Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

"Sale clébard" : un chien de race Rottweiler a été retiré à son maître pour maltraitance verbale

Lundi 16 Novembre 2020 | Par Anaïs Drux

Le 4 novembre 2020, un homme a été jugé à Bristol en Angleterre pour maltraitance sur son chien de race Rottweiler. Dans cette affaire, pas de coups, pas de blessures, mais uniquement de la violence... verbale ! Un cas qui a de quoi surprendre dans le domaine du droit animal, où les peines sont souvent jugées légères par les militants de la cause animale. 

"Sale clébard". C'est cette expression qui ressortira particulièrement de ce procès hors norme pour maltraitance animale

Le 4 novembre dernier, c'est à Bristol en Angleterre qu'un homme a été condamné à l'interdiction de posséder un animal de compagnie pendant 5 ans, suite à maltraitance verbale envers sa chienne Rottweiler nommée Lulu. 

Des enregistrements audio qui font tache

La RSPCA, qui est la plus grande organisation de protection animale en Angleterre, a obtenu de nombreux enregistrements sonores où l'on entend le prévenu de 23 ans, Joshua Ponsford, s'attaquer verbalement à sa chienne.

Dans un enregistrement d'une durée de 59 secondes, on peut notamment l'entendre dire : « Va dans ton p***** de panier, va dans ton panier tout de suite, tout de suite, tout de suite, et tu restes là. Sale clébard. »

Plusieurs autres enregistrements permettent d'entendre le propriétaire de Lulu hurler sur elle, insulter ses jouets et le fait qu'elle les cache, et menacer la chienne avant ses absences, en lui disant qu'elle n'a pas intérêt de voler quoique ce soit à nouveau. 

Sur les différentes bandes audio, on peut entendre la chienne gémir et aboyer de manière plaintive. 

Chien rottweiler couché dans l'herbe

La violence verbale est une maltraitance

Joshua Ponsford a plaidé coupable pour violence verbale et a assuré ne jamais avoir frappé sa chienne. Il a cependant reconnu que son comportement était inadapté et avait causé du stress à l'animal. 

Selon David Martin, expert vétérinaire interrogé à propos de cette affaire, il ne fait aucun doute que la chienne Rottweiler a été traumatisée par ces abus verbaux, et qu'il en résulte directement une peur de l'humain et une angoisse généralisée. 

Il ajoute que les chiens réagissent aux sons et au ton de la voix, et qu'ils peuvent souffrir de détresse mentale en cas de violence verbales répétées. Il conclu enfin en précisant que, physique ou verbale, la violence pour éduquer un chien ne peut plus être tolérée et qu'il a été démontré que cela causait un stress sur le long terme. 

Chien rottweiler dans un box de refuge

Une condamnation exemplaire 

Lulu a été retirée à son maître et confiée à la RSPCA, et elle est actuellement en rééducation afin d'être proposée à une nouvelle famille. Les bénévoles disent que c'est une gentille chienne, mais qu'elle a pour l'instant besoin de reprendre confiance envers le monde qui l'entoure avant de pouvoir être adoptée. 

Quand à son ex-maître, il a donc l'interdiction de posséder un animal pendant les 5 prochaines années (avec impossibilité de faire appel de cette décision pendant 3 ans) mais il devra également respecter un couvre-feu pendant 6 semaines, ainsi qu'effectuer 20 jours d'activités de réhabilitation, et enfin, payer un total d'amendes équivalent à environ 300 euros. 

Une condamnation qui est donc étonnamment sévère comparativement à ce que l'on peut voir dans d'autres affaires de maltraitance animale, mais qui finalement semble bien raisonnable, pour avoir détruit le mental d'une pauvre chienne. 

Souhaitons à Lulu d'oublier ce chapitre bien sombre de sa vie, et de découvrir qu'il existe de bons humains. 

À lire également : Retrouvé enchaîné et malheureux, ce chien de refuge fait désormais des câlins à toutes les personnes qu’il croise !

À voir également :

Par Anaïs Drux Crédits photo :

Shutterstock (Photos d'illustration)

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)