Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Le député Loïc Dombreval estime qu’"il faut stériliser tous les chats qui ne sont pas destinés à la reproduction"

Vendredi 18 Septembre 2020 | Par Nathalie D'Abbadie

Le confinement a eu un impact direct sur la population féline errante : non stérilisés par les associations de protection animale pendant plusieurs mois, les chats libres se multiplient aujourd’hui, et les refuges peinent à trouver des familles pour tous les chatons.

Cela fait plusieurs mois que ça dure : les refuges animaliers font face à une recrudescence de chatons, nés de portées qui n’auraient pas vu le jour si les stérilisations de chats avaient pu avoir lieu pendant le confinement.

C’est un nouvel rappel de l’importance de la stérilisation des chats libres ou qui sortent, et que le député Loïc Dombreval LREM souhaite rendre obligatoire par le biais d’une nouvelle proposition de loi pour améliorer le bien-être animal.

Le confinement a rendu les stérilisations impossibles

Bien entendu, pendant cette période incertaine, les associations faisaient de leur mieux pour continuer à aider les animaux.

Toutefois, les campagnes de stérilisation des chats libres, habituellement menés par les associations de protection animale, ont tout simplement dû être suspendues pour la sécurité de tous.

Depuis, de nombreuses portées de chatons apparaissent un peu partout en France, avoir d’avoir des petits à leur tour. Selon Loïc Dombreval, député LREM, « il faut stériliser tous les chats qui ne sont pas destinés à la reproduction. »

Et pour cause, car comme le rappelle le député dans un article du Parisien, « les femelles sont en chaleur tous les deux mois. Chaque portée peut facilement compter six petits. Très vite on se retrouve avec des îlots de chats dans les communes, des îlots qui grandissent et se divisent. »

Le député Loïc Dombreval estime qu’

Un couple de chats peut donner lieu à 20 000 chatons en 4 ans

Si l’on estime qu’un seul couple de chats non stérilisés peut donner lieu à 6 portées par an, cela peut engendrer plus de 20 000 chatons en seulement 4 ans. De plus, les chats n’ayant pas de prédateur, la population féline errante n’arrête pas d’augmenter.

Depuis plusieurs mois, les bénévoles des associations de protection animale essaient d’attraper et stériliser un maximum de chats errants.

Mais ce ne sont pas des opérations délicates, et les stérilisations coûtent environ 50€ par animal. Les associations sont déjà débordées, et le nombre de nouveaux chatons non stérilisés ne cesse d’augmenter.

Certaines mairies se chargent de la stérilisation des chats, mais ce sont principalement les associations qui se chargent de ce travail. C’est pourquoi le projet de loi du député Loïc Dombreval « propose de rendre obligatoire cette gestion des problèmes par les mairies qui prendraient en charge financièrement ces opérations. »

>>> Une politique de protection des chats errants rejetée par le Conseil de Paris

Cela serait un changement bienvenu pour les associations qui peinent à trouver des familles à tous les chatons, à l’instar de la SPA qui a lancé un « mois de l’adoption » pour encourager de potentiels adoptants à venir rencontrer ces petits animaux.

Espérons donc que ce projet de loi porte ses fruits !

A lire aussi : EXCLU Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA : « Un animal abandonné est un animal qui est condamné à mourir ! »

A voir aussi :

# stérilisation
Par Nathalie D'Abbadie Crédits photo :

Shutterstock

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)