Je ne les compte plus. En tant que journaliste et passionnée des animaux, j’entends cette phrase presque aussi souvent que j’interviewe quelqu’un. Mais à chaque fois, ces quelques mots ont un drôle d’effet sur moi, et me laissent finalement dans un état de stupéfaction que je tente de cacher. Oui, c’est certain, les animaux nous apportent beaucoup d’amour. Et alors ? C’est pour cela qu’on les aime ? C’est pour cela qu’on se doit de bien les traiter ? Oui, sans nul doute. Mais n’est-ce pas une vision égoïste et autocentrée ? Et si, en 2017, il était temps d’aimer l’animal pour ce qu’il est, tout simplement, et non pas pour ce qu’il nous procure ?

« Apprendre à cohabiter avec son voisin »

« Nous avons un relationnel avec le vivant qui est un relationnel utilitaire, c’est ce qu’on appelle les services rendus par la nature », a déclaré Allain Bougrain-Dubourg, président de LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) en introduction du séminaire « L’animal en marche ». « Pourtant, nous avons un devoir d’interrelations, d’interdépendance avec le vivant, c’est un devoir éthique à l’égard des plus faibles », a-t-il ajouté, précisant que « ces services rendus par la nature représentent 40% de l’économie mondiale, alors même que ces ressources sont en déclin de 72% ». Pour le journaliste-producteur-réalisateur, il est donc « urgent » de se soucier du vivant : « L’animal en marche est une rencontre admirable qui élève notre esprit : se pencher sur l’animal, c’est apprendre à cohabiter avec son voisin ».

animal en marche

C’est exactement la raison pour laquelle je me suis rendue à ce séminaire, parmi 650 personnes (grand public et professionnels). Pour apprendre à mieux comprendre l’animal et apprendre à cohabiter avec lui en tant qu’ami, et non pas en tant qu’être – aussi sensible puisse-t-il être – à qui on a attribué la fonction de « compagnie ». Et je n’ai pas été déçue. Il me serait impossible de revenir sur tous les sujets qui ont été abordés au cours de ce week-end, mais une chose est sûre : en tant que « maîtresse » (terme qui me semble aberrant puisqu’il ne devrait y avoir aucun lien de subordination entre les deux amis que sont l’homme et son chien), j’en ressors plus forte, plus bienveillante et plus attentive que jamais aux besoins de ma propre chienne et à ceux des autres animaux.

Diffusons nos connaissances pour que l’animal soit plus heureux

J’aimerais tant que tout le monde ait accès à ce savoir, à ces connaissances d’une richesse infinie, sur le comportement animal, la justice, l’éthique, et le bien-être animal dans ce qu’il a de plus global, pour qu’enfin, les mentalités évoluent et que la condition animale progresse. Je suis persuadée que si chacun se penchait ne serait-ce qu’un peu sur ces questions de bien-être, de bientraitance et de bonne vie de l’animal, alors les actes de maltraitance et les abandons diminueraient.

animal en marche

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée mondiale des Animaux, j’ose émettre un vœu : qu’on ne parle plus d’animaux « de compagnie » - terme obsolète qui évoque une fonction – mais « d’animaux-compagnons ». Parce que c’est ce qu’ils sont, des compagnons qui cohabitent avec nous du mieux qu’ils peuvent en dépit du mode de vie qu’on leur impose. « L’animal en marche » est en ce sens un événement précurseur, puisque ses intervenants de qualité et d’horizons divers soulèvent des questions fondamentales d'éthique, de justice, et de bientraitance. Essayer d’y répondre est, à mon sens, une preuve d’amour et d’humanité.  

A lire aussi : « L’animal en marche » vers une meilleure vie et place dans notre société

Crédits photo :

Shutterstock 

2 commentaire(s)
Mes animaux ont toujours été mes "bébés" et jamais de simple animaux de compagnies ! Je ne peux m'empecher de les caliner, les chouchouter .. Je leurs donne tout mon amour et ils me le rendent comme ils le peuvent ! Ce sont plus que des compagnons, ce sont des membres de la famille !
Quel dommage que Paris soit si loin...
Je suis d'accord avec les principaux intervenants, mais la chose primordiale il me semble, est le respect que nous devons à nos compagnons et ce respect s'apprend dès le plus jeune âge, parents, c'est votre rôle !
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)
b Partager sur Facebook