Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

David Abiker (Europe 1) : « avoir un chien c'est comme un shot de cocanine en continu »

Jeudi 25 Avril 2019 |

Wamiz a rencontré David Abiker, chroniqueur chez Europe 1,  pour parler de la ligue canine des travailleurs. Portrait d'un journaliste jamais sans son chien.

8h45, l'équipe de Wamiz débarque dans les locaux d'Europe 1 à la rencontre de David Abiker et de son Cavalier King Charles, Obiwan.

Une rédaction sur le qui-vive mais qui s'accorde un peu de répit avant de se lancer à corps perdu dans le travail. Olivia et Isabelle, collègues du chroniqueur, se dirigent vers son bureau. Ce n'est pas pour lui parler du temps grisonnant mais pour saluer son petit toutou. Obiwan, 5 mois, qui est sagement assis dans son panier au pied du bureau de son maître.

David Abiker (Europe 1) : « avoir un chien c'est comme un shot de cocanine en continu »

Les deux femmes viennent chercher un peu d'affection et de douceur auprès du Cavalier King Charles avant de commencer cette folle journée. On peut déjà observer l'effet positif du chien dans cette rédaction sous pression, "un bonheur" pour ces deux femmes qui veulent "se rassurer" avant d'enchaîner les tâches.  

Après les salutations, David Abiker profite de cet entretien pour emmener son chien se dégourdir les pattes dans la terrasse. Pendant que son toutou prend l'air, il a pu répondre à nos questions et nous a présenté son chiot. 

Présente nous Obiwan. Pourquoi avoir choisi un Cavalier King Charles ? 

Je l'ai adopté après la mort de mon précédent chien, Charlie. J'étais sous "cocanine", j'en ai repris un au bout d'un mois et demi, deux mois, j'ai repris la même race mais pas la même couleur. C'est mâle assez petit par rapport à Charlie, il a 5 mois. 

Le Cavalier King Charles est une espèce difficile à ne pas aimer. J'ai rencontré des gens qui n'aimaient pas les chiens et qui se sont mis à les aimer. Ce sont des clébards affectueux, plutôt joueurs. Ils n'ont pas l'air comme ça mais ils sont assez sportifs, ils ont une bonne tenue de route. (Rires) 

Comment t’es venue l’idée de l’emmener au travail ? Quelles ont été les réactions de tes collègues et de la direction ?

Pour une raison pratique, nous n'avons pas les mêmes horaires avec ma femme, si je ne le prenais pas elle était obligée de sortir le promener et ça lui prenait trop de temps avant d'aller au travail. Je suis en matinale donc je peux le prendre avec moi et il peut faire son pipi quand il veut. C'est comme ça que je me suis dit que j'allais l'emmener au bureau. 

Au départ, j'emmenais mes chiens le week-end (Charlie puis Obiwan), ça le faisait parce qu'il n'y avait pas trop de monde et puis ensuite, je me suis aperçu en semaine que s'il était tranquille dans son panier, il emmerdait personne, il est petit. 

Quant à la direction, elle m'a dit qu'en principe c'était interdit mais elle a vite fermé les yeux car beaucoup d'entre eux aiment les chiens. Comme j'ai été le premier, j'ai créé un précédent, peut-être qu'un jour je n'aurais plus le droit de l'emmener. 

Ça ne dérange personne pour l'instant, ça a même créé un micro climat sympathique pendant mes heures, 4h-8h, puis je m'en vais. Il n'est pas du tout invasif. Il est attaché, il dort, il n'est pas bruyant. Pour ce qui est des gens qui ont peur des chiens, ils se sont vite habitués à Obiwan. On peut dire que c'est un chien de dessin animé ! (Rires) 

Qu’est-ce que ça t’apporte au quotidien, et aux autres ?

Tout d'abord, de l'organisation, il faut être organisé quand on emmène son chien au travail. Pour ma part, je n'ai pas de problème de transport, j'y vais en voiture. En ce moment, mon seul problème, c'est qu'il saute sur moi pendant que je conduis, je suis obligé de l'attacher avec la ceinture de sécurité ! Sinon, globalement ça ne me pose pas de problème, il est presque propre en plus. 

Avoir un chien, c'est emmener un peu de sa vie perso, c'est concilier beaucoup de choses. À un moment donné, au lieu d'être scotché à votre portable, vous le prenez sur les genoux et vous le touchez lui, vous ne touchez pas l'écran, vous le caressez lui. 

Ça a provoqué des rencontres improbables au bureau ! On est pas mal à Europe 1, il y a des gens à qui j'aurais sans doute pas parlé s'il n'y avait pas eu le chien donc c'est marrant. 

Quand j'ai perdu Charlie mes collègues étaient tristes, ils attendaient le retour d'un chien. La preuve que le  chien est très bénéfique dans le quotidien d'un open space . Ça apporte de la communication entre les gens, des pauses. Les gens racontent leur vie avec un animal, ils se confient. 

Le chien permet de baisser les barrières, de détendre l'atmosphère ; le chien c'est déjà vendredi quoi !

Peux tu nous en dire un peu plus sur la Ligue Canine des Travailleurs ?

J'ai fait plusieurs articles sur le chien au travail dans différentes revues, j'ai même déjà dit que le chien remplaçait facilement le téléphone, que c'était un réseau social. Quand vous le promenez, rien que sa laisse créée des connexions avec les gens. La laisse, c'est un câble qui relie les personnes, avec au bout, un chien.

J'ai partagé mes articles sur le réseau Linkedln et des gens m'ont répondu pour me dire qu'ils prenaient aussi leur chien au travail. Et un jour, sur l'un de mes articles, une femme a mis en commentaire "c'est la Ligue Canine des Travailleurs". j'ai tout de suite demandé à reprendre le terme, elle a accepté. Au départ c'était une blague et je me suis dit, on va faire de la blague, un mouvement.

Je n'ai créé ni association ni statut mais c'est une marque comme les gilets jaunes, une marque que tout le monde peut s'approprier.

La Ligue Canine des Travailleurs c'est comme un logiciel libre. Chacun peut créer un comité dans sa boîte ou autre. Pour continuer l'idée, des gens m'ont envoyé des autocollants que j'ai fait retoucher par ma fille, graphiste. J'ai même des badges pour les donner aux gens ! Mais c'est plutôt une comédie, comme un mouvement politique mais qui a du sens.  

David Abiker (Europe 1) : « avoir un chien c'est comme un shot de cocanine en continu »

Pour le moment, je n'attends rien de ce mouvement mais si un jour les goodies peuvent être vendus au profit de la SPA, pourquoi pas ! Après les autocollants, les mugs, peut-être qu'on fera même des vêtements ! 

Pour en savoir plus, suivez David Abiker sur Instagram !

À lire aussi : Loïc Dombreval : « L’animal prend une place grandissante dans la société française. »

 

 

# interview, célébrité, Pets@work
Crédits photo :

Wamiz 

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)