Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Les chroniques de Maître Terrin : Balkan, le chien sacrifié au destin tragique

Jeudi 01 Juillet 2021 |

Abandonné par son maître quand il ne lui a plus été utile, Balkan a eu droit à une deuxième chance. Un nouveau départ inattendu qui, malheureusement, s'est terminé de façon tragique. Pour Wamiz, Isabelle Terrin revient sur son triste destin. Pour que jamais Balkan ne soit oublié. 

Balkan, toutes affaires cessantes il faut que je te parle. Tu étais tellement beau, gris, un museau allongé, une œuvre d’art. Jeté à la rue par ton galguero, tu errais, une âme perdue, sans sens à sa vie, une interrogation sur l’humain qui t’avait utilisé.

Balkan, toi qui l’aimait, qui ne voyait que par lui, tu lui as donné le meilleur pour satisfaire sa soif de réussite, de gloire, de pari et d’argent. Des considérations qui t’échappaient, des trucs bassement humains, mais tu obéissais, et tu courrais le plus vite possible pour lui montrer ton amour, et après le temps des courses, quand tu as été trop vieux, il t’a jeté.

Comme tant d’autres, pendus le plus souvent, il a voulu te laisser la chance de vivre. Mais comment après tant de souffrances, comment faire pour oublier, refaire la litière de sa vie, recommencer à croire, aimer, se désangoisser, trouver la sérénité ? Comment faire après une telle trahison, comment restaurer une image de bon chien, d’être vivant après avoir été considéré comme un objet ? Comment refermer les cicatrices de son âme ?

Les chroniques de Maître Terrin : Balkan, le chien sacrifié au destin tragique

Un nouveau départ ?

Alors que tu errais, venant et allant nulle part, tu as été récupéré, Balkan, tu as eu cette chance, tu as rencontré dans ton malheur une personne humaine, qui s’est intéressée à toi, a tout mis en œuvre pour te faire connaitre enfin le bonheur d’être chien.

Tout était nouveau dans cette famille qui t’a recueillie, les portières de la voiture, les cages de transport, les miroirs les vitres les bruits On avait bien remis à ton adoptant une fiche pour signaler cet état, le tien, ce qu’on avait fait de toi en t’exploitant, un chien vide de l’humain, un outil, qu’il fallait en quelque sorte apprivoiser à la vie domestique un peu comme le renard dans « le petit prince ».

Toi, Balkan, tu as senti la chaleur de l’amour, quelques instants, tu as connu, mais tu étais fragile, pas encore en construction, dans le vide, tu errais encore dans ta tête, tu n’avais pas encore de repères … Timide tu étais, ressentant confusément que oui, le bonheur existe, et tu voulais t’acclimater, tu le voulais si fort, et laisser derrière toi ces angoisses, celles des terres arides, où il fallait courir de toutes tes forces, pour satisfaire celui qui t’a abandonné. Alors oui, tu as fait des efforts, tu avais commencé à lécher par tendresse les mains de ton humain, oui, tu étais aux portes, à l’orée …

Mais il a cru que tu avais cicatrisé, mais pas encore, il t’a laissé courir dans une forêt, et là, tes anciens démons ont ressurgi, Balkan, le fil qui te reliait à celui qui t’avait adopté était trop ténu, en devenir, il aurait dû le comprendre, être à l’écoute de tes fragilités, de ton passé, te protéger. Au lieu de ça,  il a été imprudent, n’a pas suivi les consignes du contrat, t’a lâché, livré à toi-même dans un endroit inconnu. Il a dû crier, et tu as eu peur.  Et angoissé par le vide, la vacuité, tu as commencé à courir,  et tes pattes ont suivi ce mouvement de course, mécanique, celui pour lequel tu étais né, qu’on t’avait inculqué, cette course, pour de l’argent, des paris, elle est revenue à ta mémoire, et tes jambes t’ont propulsé droit devant, Balkan, tu courrais, à perdre haleine, sans savoir où aller, car tu n’as jamais eu de chez toi.

Les chroniques de Maître Terrin : Balkan, le chien sacrifié au destin tragique

Droit devant pendant des dizaines et des dizaines de kilomètres, et que se passait-il dans ta tête à ce moment de course effrénée, qu’as-tu pensé, et même as-tu seulement pensé, ou l’outil qu’on avait fait de toi, la mécanique a pris le dessus ? Tu as couru et tu as percuté l’obstacle, de plein fouet, Balkan, tu ne connaissais rien de la civilisation humaine, et de ses dangers. On t’a retrouvé dans un fossé, gisant, mort à plus de 250 kilomètres.

J’écris pour toi, Balkan, tu traverseras ma page, tes longues jambes courent encore mais là-haut, tu traverses les nuées, tu cours après le bonheur la sérénité, le repos.

Un procès est intenté contre l’adoptant de Balkan, pour fautes, et non-respect des stipulations contractuelles de prudence figurant sur le contrat d’adoption.

 

Maître Isabelle Terrin 
Avocate

# abandon, relation homme-animal, cause animale
Crédits photo :

DR Isabelle Terrin

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)