Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Assurance pour chien et chat</p>
Logo wamiz

Des chiots à la mode élevés dans des clapiers dans un élevage clandestin

Mercredi 23 Mai 2018 | Par Elisa Gorins

La Fondation Assistance aux Animaux est intervenue chez une éleveuse qui produisait et vendait illégalement des chiens et des chats via les sites de petites annonces.

A Athis-Mons (91), une cinquantaine de chiens et de chats qui vivaient dans des conditions déplorables ont été secourus par la Fondation Assistance aux Animaux. Les animaux étaient « entassés dans un sous-sol obscure », « dans l’obscurité la plus complète ». Une quinzaine de chiens et de chiots étaient enfermés dans « des clapiers de fortune » dont « l’odeur pestilentielle qui en émane ne laisse pas de doute sur l’état d’hygiène des lieux », a fait savoir la Fondation, qui ajoute que « les mamans et leurs petits n’ont pas même d’eau à disposition ».

Chihuahuas, Spitz, Bichons et autres petits chiens à la mode se reproduisaient ainsi dans l’insalubrité, et les chiots étaient ensuite vendus sur les sites de petites annonces, notamment leboncoin, pour 250 à 700 euros. « Ce sont donc des milliers d’euros qu’elle a empochés durant des mois voire des années, au détriment des animaux qu’elle a exploités », déplore la Fondation.

Méfiez-vous des petites annonces !

C’est grâce à ces annonces ainsi qu’au signalement d’une acheteuse qu’une enquête a pu s’ouvrir. « Se faisant passer pour un acheteur, notre enquêteur parvient à gagner la confiance de la vendeuse qui, visiblement peu méfiante, lui donne rendez-vous sur le lieu de détention des animaux. A l’heure convenue, notre enquêteur est bien présent… accompagné d’un équipage de la Police Nationale. Et ce qu’ils vont découvrir dépasse tout ce à quoi ils s’attendaient », relate la Fondation :


Tous les chiens, chiots, chats et chatons présents dans cette maison ont été saisis. Ils ont été placés dans l’un des refuges de la Fondation Assistance aux Animaux. Cette dernière a déposé plainte pour mauvais traitements par un professionnel. L’éleveuse risque 6 mois de prison et 7 500 euros d’amende, ainsi que des poursuites pour travail et revenus dissimulés, exploitation d’un élevage sans autorisation, défaut de certificat de capacité, et défaut de déclaration.

A lire aussi : Autopsie d’une saisie chez une éleveuse qui détenait 150 chiens dans d’épouvantables conditions (Vidéo)

# maltraitance, justice, élevage
Crédits photo :

Fondation Assistance aux Animaux

2 commentaire(s)
je suis d 'accord avec vous yolly mais la plupart de ces élevages sont clandestins , ils sont illégaux et ces personnes qui le pratique sont futés !!!
Il serait intéressant que les élevages de chiens soient contrôlés par des services compétents soit association soit services vétérinaires de façon inopinée !
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)