Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Morsures chez le chien : "il n’est pas envisageable de prédire l’agressivité sur le critère d’appartenance à une race"

Mardi 09 Février 2021 | Par Eva Morand

Dans son rapport l’agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) explique l’absence de lien entre la race d’un chien et le risque d’être mordu. Néanmoins, d’autres paramètres seraient déterminants.

Le ministère de l’Agriculture a chargé l’ANSES d’enquêter sur le risque de morsure en France. Même si les chiffres sont probablement sous-estimés, on dénombre 100 000 morsures de chiens par an. Les chiens catégorisés (Rottweiler, Tosa Inu, Mastiff et American Staffordshire Terrier) sont souvent montrés du doigt, or ils ne semblent pas être les principaux auteurs de ces agressions.

Qu’est que l’agressivité chez le chien ?

Loin d’être un défaut, l’agressivité est plutôt un état émotionnel comme la colère chez l’homme. Dans son rapport, l’ANSES l’a défini comme : « la propension d’un individu à exprimer une agression, cette propension étant relativement pérenne mais modulable en fonction des circonstances et des expériences individuelles ».

En d’autres termes, une agression va dépendre du contexte et des expériences qu’aura vécues le chien au cours de sa vie.

Morsures chez le chien :

Quels chiens sont à l’origine des morsures ?

Les différentes études menées sur le sujet montrent que la race ne va pas agir sur la probabilité de mordre, mais d’autres facteurs vont intervenir.

L'ANSES indique que les morsures proviendraient de chiens :

  • Mâles adultes (entre 1 et 7 ans)
  • Ayant été séparés trop tôt de leur mère (sevrage précoce)
  • Ayant eu peu de contacts avec des humains pendant les premiers mois
  • Souffrants de douleurs physiques et de dysfonctionnements neurologiques ou émotionnels

Le rapport explique que tout ce qui pourrait porter atteinte au bien-être du chien peut l’inciter à mordre comme : des frustrations ou certaines techniques d’éducation.

L’agence indique que « l’utilisation du renforcement négatif et des punitions durant l’éducation du chien, augmente le risque d’agression, contrairement à l’utilisation du renforcement positif ».

Elle conclut donc « qu’il n’est pas envisageable de prédire l’agressivité d’un individu sur le critère d’appartenance à une race ou de ressemblance avec les critères morphologiques d’une race » et pointe du doigt l’inefficacité des lois sur les races de chiens dits « dangereux ».

Qui sont les personnes les plus à risque ?

Face aux morsures, il existe des inégalités. D’après l’ANSES, les personnes les plus susceptibles de se faire mordre sont :

  • Les enfants de moins de 15 ans, avec un pic avant 3 ans et entre 5 et 9 ans
  • Les personnes de genre masculin
  • Les personnes travaillant au contact des animaux
  • Les personnes utilisant les fonctions des chiens (chien de travail).

Pourquoi un chien mord ?

Les morsures s’expliquent souvent du fait que les enfants ainsi que la plupart des adultes ne savent pas reconnaître les signaux de stress d’un chien. La morsure étant la méthode ultime du chien pour mettre quelqu’un à distance.

Avant de mordre, la plupart des chiens vont exprimer un certain nombre de signes afin de montrer qu’ils sont mal à l’aise et qu’ils veulent que l’on s’éloigne. Cela peut commencer par le détournement du regard, puis se lécher les babines, abaisser les oreilles, bâiller, etc.

Malheureusement, si la personne ne sait pas les reconnaître, elle va continuer à rester à proximité de l’animal et risque d’être mordue.

Morsures chez le chien :

Comment prévenir les morsures ? L’avis de Chantal Hazard, spécialisée dans l’éducation des enfants face aux chiens

L’ANSES explique qu’il y a moins de morsures lorsque l’animal peut se déplacer librement, aller au contact de son propriétaire quand il le désire et lorsque le niveau de restriction n’est ni trop élevé ni trop faible.

Mais l’Agence insiste sur la nécessité d’informer, de sensibiliser et de former le grand public, notamment les enfants, particulièrement concernés par les morsures.

Chantal Hazard, spécialisée dans l’éducation des enfants face aux chiens explique : « il faut éduquer l’enfant au langage du chien et aux principaux comportements que le chien peut avoir. On y va progressivement avec les postures de base. Sans éducation, l’enfant ne peut pas comprendre ces postures là car elles ne correspondent à rien chez l’humain ».

Elle pointe du doigt les comparaisons inappropriées entre l’attitude d’un chien et celui d’un humain : « un chien stressé ne va pas bouger du tout, il est raide, il a la queue entre les pattes. Si on n’apprend pas à un enfant que la position de la queue est signifiante, il ne peut pas le deviner, donc il prend chez l’humain les correspondances, c’est-à-dire, il ne bouge pas, il ne fait rien, il n’est pas dangereux, il y va et se fait mordre ».

Autre fait inquiétant : « il a été démontré que chez l’enfant, le chien qui montre les dents signifie « cheese » comme dans les photos d’humains ».

Selon Chantal Hasard, la première chose pour éviter les morsures c’est donc d’éduquer et de « reconnaître l’animal en tant qu’être sensible ».

Et comme l’indique aussi l’ANSES dans son rapport, il ne faut jamais laisser un enfant seul avec un chien.

À lire aussi :Chiens dangereux : faut-il en finir avec la loi sur les chiens catégorisés ?

# chien dangereux, morsure
Par Eva Morand Crédits photo :

Shutterstock

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)