Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Chiens renifleurs et Covid-19 : les problèmes éthiques et légaux qui se posent

Lundi 28 Juin 2021 | Par Ludivine Mazzotti
Chiens renifleurs et Covid-19

Des médecins signent une tribune pour alerter sur les problèmes induits par le dépistage des chiens renifleurs sollicités pour détecter la Covid-19. 

Selon l’étude Nosaïs, menée en Île-de-France par l’AP-HP et l’ENVA (École Vétérinaire de Maisons-Alfort), les chiens dressés sont capables de détecter la Covid-19 grâce à leur flair : les résultats sont positifs à 97 %. 

L’étude a été menée sur 335 volontaires dont 109 détectés positifs à la Covid par le test RT-PCR. Sur les personnes négatives, on atteint 91 % de bons résultats. D’autres études menées à l’international corroborent ces résultats encourageants. 

Un dispositif compliqué à mettre en place pour cet été 

Cependant, certains médecins (entre autres de l’Institut Curie, de l’Université de Paris et l’Académie Nationale de Médecine) alertent sur les dangers de faire appel à des chiens renifleurs si tôt. 

Ils s’interrogent pour savoir si la transposition des conditions de travail des chiens en formation sera applicable sur le terrain, car les chiens renifleurs ont pour le moment été testés dans des conditions optimales dans des salles de travail. Ces paramètres seront difficiles à reproduire si l’on sollicite l’appui des chiens renifleurs pour cet été dans des gares ou des aéroports. 

L’équipe de l’étude Nosaïs a d’ailleurs indiqué qu'il « est illusoire d’espérer voir les chiens détecteurs de Covid en place dès cet été. »

Des problèmes éthiques 

Ces médecins indiquent également que le dépistage pose des problèmes éthiques, déontologiques et légaux : le risque est de se retrouver dans des situations embarrassantes comme le dépistage simultané de cannabis et de Covid. Également, pour eux la mesure crée un précédent sur les possibilités de réaliser un diagnostic médical par du personnel non médical (maître-chien, agent de sécurité) sans consentement. 

Ils recommandent donc de prendre le temps de structurer et d’encadrer ces nouveaux outils de dépistage avant de les déployer. Enfin, selon eux il faudrait également solliciter l’avis du Comité Consultatif National d’Éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE) avant de mettre en place ce dispositif. 

À lire aussi : Des chiens renifleurs de Covid vont dépister 2000 étudiants

 

# chien renifleur, étude, virus, coronavirus
Par Ludivine Mazzotti Crédits photo :

Unsplash @Jusdevoyage

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)