Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box
  • <p>Cultivez la jeunesse d'esprit de votre chien</p>
Race de chien :

Alerte : au bois de Boulogne, les empoisonnements de chiens ne cessent pas

Vendredi 01 Septembre 2017 | Par Elisa Gorins

A Paris, le bois de Boulogne est l’un des seuls espaces où les chiens peuvent s’ébattre en liberté. Mais les cas d’empoisonnement, qui se multiplient, empêchent nombre de propriétaires de laisser leur chien s’y défouler.

Cela faisait dix ans que Chianti, une magnifique Golden Retriever, se promenait au bois de Boulogne. Ce jour-là, le 10 août dernier, alors que sa maîtresse était partie en vacances, c’est sa « grand-mère » qui s’occupait d’elle. Comme elle en avait l’habitude, cette dernière a emmené la jolie chienne se dégourdir les pattes dans le bois, le long des rails du petit train qui mène jusqu’au Jardin d’Acclimatation. Cette virée aurait pu être une jolie promenade, comme n’importe quelle autre… mais elle s’est avérée fatale.

Gourmande, Chianti s’est arrêtée pour manger quelque chose qu’elle avait trouvé par terre. La mère de sa propriétaire a alors constaté qu’il s’agissait d’une sorte de petites billes jaunâtres. Le lendemain, Chianti a présenté les premiers symptômes d’une gastro (vomissements, diarrhée). Le soir-même, elle était hospitalisée. Le lendemain, alors que sa maîtresse, de retour de vacances, était venue la voir à la clinique vétérinaire, Chianti a été prise de convulsions cérébrales, signe d'un empoisonnement. Trois jours après cette promenade dans le bois, la chienne est décédé : 

Ça n’arrive pas qu’aux autres

« On sait qu’il y a des cas d’empoisonnement dans le bois de Boulogne, tout le monde est au courant mais je n’aurais jamais imaginé que cela arriverait à ma chienne », confie Laurence Lasanté, propriétaire de Chianti, à Wamiz. Résidant à Neuilly sur Seine (Hauts-de-Seine), cette mère de famille ne se remet pas de la perte de sa chienne : « Le ciel nous est tombé sur la tête, c’est un vrai drame familial, un réel traumatisme ». Ses enfants, qui ont grandi avec Chianti, sont effondrés.

S’il est certain que Chianti est morte intoxiquée, on ignore quel poison a été utilisé. « Mon vétérinaire est quasiment certain qu’il s’agit de strychnine (utilisée autrefois pour tuer les corbeaux et les petits rongeurs, mais dont l’utilisation est interdite en France depuis 1999) ». Cela corroborerait avec une rumeur selon laquelle quelqu’un mettrait cette substance dans les poubelles du bois de Boulogne ainsi que dans des boulettes de viande. Cependant, aucune autopsie n’a été faite sur Chianti pour le confirmer.

Quand la police agira-t-elle ?

Anéantie par ce coup du sort, Laurence Lasanté a déposé une plainte « par révolte » auprès du commissariat du 16ème arrondissement de Paris. « Mais la police s’en moque, je sais que ça n’aboutira pas », se désole-t-elle. « Pour eux, ce n’est qu’un chien, alors que pour ma famille, c’était un être humain ». Cette neuilléenne aimerait pourtant qu’au minimum, le bois de Boulogne soit plus régulièrement nettoyé : « c’est tout le temps sale, une vraie déchetterie ! Si le bois était mieux entretenu, peut-être que ces déchets ne se retrouveraient pas là ».

Quant aux caméras de surveillance, Laurence Lasanté ne pense pas qu’il s’agirait d’une solution : « même s’il y avait des caméras, la police n’ouvrirait pas d’enquêtes, car ce ne sont pour eux que des animaux, le cadet de leurs soucis ! »

Dans le bois, les empoisonnements créent la psychose

Seule option : « il faudrait que toutes les personnes à qui un tel drame arrive portent plainte », estime-t-elle. « Je suis sidérée de voir qu’autant de chiens sont morts empoisonnés dans le bois… Si tout le monde alertait sur ce phénomène, peut-être que les choses évolueraient ». C’est d’ailleurs pour éviter que ce drame ne se reproduise qu’elle a choisi de porter plainte et de se confier à Wamiz. « Pour que Chianti ne soit pas morte pour rien ».

Ressentant « un énorme vide » depuis la perte de Chianti, Laurence Lasanté se sent « incapable de reprendre un autre chien ». Elle explique : « je refuse d’avoir un chien qui a besoin de courir, de se défouler, sans jamais pouvoir le lâcher où que ce soit ». Le bois de Boulogne est en effet l’un des rares lieux à Paris, avec le bois de Vincennes, où l’on puisse détacher son chien. Mais ces cas d’empoisonnement à répétition font fuir les maîtres et leurs chiens. Laurence Lasanté, tout comme de nombreux propriétaires d’animaux parisiens, s’interroge : « c’est donc ça, avoir un chien à Paris ? C’est le laisser enfermé et le tenir en laisse tout le temps, à moins de lui courir après dès qu’il a la truffe par terre ? C’est malheureux. »

A lire aussi : Mon chien est empoisonné, que faire ? 

Crédits photo :

Laurence Lasanté

2 commentaire(s)
Si seulement ces ordures pouvaient être empoisonnées à leur tour. Je sais, je rêve.

RIP ma petite Chianti.
Quelle magnifique Golden ! Comme c'est triste et révoltant !!! Le pire c'est de se dire que le déchet humain qui a fait cela ne sera jamais inquiété, ou alors puni d'une peine dérisoire et ridicule }:0X
Bon courage à sa famille :'0(
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)
b Partager sur Facebook