Publicité

La « Coloc d’Ava des Sablons », le nouveau refuge de l’association AVA-Agir pour la Vie Animale

Chien © @Shutterstock Art_rich

L’association AVA-Agir pour la Vie Animale ouvre un refuge pour les animaux et les personnes âgées.

Par Elodie Carpentier

Publié le

L’association AVA - Agir pour la Vie Animale vient d’annoncer l’inauguration de « La coloc d’Ava des Sablons », à Rouvray-Catillon en Seine-Maritime.

Un deuxième sanctuaire ouvert en Seine-Maritime

36 ans après l’ouverture de son premier refuge à Cuy-Saint-Fiacre, qui abrite actuellement plus de 500 animaux, ce deuxième sanctuaire propose un lieu de vie « pour toutes les vies et pour toute la vie ».

Dans cette « coloc », des chiens, chats, poules, paons ou encore chèvres vivent dans une parfaite harmonie. Tous ont en commun d’avoir échappé à l’euthanasie ou l’abattoir.

À l’inverse des refuges classiques, cet havre de paix ne possède « aucune cage, aucun box, ni aucune forme d’enfermement ».

Un refuge familiale qui a aussi la particularité d’accueillir des personnes âgées. Maxime Légier, en est le premier bénéficiaire. C’est lui qui avait fondé le premier refuge AVA en 1986 avec que celui-ci ne soit repris par le vétérinaire Thierry Bedossa en 2003.

          

Une collocation intergénérationnelle

« J’ai toujours vu Maxime entouré d’animaux, c’est lui, et son épouse Jenny, qui m’ont appris qu’on pouvait vivre au milieu des animaux, dans le respect et la bienveillance. Depuis la mort de Jenny, je ne pouvais pas laisser Maxime se laisser aller, je voulais lui permettre de rester avec les animaux, en sécurité », explique Thierry Bedossa.

Une infirmière a été recrutée pour veiller sur lui mais aussi sur les animaux. Aujourd’hui, l’association espère que cette collocation intergénérationnelle et inter-espèces se poursuivent : « Cette manière de séparer les personnes âgées de leurs animaux de compagnie pour les mettre dans des EHPAD et autres collectivités, m’indigne profondément », dénonce le Dr Bedossa, particulièrement marqué par le récent scandale Orpéa. « Mon objectif est de trouver une autre voie pour permettre à ceux qui le souhaitent de continuer à bien vivre et à bien vieillir avec les animaux qu’ils aiment ».

À lire aussi : À Melun, les SDF et leurs animaux sont accueillis le jour au C.H.R.S Le Sentier

À Abou Dhabi, les chiens ont désormais leur salle de sport climatisée

Laisser un commentaire
0 commentaire
Confirmation de la suppression

Êtes-vous sûr de vouloir supprimer le commentaire ?

Connectez-vous pour commenter