Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

« Des chiens enfermés dans des cages 22 heures sur 24 » : elle est condamnée par le tribunal pour mauvais traitements

Mardi 14 Juin 2022 | Par Elodie Carpentier

L’accusée a toujours réfuté les faits qui lui sont reprochés.

Quatre ans après les faits, une ancienne habitante de Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne) a dû s’expliquer sur des mauvais traitements infligés sur ses chiens.

Comme le révèle le Parisien, la présidente du tribunal de police de Melun a eu des mots très forts à l’encontre de cette propriétaire : « C’est vous qui avez fait ça ? Vous en êtes fière ? On ne cadenasse pas des chiens dans une cage dans l’obscurité sans leur donner à boire et à manger ! ».

Elle déménage et laisse ses quatre chiens dans des cages

L’affaire débute en 2018 quand les policiers sont appelés pour des aboiements de chiens provenant d’un appartement fermé. D’après les voisins, la locataire a plié bagage en laissant ses animaux derrière elle.

En pénétrant à l’intérieur, les forces de l’ordre vont découvrir trois cages avec à l’intérieur trois American Staffordshire et un Staff non catégorisé.

Pour sa défense, la prévenue va expliquer au tribunal que ses chiens « avaient à manger tous les jours » et qu’ils étaient sortis quotidiennement par son frère ou elle.

Interrogée sur les volets qui ont plongé les chiens dans l’obscurité, la femme a indiqué qu’elle souhaitait éviter les infiltrations d’eau de l’extérieur.

Interdiction de détenir un animal durant trois ans

Des éléments qui sont loin de convaincre les associations qui ont rappelé que la prévenue avait avoué que ses animaux étaient enfermés dans les cages 22 heures sur 24.

« Les cages mesurent un mètre de long sur 50 cm de haut. Imaginez dedans ces American Staffordshire qui à l’âge adulte pèsent entre 18 et 32 kilos et mesurent 45 à 48 cm ! En plus dans le noir ! C’est l’horreur ! », précise Me Elodie Martigny pour la Fondation Assistance aux animaux dont les propos ont été relayés par le quotidien national.

Le tribunal a décidé de condamner la propriétaire des chiens à 2.400 euros d'amende, lui a interdit de détenir un animal durant trois ans, 2.000 euros de dommages et intérêts pour l’association Stéphane Lamart, 500 euros pour la Fondation Assistance aux animaux, 2.000 euros de frais d’avocats et enfin la confiscation du dernier animal de compagnie dont elle était propriétaire. En effet, sur les quatre chiens, elle en a confié trois à des tiers.

# animaux de compagnie, chien maltraité, relation homme-animal, cause animale, émotion
Par Elodie Carpentier Crédits photo :

@Shutterstock Babeshkin

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)