Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Medical Flair : des chiens de famille ou de refuge formés à détecter des crises d’épilepsie et d’hypoglycémie

Mercredi 14 Avril 2021 | Par Eva Morand

Medical Flair est une association suisse dont le but est de former des chiens (de famille ou de refuge) à devenir des chiens d’assistance pour les personnes épileptiques ou diabétiques.

On connaît les chiens détecteurs de drogues, de matières explosives, de personnes disparues, de cancer, de Covid-19 et désormais de diabète et d’épilepsie.

L’odorat surdéveloppé des chiens (200 millions de cellules olfactives chez le chien contre 40 millions chez l’humain) en fait un allié incontournable dans le quotidien de nombreuses professions. Mais au-delà de ses capacités olfactives, le chien reste un soutien émotionnel indéfectible.
Toutes ces qualités explique pourquoi il est qualifié de « meilleur ami de l’homme ».

Des chiens naturellement doués

D’après une étude irlandaise, 65% des chiens (non formés) seraient capables de réagir à l’hypoglycémie de leur propriétaire diabétique (de type I).

C’est à la suite de ce constat que Clémentine Baumann et Stéphanie Huguenot ont décidé de former les chiens des propriétaires ou de refuge à assister les personnes diabétiques ou épileptiques.

Dans le cas du diabète, les chiens vont détecter, grâce à leur odorat, une baisse de la glycémie (taux de sucre dans le sang) et les prévenir. Cela permet notamment aux parents d’enfants diabétiques de dormir sans avoir à vérifier que leur enfant fait une hypoglycémie au cours de la nuit.

 Dans le cas de l’épilepsie, le chien peut détecter jusqu’à 7 minutes avant l’arrivée d’une crise. Le chien va sentir l’odeur particulière et donner un coup de museau appelé « poke », à son propriétaire afin qu’il se mette en sécurité, appelle quelqu’un ou prenne un médicament.

Dans les deux cas, la présence du chien va rassurer la personne et lui permettre d’être plus confiante, car c’est connu, les animaux sont des soutiens émotionnels, quel que soit notre quotidien.

Une formation pour quels chiens ?

Chiens de famille, chiens d’élevage ou même de refuge, quelle que soit la race la plupart des chiens peuvent être formés.

Vous doutez des capacités de votre cher compagnon à quatre pattes dont la plus grande passion est la sieste à vos pieds ? Et pourtant, il se pourrait bien qu’il se transforme en chien détecteur de diabète ou d’épilepsie.

Enfin, pour recevoir ce type de formation il doit néanmoins, remplir quelques critères non négligeables :

  • Être âgé de 18 mois à 4 ans
  • Ne pas présenter de peurs ni d’agressivité
  • Aimer le contact avec les humains
  • Être gourmand (pour être motivé par les récompenses à base de friandises lors de sa formation)
  • Être calme

La formation (du chien et du propriétaire) compte 120 heures de cours étalées sur 10 à 11 mois. Un apprentissage qui nécessite un certain investissement, car en plus des cours, des entraînements quotidiens sont nécessaires.

L’association met en avant des méthodes d’éducation positives et dénuées de toute contrainte. Des techniques respectueuses de l’animal et qui ont déjà fait leurs preuves dans l’éducation des animaux.

Le mot d’ordre : le bien-être du chien

Si vous n’avez pas de chien mais souffrez de diabète ou d’épilepsie et aimeriez partager votre vie avec un animal, l’association vous propose de vous aider à choisir le bon candidat.

Néanmoins, l’association met en avant le bien-être animal avant tout, car le résultat n’est pas forcément au rendez-vous. Elle indique sur son site : « Il est très difficile de savoir si un chiot sera un adulte équilibré et correspondant aux critères de sélection. Les associations prenant en charge les chiens depuis leurs 3 mois ont un taux de réforme de 50 % entre le début de la vie du chien et l’âge de deux ans ».

Ce qui signifie donc qu’un chien sur deux ne sera pas apte à devenir un chien d’assistance à l’issue de sa formation. Un chiffre qui incite les personnes à prendre conscience de la responsabilité d’adopter un animal qui n’aura peut-être pas les capacités de les assister au quotidien, du moins, comme elles l’auraient imaginé.

Quoi qu’il arrive, les moments partagés lors de la formation avec son chien doivent être des moments agréables afin de lui donner envie de revenir le lendemain. Une manière de renforcer encore un peu plus le lien qui unit le chien et son propriétaire.

Si vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’association : www.medical-flair.ch

À lire aussi : Les chiens peuvent être jaloux ? La science a tranché !

 

 

# chien d'accompagnement, chien d'assistance
Par Eva Morand Crédits photo :

Alina Kruk / Shutterstock

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)