Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Des vétérinaires traités de « bouchers » à cause des euthanasies d’animaux blessés

Jeudi 24 Janvier 2019 | Par Elise Petter

C’est un véritable appel à l’aide que lance l'Union Professionnelle Vétérinaire (UPV) car trop souvent les vétérinaires sont pointés du doigt, ou pire carrément insultés et menacés.

Coup de gueule du côté des vétérinaires belges suite à des insultes de plus en plus fréquentes. Une situation existante aussi en France et dans de nombreux autres pays. En cause ? Le refus de certains vétérinaires de soigner des animaux errants blessés et de privilégier les euthanasies dans la plupart des cas.

« On nous traite de bouchers »

Chaque année, il y a de plus en plus d’animaux errants blessés sur les routes où la circulation est de plus en plus dense. Des animaux qui sont la plupart du temps emmenés ensuite chez le vétérinaire où il faut prendre des décisions, et souvent accepter d’euthanasier l’animal : « Un animal handicapé devra se battre toute sa vie et va forcément souffrir. Un professionnel doit parfois prendre de la distance par rapport à une situation, pour le bien-être de cet animal, » explique le Dr. Alain Schonbrodt de l'UPV à la RTBF.

Mais le choix de l’euthanasie est très souvent mal vécu par le grand public qui voudrait que chaque animal ait sa chance et soit soigné, parfois gratuitement puisque la profession est « rentable » et que les vétérinaires n’ont pas besoin d’argent. Ce qui n’est évidemment pas possible.

« On ne fait jamais cela de gaieté de cœur. Il est inutile de déployer des moyens pour des animaux souvent devenus asociaux, qui ne supportent plus le contact de l'homme, et dont parfois personne ne veut non plus. »

Vers une solution en Belgique ?

Pour régler ce problème, l’Union Professionnelle Vétérinaire travaille depuis plusieurs années sur le projet d’un réseau de vétérinaires urgentistes qui seraient payés directement par les communes. Et cela dans toutes les villes, peu importe leur taille.

Ainsi, plus d’animaux errants devraient pouvoir être soignés.

A lire aussi : Un vétérinaire révèle ce qui se passe avant chaque euthanasie, il fait pleurer le monde entier

# vétérinaire
Crédits photo :

Shutterstock

1 commentaire(s)
Il suffit d'un ver dans une pomme pour la contaminer toute entière. Les vétérinaires ne sont pas tous à mettre dans le même panier. Il y a ceux qui adorent les animaux et leur sont dévoués, et qui feront tout leur possible pour sauver une vie même s'ils ne sont pas payés et puis il y a ceux qui pensent à leur portefeuille en premier lieu. Il y a donc ceux qui pratiqueront l'euthanasie en derniers recours et ceux qui la pratiqueront sans hésiter. Mon vétérinaire fait partie des premiers. Il y a quelques années, j'ai trouvé dans mon jardin un chat noir et blanc dans mon jardin, paraissant affaibli mais c'était en période de canicule et je lui ai donné immédiatement eau et nourriture. Il se jeta dessus. Je lui aménageais un abri assez frais pour la nuit avec couverture et gamelles. Il ne mit pas longtemps à y aller et à s'y endormir. Le lendemain, il gratta à ma porte mais, craignant qu'il ait une maladie, je ne voulait pas le laisser entrer car il risquait de contaminer ma chatte. Aussi je l'emmenais chez mon vétérinaire et là le verdict tomba : il s'agissait d'une chatte d'environ 10 ans ayant de grosses tumeurs sur toutes les mamelles et prêtes à éclater. Elle allait mourir dans peu de temps dans de grandes souffrances. Mon vétérinaire ne pratique l'euthanasie que quand elle est nécessaire, il m'expliqua avec regret qu'il n'était pas possible de la sauver, je lui fis confiance. Je restais aux côtés de cette petite chatte jusqu'à son dernier souffle mais il ne fut pas question que je paye pour cela. Ce fut une triste journée car j'aurais préféré la garder.
Quant au projet de créer un réseau de vétérinaires urgentistes payés par les communes, c'est une belle idée et je souhaite que cela aboutisse, mais je doute que ce soit rapide au vu de la politique actuelle. En ce moment, c'est tout pour les chasseurs et rien pour les animaux. Tant que la présidence et le gouvernement feront le jeu des lobbyistes, la protection animale n'avancera pas aussi vite qu'elle le devrait.
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)