Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Assurance pour chien et chat</p>
Logo wamiz

Association GALGOS : pour faire cesser le martyr des Lévriers espagnols

Dimanche 25 Février 2018 | Par Elisa Gorins

L'association GALGOS vient en aide aux Lévriers espagnols qui, aujourd'hui encore, vivent un véritable calvaire en Espagne. Son président, Jean-Philippe Pascal, nous en dit plus sur ses actions. 

Pouvez-vous présenter brièvement votre association ?

L’association GALGOS est née le 24 mars 2012, de la rencontre de 12 personnes venues des 4 coins de la France. Cette diversité géographique, qui nous permet d’agir un peu partout en même temps, est une de nos forces. Tous très investis dans la Protection Animale vraie et désintéressée, nous sommes très sensibles au martyre des Galgos et Podencos, ces Lévriers espagnols massacrés par dizaine de milliers chaque année en Espagne au nom d'une tradition ancestrale. Une fois la période de chasse terminée, les plus mauvais de la saison ou ceux qui sont considérés comme trop vieux (4 ans pour les chasseurs) sont exterminés :

  • Semi-pendus selon la méthode du pianiste : les pattes arrières touchent le sol
  • Brûlés à l'acide
  • Traînés derrière des voitures
  • Jetés dans des puits
  • Abandonnés avec des membres fracturés

Le but de ces maltraitances est de punir les mauvais chasseurs car le Galgo et le Podenco représentent l'honneur du maître, on ne tue pas un Lévrier, on le mutile et la mort arrive ensuite après une longue agonie.

GALGOS

Quelle est sa principale action ?

Notre but premier est de faire connaître et médiatiser au maximum le cas de ces chiens magnifiques, pour que le gouvernement espagnol prenne enfin ses responsabilités, et pour soutenir les bénévoles si méritants mais si isolés, qui œuvrent dans ce pays. Toutes les sommes collectées nous permettent de mettre à l’abri les loulous en urgence dans des pensions payantes ou à financer leur voyage en France pour les placer en famille d’accueil, ou à l'adoption.

Pouvez-vous nous raconter votre souvenir le plus marquant ?

De nombreux sauvetages m'ont marqué tout au long de ces 6 années. Mon plus grand souvenir reste l'histoire de Casiopée. Arrivée en France depuis environ 3 semaines, cette Galga très craintive avait fugué de chez son adoptante, et s'était réfugiée dans une forêt sur les hauteurs de Nice. Je m'étais rendu sur place pour aider à la capture de la belle, qui ne sortait de sa cachette que le soir, pour manger. Là j'ai appris la patience, parce qu'il a fallu 18 nuits, seul dans une forêt où se déroulaient des trafics en tout genre, pour gagner la confiance de Casiopée, pour pouvoir m'approcher d'elle et réussir enfin à l'attraper. Le lendemain, alors que je pensais initialement la remettre à l'adoption, Casiopée a eu la bonne idée de se coucher dans ma valise. Elle n'est jamais repartie de la maison, et ça fait 5 ans et demi maintenant qu'elle fait mon bonheur.

Cassiopée

Quels animaux sont pris en charge par votre association ? Et d’où viennent-ils en général ?

La plupart sont des Galgos ou des Podencos mais nous proposons aussi à l’adoption des Mastins, Bodegueros et quelques autres races ou croisés en cas d'urgence, venant tous d’Espagne.

Souvent, ce sont des abandonnés à leur triste sort dans les abords des villes ou des autoroutes avec le risque de se faire renverser par un véhicule. Ils survivent grâce aux poubelles, souvent couverts de tiques, infectés par la gale ou autres maladies, et tous ces parasites finissent par les affaiblir jusqu’à la mort. Les galgueros (chasseurs en espagnol) vont même jusqu’à arracher la puce électronique en ouvrant le cou des chiens au couteau avant de les abandonner.

Les Lévriers ont peu de chance de trouver des adoptants en Espagne où ils ne sont considérés ni comme des chiens de compagnie ni comme des êtres vivants sensibles. Seuls 10% d’entre eux auront une chance de trouver une adoption en Europe via les associations de sauvetages c'est pourquoi il est très important d'éveiller les consciences pour qu'un jour, espérons-le, leur martyre prenne fin.

Les bénévoles sur place tentent de leur rendre la vie un peu plus douce dans les refuges mais ils ont très peu de moyens. Il faut savoir que les refuges ne vivent que grâce aux dons et au bénévolat. Mais les dons ne sont pas toujours suffisants pour payer la nourriture, les soins, les factures donc toute aide supplémentaire est la bienvenue.

Quelle est la principale difficulté que vous rencontrez sur le terrain ?

La principale difficulté est de récupérer les chiens avant qu’ils ne soient tués par les galgueros ou qu’ils finissent dans une perrera (fourrière), lieu souvent surpeuplé et insalubre. La perrera c’est l’antichambre de la mort, ils y seront gazés au bout de 14 jours, délai légal, sans aucun soin, à peine nourris, et dans des conditions de vie horribles. Les conditions de vie des galgos sont abominables chez les chasseurs. Ils vivent enfermés la plupart du temps, ne sortent que pour la chasse, et sont transportés comme du bétail sans importance. En dehors des saisons de chasse, les galgueros les entraînent en les attachant par exemple derrière un véhicule pour les faire courir de force pendant de longues heures.

L’autre complication à laquelle nous devons faire face est que nous sommes régulièrement obligés de placer certains chiens en pension payante car les refuges sont soit surpeuplés soit victimes de vol de chiens la nuit. Et les pensions ont un coût non négligeable qui grève sérieusement le budget de l’association.

Les animaux pris en charge par votre association sont-ils en refuge ou en famille d’accueil ?

Pratiquement tous les chiens que nous proposons sont en refuge ou en pension en Espagne, quelques-uns sont en famille d'accueil en France. Nous avons beaucoup de chiens de race ou croisés qui attendent désespérément leur famille pour la vie après avoir connu l'enfer. Tous nos loulous arrivent en France stérilisés, vaccinés, pucés et testés aux maladies méditerranéennes.

Mais certains chiens sont trouvés dans un triste état, ils ne peuvent pas rester au refuge s’ils sont trop faibles. Nous recherchons donc des familles d’accueil pour leur offrir la douceur et la chaleur d’un foyer.

Les Lévriers sont d’une grande tendresse et ont une grande faculté d’adaptation quand ils sont bien traités.

Comment vous assurez-vous du bien-être de vos animaux ?

En ce qui concerne les chiens qui sont adoptés nous demandons régulièrement des nouvelles, des photos aux adoptants et nous leur rendons visite.

Pour les refuges avec lesquels nous collaborons, nous recherchons des fonds pour nous permettre d'améliorer les conditions de vie des chiens et aider le plus possible les bénévoles espagnols. Pour cela nous organisons chaque année une opération baptisée Convoi de l'Espoir. Une fois par an, nous louons des camions pour acheminer dans une quinzaine de refuges espagnols les collectes que nous avons réalisé durant toute l’année (croquettes, couvertures, manteaux et matériel médical). L'année dernière, nous avons ainsi pu distribuer près de 20 tonnes de matériel et de nourriture.

GALGOS

Comment se déroule le processus pour adopter un animal ?

Le processus se déroule en 3 étapes. Il faut d'abord remplir un questionnaire de pré-adoption. A la suite de cela, nous prenons rendez-vous avec les adoptants potentiels pour effectuer une pré-visite à leur domicile. Enfin, si les conditions sont réunies, nous organisons l'arrivée du loulou en France, par un transporteur animalier agréé. Les frais d'adoption sont de 250 Euros, couvrant les frais vétérinaires et le transport.

Comment faire pour vous aider (dons, devenir bénévole, famille d’accueil…) et de quoi avez-vous besoin aujourd’hui ?

Plus il y aura de personnes informées de ce qui se passe en Espagne, plus nous aurons de chances de mettre un terme à cette barbarie. Pour cela, vous pouvez distribuer notre dépliant d'information. Vous pouvez également adhérer à l'association ou faire un don, organiser ou participer à des journées de collectes dans les magasins, confectionner des manteaux pour les Galgos qui souffrent du froid dans les refuges en hiver, collecter du matériel utile aux refuges, auprès de votre famille ou de vos amis, devenir famille d'accueil, ou mieux encore adopter un de ces petits oubliés, afin qu'ils connaissent enfin l'amour et la chaleur d'un foyer.

Une précision qui peut avoir son importance, les dons faits à l'association GALGOS sont déductibles des impôts.

GALGOS

Que diriez-vous à ceux qui souhaitent adopter un animal mais hésitent encore ?

Devenir adoptant, c’est s’engager à accueillir un être sensible, cet acte doit être mûrement réfléchi. C’est apporter aux animaux la douceur d’une vie en famille, leur offrir un quotidien confortable en prenant soin de leur santé. Ces loulous, qui ne connaissent rien de ce qu’est une maison, vont tout découvrir grâce à vous, ils ont besoin d'affection et d'être rassurés. Les voir s’épanouir sera pour vous de grands moments de joie. Ils vous apporteront énormément de tendresse, ils vous étonneront par leur formidable capacité d’adaptation et votre cœur sera comblé par l’amour qu’ils vous offriront à chaque minute que vous passerez à leurs côtés.

> Vous êtes une association et souhaitez vous faire mieux connaître ? Wamiz oeuvre pour favoriser l'adoption, et peut vous vous aider ! Inscrivez-vous dans notre rubrique Adoption et contactez-nous à adoption@wamiz.com

A lire aussi : Journée mondiale des Galgos : parce qu’il faut que le massacre de ces chiens cesse !

Crédits photo :

Association GALGOS

1 commentaire(s)
Une voisine a adopté une galga... Elle est bien entourée maintenant. Ces pauvres chiens sont déjà hyper sensibles, s en prendre à des êtres si frêles c'est la pire des lâchetés. Des monstres ces barbares....#@XXXX ??
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)